Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 06:15

L’été 2014 restera à jamais gravé dans ma mémoire étant donné que pour la première fois de ma vie, j’ai eu la chance d’aller en Afrique, plus précisément en Tanzanie (Afrique de l’Est). Je connaissais cependant déjà pas mal de choses de la ‘culture africaine’ (une manière de parler, étant donné la diversité des cultures dans ce continent). J’ai en effet étudié en Europe avec de nombreux confrères africains (j’en ai d’ailleurs retrouvé lors de ce séjour, dix ans plus tard !) et à l’heure actuelle en Asie, nous collaborons aussi avec les confrères africains qui travaillent à Taiwan et aux Philippines.  En Europe, les Africains sont aussi très présents dans nos Eglises. A Noël, j’étais à Bruxelles et j’ai participé à une très belle messe animée par deux chorales du Cameroun !

bagamoy 1f

Nous étions vingt-cinq confrères de la Congrégation du Saint-Esprit, réunis en Tanzanie pour un mois de formation à la spiritualité spiritaine.


bagamoyo 3fJe suis venu en Tanzanie avec mon confrère Trinh pour participer à un mois d’approfondissement de la spiritualité spiritaine. Nous étions 25 confrères, tous engagés dans la formation des séminaristes, la plupart en Tanzanie, mais aussi au Kenya, en Ouganda, au Mozambique, en Inde et au Vietnam ! La Tanzanie est un pays dynamique. La situation politique suffisamment stable permet la croissance économique. Des infrastructures sont progressivement construites et le commerce se développe. Même si une grosse proportion de la population n’en profite pas encore, l’avenir est néanmoins plein de promesses.  Les confrères de Bagamoyo (à une heure de Dar Es Salam, la capitale) ont construit un grand hotel, qui accueille des touristes locaux et étrangers, et qui reçoit des groupes pour des fêtes ou des réunions. La plage, à seulement cinquante mètres de l’hotel, est paradisiaque ! Le complexe est utilisé comme école d’hotellerie pour une trentaine d’étudiants qui se forment ainsi pendant deux ans. Nous les spiritains, nous sommes souvent fiers de notre simplicité et de notre hospitalité. Ces deux qualités viennent de notre expérience missionnaire. Nous ne pouvons pas vivre la mission sans apprendre ce que signifie se laisser accueillir. En découvrant l’hospitalité d’autres peuples, nous cherchons à notre tour à êtbagamoyo 2fre accueillants envers tous. En Tanzanie aussi, nous avons été touchés par l’accueil chaleureux dont ont fait preuve nos confrères. Nous nous sommes sentis tout de suite à la maison. Dans le groupe également, l’ambiance était excellente. Nous n’étions que vingt-cinq participants, et avons rapidement appris à nous connaître.

 

 

 

  Trois confrères venaient d'Asie, Trinh, Serge et moi.

Pendant quatre semaines, du lundi au vendredi, nous avions quatre sessions par jour. Le matin, nous avions deux conférences et l’après-midi, un partage en petit groupe, suivi d’une remontée en assemblée.  Nous avons redécouvert, sous un nouveau jour, notre premier fondateur, Claude Francis Poullart des Places, sous les traits d’un jeune homme plein de vie, talentueux, mais aussi confronté à une série de crises dues au départ à sa recherche frénétique des honneurs, de la réputation et, des années plus tard, dues à son engagement total pour les pauvres qui l’a complètement mis à genoux. Avec Claude Francis Poullart des Places, nous nous sommes posés les questions suivantes :  ”Et nous, quelles crises traversons-nous ? A quoi sont-elles dues, à notre superficialité ou à notre activisme ? Quelles dispositions prenons-nous pour dépasser ces crises? ” Claude-François Poullart des Places nous montre qu’une solide relation avec Dieu, la volonté de servir les pauvres en priorité, le désir de travailler ensemble, en cherchant aide et conseils, sont les outils essentiels qui nous permettront de changer, d’évoluer, en d’autres mots, de nous convertir.  François Libermann, notre second fondateur, nous invite à  être attentifs aux ‘’signes des temps’’. L’Histoire n’est jamais écrite à l’avance.  Le missionnaire est celui qui est disponible pour de nouveaux appels, et notamment les plus inattendus. La qualité de son travail dépend de sa sainteté et du respect profond qu’il a pour les gens vers lesquels il est envoyé. Il doit se comporter en serviteur et non en maitre.

bagamoyo 4fbagamoyo 5f

 

 

 

 

bagamoyo 6f

 

 

 

bagamoyo 7f

Les spiritains sont les premiers (!) missionnaires arrivés en Tanzanie en 1863.  Beaucoup moururent très jeune. Courageux, dynamiques, ils ont fondé de nombreuses Eglises en Afrique.

Les spiritains étant arrivés en Tanzanie il y a cent ans, nous avons pu faire une relecture de notre présence ici. Les premiers missionnaires, comme nous aujourd’hui, avaient leurs défauts. Généreux, ils manquèrent néanmoins parfois de sagesse ou agirent en fonction d’intérêts personnels et ne se laissèrent pas toujours guider par les valeurs de l’Evangile. Nous aussi, cent ans plus tard, nous devons nous interroger sur nous-mêmes. ‘’Quelles sont les difficultés que nous et nos étudiants rencontrons dans le monde d’aujourd’hui ? Pourquoi est-ce si difficile de trouver des confrères pour les  lieux de mission les plus pauvres ? Pourquoi ne faisons-nous que trop rarement l’effort de rester longtemps dans une mission, en témoignant ainsi d’un amour profond et durable des gens vers lesquels nous sommes envoyés ? Comment vivons-nous les vœux de pauvreté, chasteté, obéissance? Qu’en est-il de la qualité de notre vie communautaire? Vivons-nous ensemble par convenance ou investissons-nous dans des relations plus fraternelles ? Nos communautés sont-elles des lieux de prière et de travail commun ?’’

 

bagamoyo 7ebagamoyo 8e

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les premiers missionnaires ont été confrontés de suite à la terrible réalité de la traite des esclaves. Ils ont racheté des esclaves et créé des villages chrétiens. Heureux de vivre au milieu des peuples africains, ils se sont parfois aussi comporté en maitre, oubliant l'appel qui leur était fait de se comporter en serviteur...

 

 

bagamoyo 8f

La génération nouvelle des spiritains continue le travail missionnaire, dans un pays où les relations entre musulmans et chrétiens ne sont pas toujours évidents.

 

Notre confrère du Généralat à Rome nous a donné des conférences sur la formation des jeunes missionnaires. Il nous encourage à avoir un programme de formation avec un contenu précis qui s’étale sur les années de formation, pour que nos étudiants approfondissent progressivement l’histoire de la congrégation, sa spiritualité, les défis qui nous attendent dans les années à venir. La formation des missionnaires prend du temps. Elle est le fruit de la grâce de Dieu, de la motivation des jeunes et des compétences de leurs formateurs. A Bagamoyo, nous avons appris à consulter les nombreux articles et livres spiritains disponibles sur le site de l’université spiritaine de Duquesnes (http://digital.library.duq.edu/cdm-spiritan/ ). Nous ne pouvons plus prétexter que nous manquons de ressources disponibles ! Nous devons puiser dans ce trésor pour notre bien à nous et celui de nos étudiants.

 

bagamoyo 10f

bagamoyo 11f

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'attachement à la famille et plus largement à la tribu sont des valeurs très ancrées dans la culture africaine.

 

 

Notre formation à Bagamoyo nous a aussi permis de réfléchir à notre action en faveur des pauvres (ce que nous appelons ‘Justice et Paix’). Nous vivons dans un monde où le fossé entre les riches et les pauvres ne cesse de s’accroitre partout dans le monde ! Dans leurs missions, les spiritains doivent donner la priorité au travail avec les pauvres. Ce n’est ni naturel ni évident. Nous avons tant d’engagements qui sont valables en soi mais les pauvres n’ont de fait pas toujours la priorité dans ce que nous entreprenons. Pour inverser la tendance, nous pouvons notamment permettre à nos étudiants de cotoyer les pauvres durant leur temps de formation. C’est ce que nous faisons en été au Vietnam lorsqu’ils sont envoyés un mois en pastorale dans des régions pauvres. La proximité et la collaboration avec les pauvres doit aussi se vivre durant les deux ans de stage missionnaire. Nous avons un certain nombre de confrères très engagés dans le travail social et éducatif, mais la plupart d’entre nous doit se remettre en question pour que la proximité avec les pauvres, le partage de leurs joies et difficultés, la recherche commune d’une amélioration de leurs conditions de vie, deviennent des éléments essentiels de notre travail missionnaire à tous.

 

bagamoyo 9f


bagamoyo 12f

 

Certes la plage de Bagamoyo est paradisiaque, mais elle ne doit pas faire oublier les dures conditions des pécheurs et des paysans de la région.


J’étais très heureux à l’idée d’aller pour la première fois de ma vie en Afrique, et je suis reconnaissant à tous ceux qui ont permis que cette formation à Bagamoyo ait lieu et soit un succès. Je suis encore plus heureux de savoir qu’en septembre, notre premier étudiant vietnamien partira faire son stage missionnaire en Ouganda (à côté de la Tanzanie) pendant deux ans.  En effet, même si les relations entre l’Asie et l’Afrique se multiplient, essentiellement pour des raisons économiques, il faut reconnaitre que ces deux continents ne se connaissent que très peu et que la méfiance prévaut encore trop souvent.  C’est la responsabilité des missionnaires que de construire des ponts entre les peuples. Les Spiritains ont commencé à travailler en Asie il y a quarante ans. A l’heure actuelle, la plupart de nos missionnaires en Asie sont des africains. J’espère que la collaboration entre ces deux continents va continuer à se développer (dans les deux sens !), tout comme dans le passé les missionnaires européens ont permis de forger des liens solides et durables entre leur continent d’origine et les autres continents.  

 

bagamoyo 13fbagamoyo 14f

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelle chance d'avoir pu faire une première découverte de l'Afrique. Nous reverrons-nous? Avec plaisir ! A la grâce de Dieu !

Partager cet article
Repost0

commentaires

English - Français blog !!!

A blog written in Vietnamese? Not for now...Anyway, the articles published in this blog are usually in English and in French. Up to you to choose your language!

A quand un blog en Vietnamien?... Ce n'est pas pour demain, mais les articles publiés sur ce blog sont généralement et en Français et en Anglais... A vous de choisir...

La Providence passe par vous.

sm vn

La mission n'est possible que grâce à vous: soutien aux pauvres (1), y compris le parrainage scolaire, aux jeunes en formation (2), à la communauté (3), à la construction du séminaire à Manille (4), nous comptons sur votre aide! Une aide si modeste qu'elle soit, c'est important et encourageant !

- Pour nous aider de Belgique ou de l Etranger: Compte de Frédéric Rossignol chez BNP Paribas Fortis :
BIC : GEBABEBB            IBAN : BE59 0014 7732 2326



Rem: En l'état actuel des choses, il nous est impossible de vous donner une attestation fiscale.