Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 10:10

Entre deux noviciats où la vie, faut-il le dire, est souvent un peu trop sédentaire à mon gout, je me suis offert un voyage en sac à dos avec un mixte bus et marche à pied. J’avais prévu de faire près de 3000 km aller-retour en trois semaines, de Saigon à Vinh, en visitant une dizaines de familles de nos frères sur le trajet. Mon périple a été interrompu brusquement à mi-parcours par une irruption d’une quarantaine de cas de covid dans une des villes où j’avais passé une nuit… La pandémie ravive rapidement les peurs les plus primaires et je me suis rendu compte très vite que l’ambiance s’était modifiée en quelques heures seulement. Habitué à attirer l’attention bienveillante des Vietnamiens, je devenais tout à coup un potentiel ‘’super-contaminateur’’ même si objectivement je n’ai jamais été en contact avec qui que ce soit de contaminé. Il est intéressant de voir qu’en période de crise, on reste un étranger quelque soit le nombre d’années passées dans un pays... Comme je ne voulais pas créer l’émoi autour de ma personne, j’ai décidé de prendre un avion et de revenir à Saigon le plus rapidement possible. Je me suis même mis moi-même en quarantaine à la maison à mon retour, plus par respect pour mon entourage que par crainte d’être réellement contaminé. Ce faisant, j’ai suivi le bon exemple de millions de Vietnamiens qui préfèrent prévenir que guérir et, à l’expérience, ils ont bien raison… Les quelques cas de covid au Vietnam ont été maitrisé en quelques semaines de quarantaine stricte des quartiers ou villes concernés et à l’heure actuelle, nous jouissons d’une liberté de mouvement qu’une infime poignée de pays dans le monde peut revendiquer.

Etranger, pour le meilleur et le moins bon, particulièrement en ce temps de pandémie.   (Vietnam, Courant du mois de Juillet 2020.)

Ce voyage, bien qu’écourté, m’a quand même permis de faire de belles rencontres. J’ai visité la famille d’un de nos frères qui est des minorités K’Ho. Ils vivent de l’agriculture et ne sont pas riches mais ils sont très soudés et ont une cohésion sociale qui s’est perdue depuis longtemps dans bien des endroits, y compris là où j’habite. Ils parlent une langue locale mais la plupart s’expriment dans un vietnamien souvent bien plus clair que bien de leurs compatriotes pour qui le vietnamien est la langue maternelle.

visite dans la famille de K'Suoi de la minorité de K'Ho à Di Linh.
visite dans la famille de K'Suoi de la minorité de K'Ho à Di Linh.visite dans la famille de K'Suoi de la minorité de K'Ho à Di Linh.
visite dans la famille de K'Suoi de la minorité de K'Ho à Di Linh.

visite dans la famille de K'Suoi de la minorité de K'Ho à Di Linh.

À Nha Trang, j’ai pu aussi visiter la famille de Hương qui m’a accompagné une bonne partie de mon voyage. Sa famille est pêcheur. Ses parents partent pêcher la nuit dans une baie ; ils reviennent vers trois heures du matin. Quelque jours plus tard j’étais dans une autre famille de pêcheurs, dans le village de Con Se, où habite la famille d’un autre de nos frères, Phuc. Le métier de pêcheur est  dur et la jeune génération fait souvent le choix de quitter le village pour aller chercher un travail en ville. Mais quand on voit les conditions de vie des migrants en ville, on se demande si la vie pourtant dure à la campagne n’est pas de loin préférable aux conditions de vie en milieu urbain.

Dans la famille de Hương à Nha Trang
Dans la famille de Hương à Nha Trang
Dans la famille de Hương à Nha Trang

Dans la famille de Hương à Nha Trang

Faites confiance au pilote... (au village de Phúc)Faites confiance au pilote... (au village de Phúc)
Faites confiance au pilote... (au village de Phúc)Faites confiance au pilote... (au village de Phúc)Faites confiance au pilote... (au village de Phúc)

Faites confiance au pilote... (au village de Phúc)

La mer est mangeuse d'homme, en 2012, quatorze hommes y ont perdu la vie, dont deux jeunes de 16 ans...

La mer est mangeuse d'homme, en 2012, quatorze hommes y ont perdu la vie, dont deux jeunes de 16 ans...

Durant mon voyage, avec Hương, nous avons aussi passé quatre jours à Hué où nous avons rencontré les 250 enfants parrainés par les bienfaiteurs de la Congrégation du Saint Esprit. Nous avons terminé abruptement notre périple par la visite d’un frère à la ville de Dong Khoi où nous avons été reçu par le frère de Chất qui travaille dans une entreprise florissante de construction civile. Il nous a aidé à réserver notre billet d’avion pour rentrer à Saigon afin de rester confinés le temps que l’orage passe…

Dans la famille de Chất à Đông Khoi.
Dans la famille de Chất à Đông Khoi.
Dans la famille de Chất à Đông Khoi.

Dans la famille de Chất à Đông Khoi.

Même si je n’ai fait que la moitié du périple initialement prévu, je garde un excellent souvenir des visites aux familles et des paysages admirés sur la route. Je suis toujours impressionné par la simplicité et l’accueil chaleureux que me font les gens. Certes, je n’ai pas une maitrise absolue du Vietnamien et donc les conversations à bâton rompu en vietnamien restent un rêve inaccessible la plupart du temps, mais avec la connaissance que j’ai de la langue et le fait que les gens m’accueillent comme un prêtre, avec tout le respect et la joie que cela représente pour eux, je me sens comblé par ses rencontres. Pour le moment, je fais comme tout un chacun, je mets un frein à mes périples en espérant pouvoir en refaire un pour le Nouvel An Vietnamien qui aura lieu le 12 février 2021…

Partager cet article
Repost0

commentaires

English - Français blog !!!

A blog written in Vietnamese? Not for now...Anyway, the articles published in this blog are usually in English and in French. Up to you to choose your language!

A quand un blog en Vietnamien?... Ce n'est pas pour demain, mais les articles publiés sur ce blog sont généralement et en Français et en Anglais... A vous de choisir...

La Providence passe par vous.

sm vn

La mission n'est possible que grâce à vous: soutien aux pauvres (1), y compris le parrainage scolaire, aux jeunes en formation (2), à la communauté (3), à la construction du séminaire à Manille (4), nous comptons sur votre aide! Une aide si modeste qu'elle soit, c'est important et encourageant !

- Pour nous aider de Belgique ou de l Etranger: Compte de Frédéric Rossignol chez BNP Paribas Fortis :
BIC : GEBABEBB            IBAN : BE59 0014 7732 2326



Rem: En l'état actuel des choses, il nous est impossible de vous donner une attestation fiscale.