Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 05:22

Summer 2014 will remain memorable in my life as I had the opportunity to go to Africa for the first time in my life, to Tanzania (East Africa). It was not my first contact with ‘’African culture” (so to speak…). In the past, in Europe, I had studied with many African confreres (I met some of them again there, 10 years later !), and presently in Asia, we collaborate with African confreres working in Taiwan and The Philippines. In Europe also, the Africans are well present in our churches; last Christmas, in Brussels, I participated to a beautiful mass animated by two choirs of Cameroun !

 

bagamoyo 1e

25 five confreres from the Congregation of the Holy Spirit gathered for one month in Tanzania for a course on spiritan spirituality.


I went to Tanzania with my confrere Trinh to take part to a one month study of  Spiritan Spirituality with 25 confreres all involved in the training of seminarians, mainly in Tanzania and Kenya, but also in Uganda, Mozambique, India, and Vietnam ! Tanzania is a dynamic country. The political stability allows for economic growth. The infrastructure is being built, business is growing. Even if so many people still don’t profit from the development, the future is promising. The confreres in Bagamoyo (one hour from Dar Es Salam, the capital) have built a big hotel where they offer accommodation for local and foreign tourists, and a nice place for groups organizing parties or seminars. The beach,  fifty meters from the hotel, is gorgeous ! The place is used as a vocational school for 30 students learning hotel management for two years.

We Spiritans are often proud of our simplicity and hospitality. It comes from our missionary experience. We cannot do mission if we don’t learn what it means to be welcomed to a new place. Learning from the hospitality of other people, we try ourselves to be hospitable to others. In Tanzania also, we were very touched by the way the local confreres welcomed everybody. Immediately we felt at home. In our group, the spirit was very nice. We were only 25 participants, so it was easy to get to know each other.

 

bagamoyo 2ebagamoyo 3e

 

 

We belong to the same family. It is always good to meet and share experiences about the mission.


bagamoyo 4eFor four weeks, from Monday to Friday, we had four sessions a day ; in the morning, two sessions of inputs and in the afternoon, two sharing sessions, first in small groups and then the whole assembly. About Claude Francis Poullart des Places, our first founder, we learned that he was a man full of life, very gifted, but that he went also through several crises when confronted with his attraction to fame or later when he was deeply committed to poor people, from over responsibility. Claude Francis Poullart des Places questions us: ”And you, what kind of crises do you face? Where does it come from? From superficiality or from activism? What kind of tools do you use to overcome it?” Poullart des Places shows us that conversion does not occur if we don’t have a strong relationship with God, a real spirit of service to the poor and a collaborative ministry, searching for help and counsel in whatever we do.

 About Libermann, our second founder, we learn to look for the signs of the times. Nothing is written ahead of time. The missionary is constantly open to new calls, unexpected ones. The quality of his missionary work comes from his own sanctity as well as his deep respect for the people he is sent to. He needs to be a servant not a master. Doing our Spiritan course in Tanzania, we had a privileged place to look back at one hundred years of Spiritan presence in East Africa. The first missionaries, like us today, had their own shortcomings; they were generous people but at times, for lack of wisdom or for self-interest, made mistakes and were not always faithful to the values of the Gospel. We too, one hundred years later, have to question ourselves. What are the problems that ourselves and our students face in today’s world? Why are we afraid to go to the poorest missions? Why do we have difficulty in staying in a country for a long period, learning to love the people we are sent to? How do we live the vows of poverty, chastity, obedience? What is the quality of our community life? Are we living side by side, or do we have quality time together for prayer, pastoral work, etc.?  

 

bagamoyo 7ebagamoyo 8ebagamoyo 9e

 

 

The first missionaries came to Bagamoyo one hundred years ago, they came across a terrible situation: the slavery. From the 15th to the 19th century, one million and a half people were enslaved and transited through Bagamoyo. The missionaries tried rescued some of them...

 

 

 

Our confrere from the generalate in Rome gave us  some input regarding formation. He encouraged us to have a program for each step of the formation, so that progressively our students learn about the history and spirituality of the congregation as well as the present challenges that we are facing in our modern world. Formation takes time; it is a grace of God and it implies serious commitment of our students but it requires also skills from the formators. In Bagamoyo, we found out that many books and articles relating to Spiritan formation are now available online, especially on Duquesne University’s site (http://digital.library.duq.edu/cdm-spiritan/ ). We have no excuse for not consulting it and improving our self-knowledge with the treasures of our own congregation, so as to transmit to the new generations of Spiritans.


The course was also oriented to a reflection on our commitment to the poor (what we call ‘Justice and Peace’). We live in a world in which the gap between rich and poor is growing everywhere. As Spiritans, we need to give priority to the poor in our missions. It is not natural, not easy. We have so many commitments that are valuable but we don’t always give priority to the poor. One way to encourage being close to them is to allow our students to spend time in poor areas during their formation. That is what we do in Vietnam during one month of pastoral exposure in Summer. Closeness to the poor should also be experienced during the two years of pastoral stage. Some Spiritans are very much involved in social and educational work, but for most of us, we need to make more effort to give priority to the poor, living with them, sharing their joys and difficulties, discovering with them new ways to improve their situation.

 

bagamoyo 10e

 

bagamoyo 11ebagamoyo 12e

 

 

The beautiful scenery of Bagamoyo beach is nice, but there are still many poor people who struggle everyday to get enough food for their family.Poverty is still very much present here.


bagamoyo 14e I was excited to come to Africa for the first time, and I am grateful to all those who contributed to the success of the course in Bagamoyo, but I am even more enthusiastic by the fact that in September, our first Vietnamese student will go to do a two years pastoral insertion in Uganda. Even if the link between Africa and Asia is stronger than before, these two continents still don’t know each other very well and trust is difficult to build when the other remains unknown. This is the responsibility of the missionaries to build bridges between people. We started to do mission in Asia only 40 years ago. Presently, most of our missionaries in Asia are Africans. I hope that the future will foster relationships between African and Asian missionaries, as in the past the work of the missionaries fostered the link between Europe and the other continents.

 

Fr.Trinh and Fr.Sylvanus, two missionaries that symbolize the call for Africans and Asians to learn to collaborate together.

bagamoyo 5e

 

bagamoyo 6ebagamoyo 15e

Africa, a beautiful place with wonderful people; hopefully I will have opportunity to go there again... Who knows?

 


Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 10:28

 


 

En Septembre 2013, six vietnamiens sont partis continuer leur formation missionnaire à Manille où ils ont retrouvé d'autres jeunes philippins. Heureux de leur faire découvrir un pays et une culture différente de la leur, nous sommes néanmoins très préoccupés par un problème pratique. La maison actuelle qui accueille ces jeunes spiritains ne possède que cinq chambres. Ils y sont à l'étroit et d'autres jeunes en formation vont les rejoindre au fil des ans. Nous avons besoin de construire une nouvelle maison, avec 20 chambres. Nous avons déjà 30% de la somme totale. Former des jeunes missionnaires, c'est leur permettre de vivre leur idéal en servant l'Eglise. Nous aiderez-vous?

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 10:16

 


 

En 2013, nous étions douze confrères venant de trois continents et travaillant dans deux pays, à Taiwan et au Vietnam , à nous réunir pour une semaine de relecture de notre mission et pour définir nos projets pour les six ans à venir. Ce fut un moment de belle communion et d'action de grâce pour toutes les joies que nous vivons au milieu des peuples d'Asie.

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 10:03

 


 

Une fois par mois, nous emmenons nos jeunes en formation à la campagne, loin de la pollution de Ho Chi Minh Ville pour des week-ends de formation, qui portent sur différents thèmes: la vie spirituelle et la prière, le charisme de notre congrégation et ses figures marquantes, le développement humain, ... Trois fois par an, nous y avons une retraite, et nous invitons régulièrement des confrères à venir donner leur témoignage sur la vie missionnaire telle qu'elle se vit aujourd'hui.

 

 

 


 

Outre les moments de formation, nos jeunes apprécient également de pouvoir se défouler en faisant du volley-ball, du ping-pong, du football ou même de la pétanque !

 

 

 

 


  Sur la période de Septembre 2012 à Septembre 2014, nous avons eu la joie d'avoir une communauté qui réside à plein temps sur place, la communauté du noviciat. Le père Brendan Bay a accepté d'être le maitre des novices pendant ces deux années (soit deux noviciats d'un an chacun). Le prochain noviciat est prévu pour Septembre 2016 ! Pendant ce temps de réflexion sur les enjeux de la vie missionnaire et l'importance de la vie spirituelle, les novices font aussi un peu de pastorale dans un centre pour enfants sidéens, tout près de chez nous. Et les enfants apprécient beaucoup leur présence !
Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 10:19

Envie d'avoir d'autres échos sur notre mission au Vietnam? Voici quelques liens, certains récents, d'autres moins.

 

http://issuu.com/mediascathos/docs/l_s_en_ciel_-_d__cembre_2013/12 

 

http://info.catho.be/2013/11/07/frederic-rossignol-jeune-missionnaire-belge-au-vietnam/#.UzE7T1flYcQ

 

http://csspeuro.com/sonores/playvietnam.htm

 

Le dernier lien fait référence à un témoignage donné après deux ans de présence au Vietnam en 2009.

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 11:27

 

Il est de bon ton dans notre culture occidentale de considérer que la franchise est une valeur primordiale. Chacun s’abroge le droit de dire ce qu’il pense en toute circonstance. On dit facilement :  ‘’je n’aime pas les hypocrites’’ , ‘‘ Avec moi au moins, on sait à quoi s’en tenir. Je dis toujours ce que je pense’’. Mettre les points sur les ‘i’ nous semble le chemin le plus direct pour la résolution de problèmes. Cette tendance à l’expression spontanée de nos idées est également liée à notre conception du droit. Nous sommes d’une société où chacun est libre d’exprimer ce qu’il pense et de le défendre en public si nécessaire. Je me souviens d’un repas en Belgique il y a quelques années que je prenais avec un de mes compatriotes et où l’on a attendu un temps considérable pour être servi. Finalement, mon compatriote s’est énervé sur le serveur et a demandé à ce que le patron se présente devant lui, lequel devant le ton du client, s’est confondu en excuses (la commande avait été confondue avec celle d’un autre client) et nous a offert le repas pour s’excuser du désagrément causé. La méthode avait semble-t-il porté ses fruits, les deux parties ayant convenu d’une solution à l’amiable… Ce genre de situation est pour nous occidentaux (ou pour certains d’entre nous) assez banal. Dans notre droit, nous n’hésitons pas à nous faire entendre pour résoudre nos différents.

 

franchise-1-copie-1.JPG

La bonne humeur est bien souvent de la partie au Vietnam !


Tout autre est le point de vue des asiatiques (ou de la majorité d’entre eux). L’autre jour, j’étais de sortie à la mer avec un groupe de vietnamiens de la paroisse. Nous barbotions tranquillement jusqu’à ce que plusieurs jetskis sillonnent notre périmètre afin de nous inciter à louer leur service. Un des conducteurs de ses engins polluants coupa son moteur et se laissa aller à la dérive. Il finit par pratiquement heurter la tête d’un nageur. Tout le monde était importuné par le sans-gêne de ce malotru mais personne ne s’est risqué à dire quoi que ce soit. Il faut dire que ces jetskieurs combinent la location de leurs engins et la tâche de sauveteur. Ils ont donc de l’autorité sur les gens. Revenu sur la plage et interpellé par un de ces jetskieurs qui me demandait si je voulais louer son engin, je lui ai répondu vertement (en vietnamien et devant tout le monde) que lui et ses petits copains ennuyaient leur monde avec leurs jetskis malodorants, que si certains étaient intéressés par ce genre de loisir, qu’ils n’avaient qu’à aller plus au large pour s’y adonner… Cet exemple parmi bien d’autres révèle que malgré mes nombreuses années au Vietnam, je n’ai pas vraiment perdu de mes racines occidentales, pour le meilleur et pour le pire.

 

franchise 2

Nous étions très heureux d'accueillir en janvier les confrères africains, Joseph et Isaac qui travaillent à Taiwan. Issus d'une autre culture que la culture européenne, nous apprécions leur simplicité et leur esprit communicatif. 


Victor, notre confrère portugais a travaillé onze ans à Taiwan. Il était apprécié pour de multiples raisons. Plus personnellement, j'ai apprécié nos ballades en vélo à Taiwan, et nos conversations en portugais et tout ce qui en lui me rappelle les cinq années passées dans son pays. Bon retour au Portugal et bon travail là-bas pour les années à venir. Reviens-nous bien vite !

Je pense en effet que nous avons tous les défauts de nos qualités et lesfranchise-6.JPG qualités de nos défauts. Autrement dit, la tolérance dont font preuve les vietnamiens suscite en moi au gré des situations ou admiration ou désapprobation. J’admire les vietnamiens pour la tolérance dont ils font preuve au quotidien. Habitués à vivre en groupe (en famille, les trois générations vivent sous le même toit), ils sont prêts aux sacrifices que cela représente. Alors que nous occidentaux sommes parfois très individualistes et par là-même  intolérants à beaucoup de choses, je pense notamment au bruit quelqu’en soit son origine – combien de fois ne dit-on pas aux enfants, ‘arrête de faire du bruit !’ - , les asiatiques, eux s’accomodent des compromis que représente tout vie en société, ainsi en est-il du karaoke du voisin, des klaxons dans la rue, du marchand ambulant qui fait entendre sa voix à l’heure de la sieste ou encore des cloches de l’Eglise ou de la Pagode qui sonnent à 4h15 du matin ! Mais cette tolérance peut parfois aussi s’apparenter à un refus de conflit, quelqu’il soit. Si le voisin crie trop fort sur sa femme ou ses enfants ou même en vient aux mains, on préfère attendre que l’orage passe, quand le policier vous arrête sans raison valable pour vous faire les poches, on obtempère, quand le chauffeur de bus roule comme un danger public, même si les passagers n’apprécient guère, ils laissent faire…

 

franchise 3

Le bienfait de la culture asiatique est qu’au quotidien, bien des tensions sont évitées. Ainsi par exemple, on n’élève que très rarement la voix, on préfère prendre un peu sur soi plutôt que de risquer d’être impoli ou tout simplement de blesser l’autre. Quand vous demander son avis à un asiatique, et que vous lui donnez l’impression que pour vous, la direction à prendre est claire, il préfèrera vous répondre que oui, c’est une bonne idée. Mais attendez un petit peu, et soit il reviendra vers vous avec un plan B ( qui peut être l’opposé de ce que vous proposiez), soit il mettra en pratique le plan B, et vous aurez alors la preuve tangible qu’en réalité, il ne partageait pas du tout votre avis.

 

(ci-dessus)Trinh et Pat, de cultures différentes, amis depuis sept ans déjà !

(à droite) Paul, volontaire Irlandais l'été dernier, très apprécié de nos étudiants pour sa gentillesse et son dynamisme.

 

 

franchise-4.JPG

 

Si vous avez l’impolitesse de vous énerver sur un asiatique, il vous répondra par le fameux ‘’rire jaune’’, c’est-à-dire l’expression de son malaise mais étant plus poli que vous, il n’ira pas jusqu’à vous rendre la pareille, à savoir vous crier dessus à son tour, sauf cas extrême. Evidemment, le genre de réaction de vos interlocuteurs dépend également de la position qu’eux et vous occupez.

 

franchise-5.jpg

 

Nos 15 aspirants de cette année, à l'avenir, ils devront aussi apprendre à apprécier d'autres cultures et à en supporter les aspects moins positifs.

 

Respectueux de l’autorité, le subalterne a l’habitude de se plier à l’avis de son supérieur, après tout cela ne nous arrive-t-il pas aussi à nous occidentaux ?

Ainsi donc, quand il y un conflit de valeur entre l’expression de ses sentiments et la préservation de l’harmonie sociale, les occidentaux et les asiatiques ont des réactions bien différentes, à tort ou à raison. Si on ne perd jamais complètement ses racines et donc aussi son naturel, il est important que nous prenions conscience qu’étrangers, si nous avons le désir d’être acceptés avec nos qualités et nos défauts, il nous faut être prêt à nous adapter à la culture de ceux qui nous accueillent, et dont la sagesse est à certains égards plus grande que la nôtre.

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 08:22

Sept ans, cela fait sept ans que je n’avais plus séjourné en Belgique pendant une aussi longue période, à savoir quatre mois essentiellement à Bruxelles. Quel plaisir du début à la fin du séjour ! Le premier à apprécier, c’est mon corps ! Fini les 30-35 degrés en permanence, les douches deux-trois fois par jour ! Alors que mes compatriotes sont en manque de soleil, moi, j’apprécie la fraicheur, du moins en journée, parce que les nuits, dès le mois de Septembre, sont fraiches ! Et puis, pouvoir parler en français toute la journée, quel luxe ! Les ballades en forêt en automne, de toute beauté ! Il y a aussi la joie de revoir la famille et les amis, les enfants changent vite en deux ans ! C’est la fierté et la joie des parents, qui fait plaisir à voir. Etre en Belgique, ce fut l’occasion de faire le plein de culture : pièces de théatre, musées, visite de Cologne, Dublin, Valenciennes  ou du Louvres Lens, ou même de certains quartiers méconnus de Bruxelles (Molenbeek et Anderlecht), c’était sympa. A côté de cela, il y des évènements plus douloureux qui touchent bien des amis : ceux qui ont l’impression de ne pas avancer dans la vie ou parfois de reculer (les célibataires ne l’ayant pas choisi, les couples qui ne marchent pas), les ennuis récurrents de santé,  la vie professionnelle qui joue de mauvais tours, mais être ami et prêtre, c’est aussi prendre le temps d’écouter ou de deviner les non-dits. 

Noel-2013.jpg

Il y a deux mille ans, le Sauveur est né dans la quasi-indifférence générale. Et aujourd'hui, les mentalités ont-elles évolué? L'accueille-t-on davantage?


Revenir en Belgique, c’est aussi renouer avec l’Eglise de Belgique. Les contacts ont été diversifiés : animation de messe des jeunes, de messe des familles, animation scolaire, retraite au monastère de Rochefort, et rencontres de familles chrétiennes. Un constat s’impose, qui n’est pas nouveau mais s’accentue: les croyants sont de plus en plus minoritaires. Transmettre la foi aux enfants implique que l’on ait soi-même une foi profondément enracinée et qu’elle ait sa place dans le quotidien. Une famille chrétienne où la foi est vécue en famille (= où l’on prie en famille et personnellement en d’autre terme) me disait : << Nous sommes considérés comme des extra-terrestres par les gens autour de nous.>> Et pourtant, d’extra-terrestres, ils sont tout sauf cela : la musique, les mouvements de jeunesse, le sport, et l’école, le plaisir des vacances, tout cela fait aussi partie de leur quotidien.


Depuis toujours, je connais des chrétiens dont la vie prend une autre couleur au contact de la foi. Et à côté de cela, je cotoie des familles où l’horizon se limite au présent. Je ne comprends pas : on parle d’un Dieu amour, qui a donné sa vie pour chacun, qui nous motive et nous donne un horizon fabuleux, celui de savoir que cet amour divin et humain se démultiplie sur terre et au ciel quand on en vit, et cela n’intéresse pas nos contemporains. Noel, pour bien des gens, c’est la famille et les cadeaux…toutes choses bonnes en soi, mais pourquoi ne pas aller plus loin, ouvrir ses horizons ? En restant quelques mois en Belgique, j’entends à la radio et à la tv que ‘’Nous sommes en crise’’, que 30% des Belges vivent sous le seuil de pauvreté, 25% d’enfants, qu’une femme sur huit est l’objet de violences conjugales. La foi, un luxe pour ceux qui le veulent bien, mais que cela reste privé, dit-on. Vraiment ? L’Evangile est-il une option comme une autre, ou un bien vital pour moi et pour la société dans laquelle je vis ? Quand on gagne le double d’autres personnes de la même entreprise ou jusqu’à 150 fois le salaire moyen Belge, la foi ne crie-t-elle pas au scandale ? Oui, j’apprécie ma culture d’origine, mes compatriotes, mais j’ai du mal à comprendre que la foi ne soit qu’une option parmi d’autres, alors qu’elle a tant à apporter au niveau personnel et sociétal…


Si je suis resté quatre mois en Belgique, c’est parce que j’ai recherché de l’argent pour la construction de notre maison de formation pour nos jeunes missionnaires. J’ai récolté un dixième de ce que j’espérais, soit 1/16ème du budget de notre maison. J’ai été très touché de la générosité d’une multitude de gens qui ont donné en fonction de leurs possibilités : qui 20, qui 50, qui 500, qui 1000 euros pour mon projet, et ces gens-là sont tellement sollicités par tant d’autres œuvres ! Du fond du cœur, je leur dit : merci. Cette maison verra le jour, je ne sais pas encore quand, mais elle n'aurait jamais été construite sans votre participation. Et puis, j’ai aussi rencontré d’autres gens qui n’ont pas fait leur possible pour m’aider. Certains m’ont rencontré gentillement et m’ont dit : ‘’c’est bien ce que tu veux faire’’, et puis, ils m’ont donné l’une ou l’autre adresse, des adresses souvent inutiles, et de leur propre poche, rien du tout… J’ai découvert un rapport à l’argent problématique. Il y a ceux qui vous disent : tu peux contacter un tel, mais surtout, ne dis pas que tu viens de moi ! (Ah bon, mais c’est justement en disant que je viens de toi que j’ai une petite chance d’être soutenu !). Il y a ceux qui dépensent un billet rose pour Noel mais qui n’ont pas de billet vert ou jaune pour vous…


Et maintenant ? Maintenant, je repars au Vietnam, pour plusieurs années si Dieu le veut. Je suis heureux d’être au service de l’Eglise et de la société vietnamienne. Je continue mon travail de formateur auprès de nos séminaristes. J’ai encore bien des combats à mener contre mon égoisme, ma paresse, l’esprit de critiques, le manque de cohérence entre ce que je dis et écris et ce que je vis, mais j’ai confiance, le Seigneur, Lui, est loyal, Il continue de mettre sa confiance en moi, Il continue de m’envoyer. En étant au Vietnam, j’apprends à faire sa volonté, et je continue à penser à ceux qui me sont chers en Belgique, à ma famille, à mes compatriotes, à leur foi, et à l’avenir du pays (les élections dans quelques mois). Absent, je continue de me nourrir de notre amitié et soutien mutuel et je vous en suis gré. Sans vous, je ne pourrais continuer ma mission. Je vous souhaite à tous une très belle année 2014. Dieu vous bénit.

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 11:14

Soirée de soutien pour la construction d’un séminaire pour les Spiritains en Asie.

 

sm vnIl y a 15 ans, je demandais à entrer dans la Congrégation du Saint-Esprit pour  y devenir missionnaire. Cette aventure, en peu d’années, m’a mené en Chine, au Portugal, à Taiwan et au Vietnam…

Missionnaire, ça existe encore ? Mais, oui, et c’est une vie passionnante, à la découverte du monde, des cultures et des gens…

 

Cela fait six ans que je suis au Vietnam (et là-bas pour bien des années encore…). Le Vietnam est un pays de contraste : encore toujours sous régime communiste, l’Eglise vietnamienne est pourtant l’une des plus dynamiques au monde ! 10% de chrétiens…et des Eglises bondées, des vocations religieuses en abondance… Notre présence missionnaire est discrète… Nous ne sommes qu’une goutte dans l’océan. La mission, chemin d’humilité ? Sans aucun doute ! Notre travail principal, à l’heure actuelle, est de préparer des jeunes asiatiques à devenir missionnaires à leur tour, un objectif qui prend forme avec nos trente jeunes Vietnamiens en formation…Un engagement qui nous motive, mais qui suppose des ressources humaines et matérielles conséquentes !

 

Envie d’en savoir plus ? Curieux ou passionné par le Christ et/ou l’Asie ? Amissm vn 1 de longue date ? Vous êtes tous les bienvenus le Samedi 9 Novembre à l’Eglise Notre Dame du Blankedelle, av des Héros, 32. 1160 Bruxelles.

A 17h : Messe d’action de grâce.

A 18h : Repas ‘auberge espagnole’ (chacun apporte qqch) dans la salle paroissiale.

A 20h : Présentation de la mission au Vietnam.

 

Pour que ce projet prenne forme, j’aurais besoin de votre aide :

-       Relayez l’info autour de vous ! Par e-mail, Facebook ou Téléphone, parlez-en !

-       Salades et desserts à préparer, fromage et charcuterie à apporter, décoration, chants pour la messe, service au bar, … toute aide est plus que bienvenue ! 

 

P.A.F. à votre bon cœur…

Frédéric  Rossignol, Missionnaire Spiritain                                nos besoins sont immenses !

 

Merci de confirmer votre présence avant le 1er Novembre, par tél (0472.25.21.47) ou mail rossignolcssp@hotmail.com 

Absents le 9 Novembre mais prêts à nous soutenir ? Pensez au compte  de Frédéric Rossignol. BNP Paribas BE59 0014 7732 2326

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 17:11

 

Report of the visit of the children of Ca Mau

 

CM 16eIt  was an eye opener  for me to go the Ca Mau where the poor Vietnamese people of the south are living.  It is a harsh contrast  to the city life where everything is abundant.  Fr. Rossignol and I took the bus from Saigon/Ho Chi Minh City to Ca Mau; it took nine and a half hours to get there.  Ca Mau City is at the tip of the southern region of Vietnam and it is a part of the Mekong Delta.   Since the fresh water of the Mekong Delta is not  flowing as much as  before, the sea water is contaminating the rivers and streams, saturating  the land with salty water and destroying  the rice paddys which once could grow  well there.    With the sea  water  present , the people there  can grow only little herbs for consuming.   With little  or no income, they  remain in a poor financially situation.


CM 14eCM 15e

 

Sunset on the riverside, in front of the parish of Hoa Trung, Mekong Delta.


 We took the night trip so that we could rest while the bus was moving and we would be there at our destination at day break.  We managed to take a  taxi to the  host site at Hoa Trung Parish where we met Fr. Hung, the pastor. He was the  person who coordinated  our transportation  so that we could visited individual studenst  and houses.   We were so blessed that two of our seminarians   are natives of there.  They gave us rides and assisted us with interviewing the children and some students’ parents.  We were delighted to have two people willing  help us with the process of monitoring  and distributing the scholarship  funds.

 

CM 1e

 

Housing of poor families in the Mekong Delta.


CM 5eThe first day plan was to make the visitation to poor student homes and check the progress of the students who live by Hoa Trung Parish.  We had no problem to get to the students’ home  that morning because they have paved roads accessable to their homes   though we had to walk a few meters  into murky sea water to get to some of the houses.  Most houses are compact about 3M by 5M, the first living space about 3M by 3M and it is used as a multi-purpose room. The back room is about 3M by 2M used as sleeping quarters.  

 

The multipurpose bed: a place to sit, to sleep, to eat...

 

CM 6eThe cooking area is often  located outside with the extension of the roof and the siding is covered with whatever they can afford, ranging from rice bags, palm leaves or metal sheet.  The houses are make of bricks and cement for those who can afford them; the poor just have to use young trunk trees and the roofs either are thin cement fiber roofs or the thin sheet metal ones, which is subject heavily to rust from the sea water.  I was bit surprised to find that they can fit into a compact houses like those.   I was bewildered and asking  myself, “Where can the children live and where can they find a private place to study?”

 

 

The "equipped kitchen"...

Stepping into the house, we cound not  miss to note the floor.  Most the floors were made of  a black dry-clay dirt. The first house had a dirt floor, but at least the floor ground was leveled out and made a nice level ground to walk on.  The parents and children were standing to greet us.  They  seated us but they themselves did not have a place  to sit on.  We managed to do our best to be with the people and interviewed the students and parents.  The more we asked the more we understand why they are  poor.  Some have no land to work on; others  have but their land does not yield enough for yearly spending.  The men  often work on their land in  their spare time and are free to be hired as  labor workers  in anything that they were asked to do.  The women stay home and take care of the house.  Some follow their husbands and work beside their husbands.   Thus, their income is low and unstable.

 


Not too far from the host parish,  there was no road access to the houses of the students.   It was a most dangerous road to walk to the students houses.   We walked to the side of one house and passed to dirt road leading to the students houses.  We walked into the low area where sea water  was up to our ankles.  Other part  the dirt road was  still wet.  We walked into black clay dirt.  It was sticky and slippery.  Several times, I almost slipped out of control.  My feet sunk up to the ankle of clay mud and I literally could not move even though I was walking on bare feet.   It was a one kilometer road and it took me 20 minutes to get there.  Once I got to the house, I needed another 10 minutes to wash my feet and sandals.  Here we met  the poorest of the poor.  They have to walk the terrible road daily.  In one particular house we visited, the house was almost collapsed because the wood poles and beams were rotten by termites.  The  sidings of palm leaves were blow away, leaving an opening that light and rain water get into the house.  In this house resides a poor family of four.  The  35 year old husband was too  ill to work nor well enough to repair the house. The wife was working in the city far away and she only come back once a month.   The two boys, eight and eleven year old, are too young to help their parents.   I was thinking that this family could be a good candidate to receive the “Charity House” so that they may have a decent house to live in.

CM 10e

CM 12e

 

Beautiful young children and teenagers. Hopefully, their studies will give them a better future than their parents...

CM 11eOn the second day our work was more simple. We organized  that the poor children come to us at a designated place, at Hoa Thanh Parish and we interviewed them there.  In that way we reduced much of the time from traveling from place to place.  Here we focused on interviewing the children and getting to know them.  They came from  poor families and some from  divorced families, and have no child support from the fathers.   It is a pityful case for some of these families.   However, life continues to thrive with beautiful faces and hope from the young girls and boys.  It was a comfort to know that the poor children are being cared for  and  that they will have to change to go to school.  It was a joyful feeling to be with the poor children.

 


The trip ended with more visitations to charity houses some of which were finished and others are being built.  It just takes time to travel to these houses.  Fr. Rossignol brought the money for the other charitable house project at the Thoi Binh Parish.   This place it still considered a mission site for the poor.   Fr. Vinh, the parish pastor, let us know that the parish has ten poor students who are on the waiting list to receive the scholarship so that they may have a chance to go to school. 

3e

 

2e

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Attention, building in process !

CM 7e

 

CM 8e

 

CM 9e

 

Twenty new houses already built thanks to the generosity of our benefactors...

As a member of the team going to the mission site, I have seen the conditions that the poor are in. I could not close my eyes and wal

k away from my own brothers and sisters who are in need of me.   The trip is meaningful and urging me to do more for the poor children of Vietnam. 


                                                Joseph Quoc Le, CSSp

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 16:27

Rapport de la visite des enfants de Ca Mau

Partir à Ca Mau pour visiter les enfants pauvres a été une expérience qui m’a ouvert les yeux sur une autre réalité du Vietnam. C’est tellement différent de ce que l’on voit en ville où les gens vivent dans l’abondance. Avec le père Rossignol, nous avons pris le bus depuis Saigon et sommes arrivés à Ca Mau neuf heures plus tard. Ca Mau est à l’extrême Sud du Vietnam, dans le delta du Mékong. Dans cette région, les terres arables ont été progressivement inondées par l’eau de mer, ce qui rend très difficile la riziculture et toute autre forme d’agriculture. Privés de ressources naturelles, les gens ont bien des difficultés à subvenir à leurs besoins.

Partis en bus de nuit de Saigon, nous sommes arrivés au lever du jour à Ca Mau. De là, nous avons pris le taxi jusqu’à la paroisse de Hoa Trung où nous attendais le curé, le père Hung, un homme très accueillant qui s’occupait de notre hébergement ainsi que de la visite des enfants et de leurs familles. L’avantage est que, depuis cette année, deux de nos séminaristes sont de cette région. Ils nous ont été d’une aide précieuse dans les entretiens avec les enfants et leurs parents.

Dès notre arrivée, nous avons commencé à visiter les familles pauvres pour nous enquérir de la scolarité des enfants et des situations familiales. Les routes principales de la région sont goudronnées, et on s’y déplace donc facilement en mobylette, mais ensuite il nous a fallu aller à pied sur des chemins de terre rendus boueux par les pluies abondantes en cette saison. Les maisons de ces familles sont petites ; elles font trois mètres sur huit. La première pièce de la maison fait trois mètres sur trois. C’est une pièce multi-fonctionnelle. A l’arrière il y a souvent une chambre où l’on peut juste mettre un lit et une armoire. La cuisine est une extension de la maison, les murs étant couverts de matériaux de récupération : sacs de riz, feuilles de palmiers ou tôles… La maison elle-même est en briques et en ciment pour ceux qui en ont les moyens. Les plus pauvres, eux, se contentent d’une structure faite de bois et de plaques de ciments ou de tôles qui ne résistent pas longtemps à l’humidité et au sel marin. J’étais étonné par le nombre de personnes vivant dans un espace aussi réduit et je me demandais comment les enfants pouvaient étudier dans de telles conditions...

CM 1f

 CM 2f

 Une famille pauvre comme on en rencontre trop souvent... La grand-mère est paralysée et la famille est pratiquement sans ressource...

En entrant dans les maisons, ce qui frappe, c’est le sol en argile humide et craquelé. La première des maisons avait au moins le sol rehaussé pour éviter l’inondation quand les fortes pluies s’abattent sur la maison. Les parents et enfants qui nous accueillaient nous invitaient à nous asseoir, mais eux-mêmes restaient debout par manque de chaises. Nous profitions de ces visites pour poser toutes sortes de questions. Leurs réponses nous faisaient comprendre combien ces gens sont pauvres; certains n’ont pas de terre à cultiver, d’autres en ont mais la moisson est maigre et ne couvre pas les dépenses. Quand les hommes ne sont pas dans les champs, ils travaillent comme ouvriers journaliers, en fonction de ce qui se présente comme travail. Les épouses sont femmes au foyer ou parfois travaillent à l’extérieur, certaines avec leurs maris, mais toujours avec un revenu très faible et inconstant.

Pas loin de la paroisse où nous étions, il nous a fallu prendre un chemin de terre bordé d’étangs pour atteindre les familles pauvres que nous voulions visiter. Ce n’était pas évident de marcher dans la boue, avec l’eau de mer qui nous atteignait jusqu’à la cheville. La boue collait aux sandales et le chemin était très glissant. J’ai failli me casser la figure plus d’une fois. Nous avons mis 20 minutes pour faire un kilomètre. En arrivant dans les familles, il nous fallait encore quelques minutes pour nettoyer nos pieds et nos sandales. Nous étions en présence des familles les plus pauvres de la région. Parcourir le chemin en terre, c’est leur quotidien. Dans une des maisons visitées, la maison était sur le point de s’écrouler, les piliers en bois étant rongés par les termites. Les pans de la maison, en feuilles de palmier, étaient troués, laissant entrer le soleil et la pluie… Dans cette famille vivent quatre personnes. La mauvaise santé du papa ne lui permettait ni de travailler ni de réparer sa maison. L’épouse était partie travailler à la ville ; elle ne revient chez elle qu’une fois par mois. Les deux enfants, âgés de huit et onze ans, sont encore trop jeunes pour aider les parents. Je pense que cette famille a bien besoin qu’on l’aide pour qu’elle puisse au moins avoir une maison décente.

 

CM 4f CM 3f

 

 

 

 

 

 

 Construire sa propre maison,

la fierté légitime du propriétaire...

 

CM 6f

 CM 7f

 

 

 

 

 

 

 

 

CM 5f

 Une toilette, un toit qui ne perce plus, un sol dallé, quel changement !

 Le deuxième jour, nous avons rencontré les enfants à la paroisse de Hoa Thanh pour continuer les entretiens. Cela nous évitait de perdre beaucoup de temps à aller de maison en maison. Certains enfants viennent de familles où le père a abandonné le foyer et ne donne plus signe de vie. Malgré les difficultés, les enfants restent des enfants, ils sont mignons, pleins de vie, ils aiment aller à l’école. C’est un plaisir de les rencontrer.

CM 10f CM 11f

 

 

 

 

 

 

CM 12f

Pour les entretiens avec les enfants...avec l'aide de nos séminaristes, on se comprend d'autant mieux !

Les jours suivants, nous avons encore rencontré des enfants et visité des familles dont les maisons ont été reconstruites grâce à la générosité de nos bienfaiteurs. Le père Rossignol a apporté une enveloppe pour démarrer la construction d’une maison à la paroisse de Tho Binh. Dans cette région où les familles sont pauvres, le curé, l’abbé Vinh, nous a rappelé que là aussi des enfants auraient besoin d’être parrainés pour leur scolarité.

CM 13f

CM 14f

CM 15F

Les paysages du Delta du Mékong, je crois que je ne m'en lasserai jamais !

 

En venant à Ca Mau, j’ai pu voir de mes propres yeux dans quelles conditions vivent les pauvres. Je ne peux plus fermer les yeux et passer à côté de mes frères et sœurs qui ont besoin de mon aide. Ce voyage a été très significatif et m’invite avec insistance à faire quelque chose pour les pauvres du Vietnam.

Père Joseph Lê Phú Quốc, CSSp.

(Rapport de la visite des enfants de Ca Mau, août 2013)







Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article

English - Français blog !!!

A blog written in Vietnamese? Not for now...Anyway, the articles published in this blog are usually in English and in French. Up to you to choose your language!

A quand un blog en Vietnamien?... Ce n'est pas pour demain, mais les articles publiés sur ce blog sont généralement et en Français et en Anglais... A vous de choisir...

La Providence passe par vous.

sm vn

La mission n'est possible que grâce à vous: soutien aux pauvres (1), y compris le parrainage scolaire, aux jeunes en formation (2), à la communauté (3), à la construction du séminaire à Manille (4), nous comptons sur votre aide! Une aide si modeste qu'elle soit, c'est important et encourageant !

- Pour nous aider de Belgique ou de l Etranger: Compte de Frédéric Rossignol chez BNP Paribas Fortis :
BIC : GEBABEBB            IBAN : BE59 0014 7732 2326



Rem: En l'état actuel des choses, il nous est impossible de vous donner une attestation fiscale.