Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 17:11

 

Report of the visit of the children of Ca Mau

 

CM 16eIt  was an eye opener  for me to go the Ca Mau where the poor Vietnamese people of the south are living.  It is a harsh contrast  to the city life where everything is abundant.  Fr. Rossignol and I took the bus from Saigon/Ho Chi Minh City to Ca Mau; it took nine and a half hours to get there.  Ca Mau City is at the tip of the southern region of Vietnam and it is a part of the Mekong Delta.   Since the fresh water of the Mekong Delta is not  flowing as much as  before, the sea water is contaminating the rivers and streams, saturating  the land with salty water and destroying  the rice paddys which once could grow  well there.    With the sea  water  present , the people there  can grow only little herbs for consuming.   With little  or no income, they  remain in a poor financially situation.


CM 14eCM 15e

 

Sunset on the riverside, in front of the parish of Hoa Trung, Mekong Delta.


 We took the night trip so that we could rest while the bus was moving and we would be there at our destination at day break.  We managed to take a  taxi to the  host site at Hoa Trung Parish where we met Fr. Hung, the pastor. He was the  person who coordinated  our transportation  so that we could visited individual studenst  and houses.   We were so blessed that two of our seminarians   are natives of there.  They gave us rides and assisted us with interviewing the children and some students’ parents.  We were delighted to have two people willing  help us with the process of monitoring  and distributing the scholarship  funds.

 

CM 1e

 

Housing of poor families in the Mekong Delta.


CM 5eThe first day plan was to make the visitation to poor student homes and check the progress of the students who live by Hoa Trung Parish.  We had no problem to get to the students’ home  that morning because they have paved roads accessable to their homes   though we had to walk a few meters  into murky sea water to get to some of the houses.  Most houses are compact about 3M by 5M, the first living space about 3M by 3M and it is used as a multi-purpose room. The back room is about 3M by 2M used as sleeping quarters.  

 

The multipurpose bed: a place to sit, to sleep, to eat...

 

CM 6eThe cooking area is often  located outside with the extension of the roof and the siding is covered with whatever they can afford, ranging from rice bags, palm leaves or metal sheet.  The houses are make of bricks and cement for those who can afford them; the poor just have to use young trunk trees and the roofs either are thin cement fiber roofs or the thin sheet metal ones, which is subject heavily to rust from the sea water.  I was bit surprised to find that they can fit into a compact houses like those.   I was bewildered and asking  myself, “Where can the children live and where can they find a private place to study?”

 

 

The "equipped kitchen"...

Stepping into the house, we cound not  miss to note the floor.  Most the floors were made of  a black dry-clay dirt. The first house had a dirt floor, but at least the floor ground was leveled out and made a nice level ground to walk on.  The parents and children were standing to greet us.  They  seated us but they themselves did not have a place  to sit on.  We managed to do our best to be with the people and interviewed the students and parents.  The more we asked the more we understand why they are  poor.  Some have no land to work on; others  have but their land does not yield enough for yearly spending.  The men  often work on their land in  their spare time and are free to be hired as  labor workers  in anything that they were asked to do.  The women stay home and take care of the house.  Some follow their husbands and work beside their husbands.   Thus, their income is low and unstable.

 


Not too far from the host parish,  there was no road access to the houses of the students.   It was a most dangerous road to walk to the students houses.   We walked to the side of one house and passed to dirt road leading to the students houses.  We walked into the low area where sea water  was up to our ankles.  Other part  the dirt road was  still wet.  We walked into black clay dirt.  It was sticky and slippery.  Several times, I almost slipped out of control.  My feet sunk up to the ankle of clay mud and I literally could not move even though I was walking on bare feet.   It was a one kilometer road and it took me 20 minutes to get there.  Once I got to the house, I needed another 10 minutes to wash my feet and sandals.  Here we met  the poorest of the poor.  They have to walk the terrible road daily.  In one particular house we visited, the house was almost collapsed because the wood poles and beams were rotten by termites.  The  sidings of palm leaves were blow away, leaving an opening that light and rain water get into the house.  In this house resides a poor family of four.  The  35 year old husband was too  ill to work nor well enough to repair the house. The wife was working in the city far away and she only come back once a month.   The two boys, eight and eleven year old, are too young to help their parents.   I was thinking that this family could be a good candidate to receive the “Charity House” so that they may have a decent house to live in.

CM 10e

CM 12e

 

Beautiful young children and teenagers. Hopefully, their studies will give them a better future than their parents...

CM 11eOn the second day our work was more simple. We organized  that the poor children come to us at a designated place, at Hoa Thanh Parish and we interviewed them there.  In that way we reduced much of the time from traveling from place to place.  Here we focused on interviewing the children and getting to know them.  They came from  poor families and some from  divorced families, and have no child support from the fathers.   It is a pityful case for some of these families.   However, life continues to thrive with beautiful faces and hope from the young girls and boys.  It was a comfort to know that the poor children are being cared for  and  that they will have to change to go to school.  It was a joyful feeling to be with the poor children.

 


The trip ended with more visitations to charity houses some of which were finished and others are being built.  It just takes time to travel to these houses.  Fr. Rossignol brought the money for the other charitable house project at the Thoi Binh Parish.   This place it still considered a mission site for the poor.   Fr. Vinh, the parish pastor, let us know that the parish has ten poor students who are on the waiting list to receive the scholarship so that they may have a chance to go to school. 

3e

 

2e

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Attention, building in process !

CM 7e

 

CM 8e

 

CM 9e

 

Twenty new houses already built thanks to the generosity of our benefactors...

As a member of the team going to the mission site, I have seen the conditions that the poor are in. I could not close my eyes and wal

k away from my own brothers and sisters who are in need of me.   The trip is meaningful and urging me to do more for the poor children of Vietnam. 


                                                Joseph Quoc Le, CSSp

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 16:27

Rapport de la visite des enfants de Ca Mau

Partir à Ca Mau pour visiter les enfants pauvres a été une expérience qui m’a ouvert les yeux sur une autre réalité du Vietnam. C’est tellement différent de ce que l’on voit en ville où les gens vivent dans l’abondance. Avec le père Rossignol, nous avons pris le bus depuis Saigon et sommes arrivés à Ca Mau neuf heures plus tard. Ca Mau est à l’extrême Sud du Vietnam, dans le delta du Mékong. Dans cette région, les terres arables ont été progressivement inondées par l’eau de mer, ce qui rend très difficile la riziculture et toute autre forme d’agriculture. Privés de ressources naturelles, les gens ont bien des difficultés à subvenir à leurs besoins.

Partis en bus de nuit de Saigon, nous sommes arrivés au lever du jour à Ca Mau. De là, nous avons pris le taxi jusqu’à la paroisse de Hoa Trung où nous attendais le curé, le père Hung, un homme très accueillant qui s’occupait de notre hébergement ainsi que de la visite des enfants et de leurs familles. L’avantage est que, depuis cette année, deux de nos séminaristes sont de cette région. Ils nous ont été d’une aide précieuse dans les entretiens avec les enfants et leurs parents.

Dès notre arrivée, nous avons commencé à visiter les familles pauvres pour nous enquérir de la scolarité des enfants et des situations familiales. Les routes principales de la région sont goudronnées, et on s’y déplace donc facilement en mobylette, mais ensuite il nous a fallu aller à pied sur des chemins de terre rendus boueux par les pluies abondantes en cette saison. Les maisons de ces familles sont petites ; elles font trois mètres sur huit. La première pièce de la maison fait trois mètres sur trois. C’est une pièce multi-fonctionnelle. A l’arrière il y a souvent une chambre où l’on peut juste mettre un lit et une armoire. La cuisine est une extension de la maison, les murs étant couverts de matériaux de récupération : sacs de riz, feuilles de palmiers ou tôles… La maison elle-même est en briques et en ciment pour ceux qui en ont les moyens. Les plus pauvres, eux, se contentent d’une structure faite de bois et de plaques de ciments ou de tôles qui ne résistent pas longtemps à l’humidité et au sel marin. J’étais étonné par le nombre de personnes vivant dans un espace aussi réduit et je me demandais comment les enfants pouvaient étudier dans de telles conditions...

CM 1f

 CM 2f

 Une famille pauvre comme on en rencontre trop souvent... La grand-mère est paralysée et la famille est pratiquement sans ressource...

En entrant dans les maisons, ce qui frappe, c’est le sol en argile humide et craquelé. La première des maisons avait au moins le sol rehaussé pour éviter l’inondation quand les fortes pluies s’abattent sur la maison. Les parents et enfants qui nous accueillaient nous invitaient à nous asseoir, mais eux-mêmes restaient debout par manque de chaises. Nous profitions de ces visites pour poser toutes sortes de questions. Leurs réponses nous faisaient comprendre combien ces gens sont pauvres; certains n’ont pas de terre à cultiver, d’autres en ont mais la moisson est maigre et ne couvre pas les dépenses. Quand les hommes ne sont pas dans les champs, ils travaillent comme ouvriers journaliers, en fonction de ce qui se présente comme travail. Les épouses sont femmes au foyer ou parfois travaillent à l’extérieur, certaines avec leurs maris, mais toujours avec un revenu très faible et inconstant.

Pas loin de la paroisse où nous étions, il nous a fallu prendre un chemin de terre bordé d’étangs pour atteindre les familles pauvres que nous voulions visiter. Ce n’était pas évident de marcher dans la boue, avec l’eau de mer qui nous atteignait jusqu’à la cheville. La boue collait aux sandales et le chemin était très glissant. J’ai failli me casser la figure plus d’une fois. Nous avons mis 20 minutes pour faire un kilomètre. En arrivant dans les familles, il nous fallait encore quelques minutes pour nettoyer nos pieds et nos sandales. Nous étions en présence des familles les plus pauvres de la région. Parcourir le chemin en terre, c’est leur quotidien. Dans une des maisons visitées, la maison était sur le point de s’écrouler, les piliers en bois étant rongés par les termites. Les pans de la maison, en feuilles de palmier, étaient troués, laissant entrer le soleil et la pluie… Dans cette famille vivent quatre personnes. La mauvaise santé du papa ne lui permettait ni de travailler ni de réparer sa maison. L’épouse était partie travailler à la ville ; elle ne revient chez elle qu’une fois par mois. Les deux enfants, âgés de huit et onze ans, sont encore trop jeunes pour aider les parents. Je pense que cette famille a bien besoin qu’on l’aide pour qu’elle puisse au moins avoir une maison décente.

 

CM 4f CM 3f

 

 

 

 

 

 

 Construire sa propre maison,

la fierté légitime du propriétaire...

 

CM 6f

 CM 7f

 

 

 

 

 

 

 

 

CM 5f

 Une toilette, un toit qui ne perce plus, un sol dallé, quel changement !

 Le deuxième jour, nous avons rencontré les enfants à la paroisse de Hoa Thanh pour continuer les entretiens. Cela nous évitait de perdre beaucoup de temps à aller de maison en maison. Certains enfants viennent de familles où le père a abandonné le foyer et ne donne plus signe de vie. Malgré les difficultés, les enfants restent des enfants, ils sont mignons, pleins de vie, ils aiment aller à l’école. C’est un plaisir de les rencontrer.

CM 10f CM 11f

 

 

 

 

 

 

CM 12f

Pour les entretiens avec les enfants...avec l'aide de nos séminaristes, on se comprend d'autant mieux !

Les jours suivants, nous avons encore rencontré des enfants et visité des familles dont les maisons ont été reconstruites grâce à la générosité de nos bienfaiteurs. Le père Rossignol a apporté une enveloppe pour démarrer la construction d’une maison à la paroisse de Tho Binh. Dans cette région où les familles sont pauvres, le curé, l’abbé Vinh, nous a rappelé que là aussi des enfants auraient besoin d’être parrainés pour leur scolarité.

CM 13f

CM 14f

CM 15F

Les paysages du Delta du Mékong, je crois que je ne m'en lasserai jamais !

 

En venant à Ca Mau, j’ai pu voir de mes propres yeux dans quelles conditions vivent les pauvres. Je ne peux plus fermer les yeux et passer à côté de mes frères et sœurs qui ont besoin de mon aide. Ce voyage a été très significatif et m’invite avec insistance à faire quelque chose pour les pauvres du Vietnam.

Père Joseph Lê Phú Quốc, CSSp.

(Rapport de la visite des enfants de Ca Mau, août 2013)







Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 10:13

ta pao 1Je reviens d’un pélérinage dans un sanctuaire Marial à Ta Pao (Phan Thiet), à 180 km de Saigon. J’étais parti en solo avec mon sac à dos, déterminé à faire la route à pied, mais n’ayant pas de bonnes chaussures de marche au Vietnam, après un jour et demi de marche et 44 km dans les pieds, j’ai du me résoudre à faire le reste en taxi-moto et en bus. Mes amis vietnamiens étaient un peu surpris de ma démarche. Partir sur les routes du Vietnam à pied et tout seul encore plus, n’est-ce pas dangereux et puis à quoi cela sert-il et surtout pourquoi tout seul ? Le pélérinage à pied est une tradition bien ancrée dans nos contrées européennes, cela fait du bien de marcher (en principe !) et cela permet de se retrouver seul à seul avec Dieu et avec soi-même.

 

 

Sur la route, la nature est superbe et les gens sont très accueillants. Comme prêtre (mais je suis sûr que comme laïc cela serait la même chose), arrivé à deux reprises dans l’après-midi dans des paroisses où je ne connaissais personne, j’ai été touché par l’accueil chaleureux et immédiat qui m’a été fait. Pas de souci, on m’offrait le couvert et le gite et on m’invitait même à présider la messe dans la paroisse et à faire l’homélie ! Arrivé au sanctuaire de Ta Pao après deux jours et demi de route, j’étais heureux d’y retrouver la communauté des Béatitudes que je connais bien. J’apprécie beaucoup les sanctuaires mariaux et ce qu’on appelle ‘’la piété populaire’’ : la récitation de chapelets, les chants, le fait même de toucher la statue de la Vierge et de se passer ensuite les mains sur le corps pour attirer les bénédictions de la Vierge sur soi-même. Le sanctuaire est sis sur une colline, on y accède par un escalier, la montée dure à peu près dix minutes pour les plus vaillants.

 

ta-pao-5.JPG

 

ta-pao-6.JPGta-pao-7.JPGNotre Dame de Ta Pao où j'ai pu présider la messe avec la communauté des Béatitudes à plusieurs reprises...

Ce qui m’a frappé dans mon séjour dans les deux paroisses traversées et dans la communauté des béatitudes, c’est la simplicité de la vie des gens de la campagne. Pour beaucoup de chrétiens, la vie est rythmée par le travail quotidien, par la prière et la vie en communauté (famille et paroisse). Je n’aime pas présenter une vision idyllique de la vie à la campagne parce qu’on y a aussi son lot de difficultés et de problèmes, mais je dois dire que pour ceux qui prennent leur vie chrétienne au sérieux, c’est un cadre idéal pour se centrer sur l’essentiel. Le contraste avec la ville, son agitation constante, la modernité et le monde numérique, est frappant.

 

ta pao 2

ta pao 4

 

ta pao 3

Les cascades de Ta Pao, un pélérinage, c'est aussi de la détente !

 

Cela me fait du bien de me déconnecter de mon environnement quotidien pour me retrouver plus intimement avec Dieu et avec moi-même. J’ai aussi pris le temps de lire et de finir des lectures qui autrement m’auraient sans doute pris des semaines à terminer si j’étais à la maison.En rentrant chez moi, j’essaie de garder cette simplicité expérimentée durant le pélérinage et j’apprécie la vie religieuse qui, à sa manière favorise aussi simplicité et profondeur. Prochain objectif (sur le long terme) : un pélérinage à La Vang (Centre du Vietnam) en mobylette (1000 km de Saigon !).

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 08:47

Sent for missionary work to Asia as members of the Congregation of the Holy Spirit, all of us chose to live in community. We come from all over the world : from Africa (Congo Brazzaville, Ghana, Nigeria), from Asia (Vietnam), and from Europe (Belgium, France, Ireland, Portugal). We belong to the international Spiritan group of Taiwan-Vietnam (13 confreres). Being called to religious life, we like to gather regularly in order to discuss our plans and to pray. Every two years, we have a common retreat for all our members and some of us pay visit to the other communities more regularly. For instance, the five members of the council gather every six months, in Taiwan or in Vietnam alternatively. Every six years, we all gather for one or two weeks to reflect on our mission, this major gathering is called a CHAPTER. We have just held our chapter in Taiwan from the 15th to the 23d of April 2013. We were fourteen participants, three confreres from Vietnam, nine from Taiwan and two confreres who joined us for that occasion: Brother Marc came from our Generalate in Rome and Fr.Pedro, the facilitator of the chapter, came from Portugal.

 

chapter 1e capitulants with the bishop

 

Here we are, the fourteen of us with the bishop of Hsinhu !


The chapter is a privileged time for formal and informal sharing since we share the same vocation and commitment. For more than one week, we put aside our numerous pastoral and social commitments, we switch off our mobile phones, and for those coming from afar, it is an excellent opportunity to take time off. We have plenty of time to discuss with our confreres, including during the aperitif. We get some news from the Congregation in general and from some brothers in particular. ‘Any news from… ? It has been a while I did not hear from him…’ (The Spiritan family counts 2800 members working in 60 countries, not a small family indeed !)

 

chapter 2e Binh and Marc discussion

 

The chapter a privilegied time for informal discussions.

(Binh and Marc)

We take time to pray together. Being in Taiwan for the chapter, we were invited to participate to the mass in Chinese ! Several guests came to pay us a visit: the president of a Taiwanese university, some students, some parishioners… We were impressed by their enthusiasm, their closeness with the Spiritans and the quality of their English !

 

After the morning mass at 7am, we had meetings between 9am and midday and between 2.30pm and 6pm. The confreres presented reports on various topics:  community, mission, formation of Spiritan candidates, social work, finances, the missionary project in China, our link with the confreres working in Philippines.  After hearing the report, we gathered in small sharing groups to discuss the topic we had listened to. Then we gathered again in a large assembly. Two secretaries (chosen among us !) were taking minutes, three confreres were helping the facilitator to give an orientation to the works of the chapter and a committee of three confreres were working on a draft of the final document of the chapter, the document that will be our reference for the coming six years of mission in Taiwan-Vietnam.

 

chapter 4e mass Justin

 

Justin has just arrived in Taiwan a few weeks ago but we appreciated his contribution to the chapter.

 

chapter 5e mass victor and simon guitarre

Our two musicians: Victor and Simon. Liturgy is a tool to feel closer to God and each other.

chapter 6fr Pat new superiorDuring the chapter, we elected our new superior of Taiwan-Vietnam, Fr.Patrick Palmer, from Ireland, who has worked in Vietnam for six years now. We expressed our gratitude to Fr.Jean Pascal Lombart for his nine years as superior (three mandates) and his missionary zeal that lasted in Taiwan for 15 years ! He is leaving Asia and will serve the Congregation in Europe for a while. We hope to see him again in Asia in the coming years.

 

We are grateful to Patrick who accepted to become our new superior of Taiwan-Vietnam.

 

 

 

 

Looking back at the chapter, we realize that the mission in Asia is still something very new for our Congregation (we are only 30 Spiritans working in this huge Asian continent) but we feel encouraged by the support of our confreres from all over the world.  We are also aware that missionary life is still a very challenging life in many aspects. Lots of confreres, although trained for missionary life, feel lost when they arrive in a new country for a long term commitment. We need to learn a new language which is tough, we need to adapt to the social, ecclesiological and political situation of our new country. Indeed, in Vietnam, the pastoral work is limited. Tolerated in the biggest city of the country, we are not yet allowed to carry on an open missionary project, in the social or pastoral field. That’s why we center our efforts on the training of Vietnamese candidates, hoping that in the not too distant future, we will be free to start other kinds of projects. In Taiwan on the other hand, the missionaries face the secularization of  society. The attendance to mass is very limited, the society is much older than in other Asian countries and conversions are scarce. Confronted with such difficulties, some of us, after a few years in Asia, feel discouraged and ask to leave the mission and come back to our countries of origin.

 

chapter 3e Quoc and simon ordi discussion

 

Asian confreres in Asia, here they are ! (Quoc and Thach)

Spiritan community life is a multicultural and prophetic reality (yes, it is possible to be from different places and origin, and to live together in harmony) but in reality, this community life has to be constantly renewed. The confreres have different kinds of expectations about community life; some of us want to have regular community activities (meals, prayer, leisure, work,…), others prefer to be on their own most of the time. At times, the sense of responsibility and mutual service is not deeply rooted in our lives.

 

chapter 7fr resto Marc, Cyr and Isaac

"Last Supper" to celebrate the end of the chapter... (Marc, Cyr and Isaac)


However, we also have many reasons to rejoice for being missionaries in Asia. The local Church praises our presence and collaboration. The bishop came during our chapter to give a talk, celebrate mass and share a meal with us. Lay people tell us that they are grateful to us for being at their service. We build bridges between different cultures. It is good to have a positive and realistic understanding of the Asian continent which is very much unknown by our own compatriots. We also carry with us our own cultural background made of positive and negative dimensions. We have many new projects that motivate us to stay in Asia so that we can put them into practice. We want to prepare the future of young Asian missionaries ; it requires time, personnel and finances for their formation. We plan to build a house of formation in Manila that could be used as a house of formation for South East Asia. We keep in mind a future mission in China, where we have some contacts already and where we hope to open a permanent mission one day.

We know that the Holy Spirit is leading us. He chose us, with our limitations and resistances, as well as with our passion for missionary life. The Holy Spirit opens new horizons, we just need to go forward with determination and enthusiasm.

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 06:14

chapter 1fr assemblyEnvoyés en Asie et membres de la Congrégation du Saint-Esprit, nous avons tous choisi de vivre notre mission en communauté. Nous venons d’horizons bien divers : d’Afrique (Congo Brazzaville, Ghana, Nigéria), d’Asie (Vietnam), ou d’Europe (Belgique, France, Portugal). Nous appartenons au groupe international Taiwan-Vietnam (13 confrères). Comme tous les religieux, nous apprécions de nous retrouver à échéance régulière pour discuter de nos projets ou pour prier.


Réunion en assemblée pour partager nos expériences, faire le point sur nos engagements, faire des projets pour l'avenir...

 

Nous nous retrouvons tous ensemble tous les deux ans pour une retraite commune mais certains d’entre nous se rendent des visites plus régulières. Ainsi le conseil, constitué de cinq confrères, se retrouve tous les six mois, à Taiwan ou au Vietnam. Tous les six ans, nous prenons une à deux semaines pour faire le point sur notre mission, au cours du CHAPITRE. Ce chapitre, nous venons de le vivre à Taiwan du 15 au 23 avril 2013. Nous étions quatorze participants, trois confrères du Vietnam, neuf confrères de Taiwan et deux confrères qui venaient nous rejoindre pour l’occasion : le frère Marc de la maison générale de Rome et le père Pedro, du Portugal, qui était le modérateur du chapitre.

chapter 2fr Pedro and Fred discussion

 

  Notre modérateur, Pedro, après 13 ans d'années au Mozambique, il travaille à Porto comme formateur.

Le chapitre est un moment privilégié d’échange et d’amitié fraternelle. Pendant une bonne semaine, nous mettons de côté nos nombreux engagements pastoraux et sociaux, nous éteignons nos portables, et pour ceux qui viennent de loin, c’est vraiment l’occasion de prendre du recul dans tous les sens du terme ! Nous avons amplement l’occasion de discuter, y compris à l’apéro. Nous échangeons des nouvelles de la Congrégation. ‘’Et un tel, qu’est-ce qu’il devient ? Ah oui…Ca fait super longtemps que je ne l’ai plus revu…’’ (La famille spiritaine compte 2800 membres répartis dans 60 pays…ca en fait du monde !).

 

 

chapter 3fr Joseph and Justin apero

 

 

Joseph et Justin, deux confrères du Nigéria, Joseph est à Taiwan depuis un bon six ans, Justin depuis trois semaines !

Nous avons aussi des temps de prière ensemble, nous avons même été invités à participer aux messes en chinois ! Nous avons eu des invités : le président d’une université, des étudiants, des paroissiens,… Nous étions impressionnés par leur enthousiasme, leur proximité avec les spiritains et la qualité de leur anglais !


Après la messe matinale à 7h, nos réunions se déroulaient entre 9h et midi et entre 14h30 et 18h. Les confrères présentaient des rapports sur divers thèmes : la communauté, la mission, la formation des candidats à la vie spiritaine, l’engagement social, les finances, un projet missionnaire en Chine, notre lien avec les confrères des Philippines, … Ensuite nous nous retrouvions en petits groupes pour échanger sur ce que nous venions d’entendre. Ces échanges étaient suivis d’une discussion en assemblée plénière. Deux secrétaires (choisis parmi nous !) prenaient des notes, trois confrères aidaient le modérateur à donner une direction au chapitre et enfin un comité de trois confrères se chargeait de rédiger un document final qui nous servira de texte de référence pour les six années à venir.

chapter 4fr mass presided by Pat

 

chapter 5fr mass fred et poissons

chapter 6fr Pat new superior

Les messes et prìeres du matin et du soir nous rappellent que c'est le Christ qui est celui qui nous envoie en mission !

 

Le père Patrick Palmer a accepté d'être notre nouveau supérieur de Taiwan-Vietnam. Un confrère expérimenté, c'est précieux !

 

 

Au cours du chapitre, nous avons élu un nouveau supérieur de Taiwan-Vietnam, le père Patrick Palmer, Irlandais qui travaille au Vietnam depuis six ans. Nous avons exprimé notre reconnaissance au père Jean-Pascal Lombart pour ses neuf ans de supérieur (trois mandats) et son enthousiasme missionnaire qui dure depuis 15 ans. Il nous quitte pour un temps de service en Europe mais on compte sur son retour dans quelques années…

 


Que retenir du chapitre ? Tout d’abord que la mission en Asie est une toute nouvelle étape de la Congrégation qui n’en est qu’à ses débuts…(nous sommes une trentaine de 30 confrères pour toute l’Asie…) mais qui continue de susciter l’intérêt de nos confrères partout dans le monde.

Ensuite, que la vie missionnaire, où que l’on soit, est un toujours un défi à bien des égards. Nombreux sont les confrères qui bien que préparés à la vie missionnaire, peuvent se sentir déboussolés à leur arrivée. La langue est un défi majeur, mais aussi la situation sociétale, ecclésiale et politique qui ne sont pas toujours facile à accepter. Au Vietnam, c’est le travail pastoral qui est fort limité. Toléré dans la plus grande ville du pays, nous n’avons pas la possibilité de faire en profondeur un travail missionnaire social ou pastoral. Nous devons par conséquent nous centrer sur la formation de jeunes vietnamiens en espérant que dans un avenir plus ou moins proche nous aurons plus de latitude dans notre action missionnaire. A Taiwan, c’est la sécularisation qui pèse sur l’action missionnaire. Les Eglises ont des communautés paroissiales très modestes, la société est dans son ensemble plus vieillissante que la plupart des autres pays d’Asie et les conversions sont fort rares. Dans ces conditions, certains d’entre nous, après quelques années seulement, se découragent et demandent à rentrer au pays.

 

chapter 6e resto JP Pedro and Justin

 

 

L'unité entre nous passe aussi par des moments de convivialité, au cours d'un bon repas...

 


 

 

La vie en communauté multiculturelle est prophétique (quel témoignage que d’apprendre à vivre entre personnes d’origines tant diverses) mais dans la pratique les défis sont nombreux. Les attentes par rapport à la vie communautaire varient d’un confrère à l’autre ; certains sont demandeurs d’une vie communautaire très rythmée (repas, prière, détente, travail,…), d’autres sont pour un service minimum… L’esprit de service et la prise de responsabilité peuvent aussi parfois faire défaut.

Il y a aussi bien des joies et des éléments positifs dans notre insertion en Asie. L’Eglise locale apprécie notre présence et collaboration. L’Evêque est d’ailleurs venu nous rendre visite et a présidé la messe et partagé le repas avec nous. Des laics nous disent combien ils sont heureux de notre présence. Nous établissons des ponts entre des cultures si diverses, heureux d’avoir un regard positif et bien ancré dans la réalité sur ce continent Asiatique qui semble être à des années lumières pour nos compatriotes. Nous reflétons aussi nos cultures d’origine avec ce qu’elles ont de positif et de moins positif. Nous avons des projets qui nous motivent à aller de l’avant. Nous voulons préparer le futur de jeunes missionnaires asiatiques, notamment en investissant en temps, en personnel et en finance dans la formation. Nous voulons construire une maison de formation à Manille qui servira comme maison de formation pour l’Asie du Sud-Est. Nous gardons en mémoire la Chine où nous avons des contacts avec l’Eglise locale et nous espérons pouvoir nous y installer un jour…

Nous savons que l’Esprit Saint nous conduit. Ils nous a choisi, avec nos limites, nos résitances mais aussi notre passion pour la vie missionnaire. Il nous ouvre des horizons insoupconnés, il suffit de continuer à se lancer avec détermination et confiance…

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 05:51

Vous êtes prêts à aider des familles pauvres ? Vous cherchez un projet concret à soutenir ? En voici deux !


Ca-mau-1F3-copie-1Vous pouvez parrainer la scolarité d’un enfant dans la région de Ca Mau (Dans le Delta du Mékong). Nous manquons de parrains et marraines !!! Notre méthodologie de travail est déjà rodée ; nous visitons les enfants parrainés tous les six mois. Sur place nous avons des personnes de contact qui nous présentent les enfants (priorité est donnée aux familles les plus pauvres) et avec lesquels nous établissons un dossier pour chaque enfant, actualisé une fois l’an et qui comprend des renseignements sur l’enfant et sa famille ainsi que des photos prises chaque année. C’est ce dossier qui vous est communiqué, et qui est régulièrement mis à jour. Le parrainage coûte 75 euros par semestre qui sont sont transmis intégralement à la famille de l’enfant pour sa scolarité, et parfois pour aider la famille qui comptait sur le travail de l’enfant. Il est préférable, dans la mesure du possible, de parrainer un enfant jusqu’à la fin de sa scolarité (vers 18 ans). 

 

Vous pouvez aussi aider une famille pauvre du Delta du Mékong à construireCa-mau-1F6-copie-1 une maison… Quand on habite dans un pays de mousson et que le toit est en paille, et le sol en terre, la maison devient vite une mare aux canards six mois par an…. Une maison coûte 1100 dollars (850 euros), évidemment pour ce prix là, la maison est modeste. Elle fait 32m carrés, les pilliers de la maison sont en béton, le toit en composite, et les murs en feuille de cocotier. Le sol lui-même est parfois dallé, parfois pas. Il faut dire qu’en plus de l’argent envoyé par les bienfaiteurs, il y a souvent une solidarité familiale qui joue et qui est très positive. Aider, ce n’est pas se substituer à l’initiative des gens, mais c’est les encourager à mener à bien les choses. Souvent, en plus des 24 millions de dong (850 euros), la famille en question récolte, chez les frères et sœurs et cousins, quelques millions en plus, le résultat n’en est que meilleur.

Intéressés ? Contactez le père Frédéric Rossignol : fredrossignol1@hotmail.com 093.79.82.150.

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 01:41

 

                                           Saigon (Vietnam), december 2012.


Dear friends,

 ici ou ailleurs E3 Phan Thiêt. 1er orphelinat (aveugles).Soon we will celebrate Christmas. We will remember that God chose to live in a country, to love his inhabitants, to give his own life for them and through it, to reach all of us, in our daily life. Since God decided to live ‘in a foreign country’, as a Christmas letter, I decided to share with you how I feel after five years already spent in Vietnam.

 Challenged children reveal us the love of God.

 When I start a conversation with Vietnamese people,  they often ask me  where do I  prefer to live, in my own country (i.e.Belgium, in Europe) or  in Vietnam ? To tell the truth, this question is a bit awkward, for two reasons. First, I cannot live in two places at the same time. I have to make a choice anyway, so what’s the point of comparing ? Of course, living in Vietnam, I miss important things and events in my country, but if I was not living in Vietnam, I would not know so many things that I learn while living in this country. Secondly, there is no heaven on earth ;  in each country and culture, there is a mix of good things and bad things, good people and bad people. The place where I live is not the important thing; what matters is the way I live and the way I relate to people. That is what can make me truly happy or unhappy.

ici ou ailleurs E2

An orphanage in the highlands (Pleiku)

Anyway, life is very different between the Western world and the Asian world. So let us look at some of these differences. The climate is not at all the same. I enjoy Vietnam because at any time of the day or   night,  it is always warm enough to stay outside, while in my country, even during summer, at times, it is chilly ! But I like the western climate too, because of the four seasons (and the beautiful changes in nature that it implies), the fresh air that makes you feel so good after thirty minutes of walk, while in Vietnam, after a walk, you feel more tired than before !

Regarding food, if you live in Vietnam, you need to be ready to eat rice in the morning, at noon and at night ! But I like the fact that the food is shared by everybody sitting at the table ; you put a bowl of meat and another of vegetables in the middle, and each one picks a piece of it with the chopsticks. You don’t eat too much, and the food is healthy and tasty ! Of course, at times I miss a good glass of French wine and a steak with French fries, but that does not matter, actually.

 

Ici ou ailleurs E5 ca mau soeur et 2 jeunes

 

ici ou ailleurs E4 famille ca mau avec Fred

Good friends in Ca Mau (South of Vietnam)

 Dealing with time is also very much diferent. In Vietnam, you wake up extremely early, before 5am. But the good point is that becoming an early bird, you have plenty of time for many things. You become also much more flexible. Here people don’t have agenda. They call you (or they don’t) one hour or a few minutes before they pay a visit to you. No need of appointment ! What cannot be done today will be done another day… When I look at the stressed environment of the western society where everybody, including young children and the elderly are as busy as the Prime Minister, I am glad to enjoy time, to organise things differently.

Vietnamese society is much more  a group oriented  society than  an individual oriented society. Since childhood, in a family, people share rooms. They study together, they work together, they relax together. If you go for a walk or a retreat alone, people wonder why you are alone. Doesn’t it feel strange to be alone ? Aren’t you sad when you are alone ?  Well, for sure, it is good to be with other people, and Vietnamese are very good at that, they are friendly, flexible, they very rarely argue…But at times, I wish I could be alone. 

 ici ou ailleurs E6 communaute

 

Six postulants in my community this year.

Language is also a big challenge. I like to learn the Vietnamese language ; it is a very interesting language, an infinite combination of monosyllabic words that makes it a very rich one. Of course, language is a very precious means to be in touch with people and when I can  converse with so many diferent people, I feel proud of my achievements and happy. But the Vietnamese language is also a source of frustration because of the difficulty of the language (the infinite combinations of words…), because of the different accents (North, Center, South ; even Vietnamese at times find it difficult to understand each other), and because it took me 38 years to learn my own mother language (I am still learning it) and I am in Vietnam for only five years now. So, I miss a lot my language environment, I miss deep conversations, I miss a cultural and intellectual life that is accessible to me in my mother language. Of course, I miss also my family (my parents are not so young, and I wish I could be closer to them) and some good friends, but I also get to know many good friends in Vietnam.

ici ou ailleurs E1 Nouveaux aspirants 2012

Father Trinh's community, eight new aspirants since September 2012.

In all this joys and sacrifices, I must say, I am very grateful to be  « homeless ». By living far from my own country, I feel in solidarity with millions and millions of people, who left their country for so many diferent reasons : political, economic, family reasons, etc. When I meet a foreigner, I can tell him/her that I understand a bit how he/she feels. I find out that we are all members of a big family called humanity and I thanks the Lord for being always with me, wherever I go !


chuc-mung-giang-sinh-2012.jpgI wish to all of us to be amazed when we contemplate the Infant Jesus in his humility and love, God who invites us to go out and reach our brothers and sisters and to tell them that they are wonderful and very much loved.  I wish you all a holy and joyfull Christmas feast !

Fr.Frédéric Rossignol   Trần Sỹ Hòa                                                                 

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 03:49

 

                                       Saigon (Vietnam), décembre 2012.  

 

Bonjour à tous,  


Ici ou ailleursNoel est à notre porte. C’est le temps où nous nous souvenons que Dieu a pris le parti de venir habiter au milieu d’un peuple en particulier, de l’aimer, de donner sa vie en son sein, et par là même de nous rejoindre tous dans notre quotidien, où que nous vivions. En ce temps de Noel, où Dieu a décidé de vivre ‘’en terre étrangère’’, en guise de vœux de Noel, je vous partage ces quelques mots sur ma vie au Vietnam.

 Enfants pauvres de Ca Mau.

Quand je discute avec des Vietnamiens, ils me demandent souvent dans quel pays je préfère vivre, au Vietnam ou en Belgique? Il m’est difficile de répondre à cette question pour la simple raison qu’on ne peut pas vivre en deux endroits en même temps. Puisque je dois choisir, à quoi bon comparer? Evidemment qu’en vivant au Vietnam, je rate des évènements significatifs qui se passent dans mon pays, mais en étant au Vietnam depuis cinq ans déjà, j’ai appris tant de choses en si peu de temps. Il faut dire aussi qu’il n’y a pas de paradis sur terre. Dans chaque pays et culture, il y a de bonnes et de mauvaises choses, des gens bien et d’autres qui ne le sont pas. Le lieu où l’on vit n’est pas l’essentiel. Ce qui importe, c’est notre manière d’être et  notre relation aux autres. Voilà ce qui nous rend heureux ou malheureux.

ici ou ailleurs F2 phu quoc 3 cha

Pères Trinh, Patrick, notre guide à Phu Quoc et moi !

 

ici ou ailleurs community F7

Ma communauté cette année, six postulants et moi.

Bien que j’aime vivre dans le présent et me focaliser sur ce qui fait mon quotidien, je vais quand même m’exercer à la comparaison entre  le monde occidental qui m’a faconné et le monde asiatique qui m’a adopté. La première différence qui saute aux yeux, c’est le climat. Ce que j’aime au Vietnam, c’est que jour et nuit, il fait suffisamment bon pour vivre dehors, alors qu’en Belgique, même en été, il arrive que les soirées soient fraiches. Mais j’aime aussi le climat tempéré en Europe. J’apprécie les quatre saisons et la variété des paysages qu’elles proportionnent, l’air frais qui en une trentaine de minutes vous regaillardit alors qu’au Vietnam, après une petite promenade, vous rentrez chez vous en sueur et plus fatigué qu’avant.

ici ou ailleurs plats vietEn ce qui concerne la nourriture, quand on vit au Vietnam, il faut être prêt à manger du riz le matin, le midi et le soir! Ce qui est bien c’est que la nourriture est partagée par tous. On met un plat de viande ou de légumes au milieu de la table, et chacun se sert avec ses baguettes. On ne mange pas de trop, la nourriture est saine et bonne ! Evidemment, il m’arrive de rêver à un bon verre de vin francais et à un steak frites mais franchement, ca n’a pas beaucoup d’importance.

 ici ou ailleurs communautes de formation

 Quatre communautés de formation, vingt-trois jeunes en formation, pas de doute la famille spiritaine s'aggrandit année après année !

Le rapport au temps en Asie est aussi bien différent. On se lève tous les jours avant cinq heures. C’est fort tôt mais en contre-partie on a plein de temps pour faire toutes sortes de choses. Ici, les gens sont flexibles et n’ont pas d’agenda. Pas besoin de prévenir avant de rendre visite. Et ce que l’on n’aura pas fait aujourd’hui, on le fera demain ! Quand je vois le stress de la société occidentale, où tous du plus petit au plus grand, ont un agenda aussi rempli que celui du premier ministre, je me dis qu’il est bon d’apprendre des vietnamiens à profiter du temps, autrement.

En Asie, le groupe prime sur l’individu. Dès l’enfance, à la maison, on partage la même chambre (ou on dort tous dans le salon). On étudie ensemble, on travaille ensemble, on se détent ensemble. Si comme tout occidental qui se respecte, j’aime me ballader tout seul ou faire une retraite en solo, cela surprend les gens. Ah bon, vous partez tout seul? Et vous n’êtes pas triste quand vous êtes tout seul?  C’est certain, les gens ici sont très sociables et c’est un plaisir de vivre avec eux. Ils sont flexibles, amicaux, ils ne se disputent pratiquement jamais. Reste que parfois j’aime aussi la solitude ! 

ici ou ailleurs F3 phu quoc bateau 1

 

ici ou ailleurs F4 phu quoc bateau 2

Les plaisirs du tourisme à l'ile de Phu Quoc, Sud du Vietnam.

 

La langue est LE défi le plus exigeant dans l’adaptation au Vietnam. Le vietnamien et moi, c’est ‘’Je t’aime, moi non plus’’. La langue vietnamienne consiste en une combinaison infinie de monosyllabes, ce qui en fait une langue extrêmement riche. La langue, c’est le vecteur principal de connaissance de la culture et des gens en particulier. Quand je fais la conversation avec toutes sortes de gens en vietnamien, et qu’on se comprend, je me sens fier de ce que j’ai accompli en terme d’apprentissage et heureux. Mais le vietnamien, c’est aussi un casse-tête qui me dépasse bien souvent. C’est la richesse de la langue qui la rend impossible à maitriser, s’y ajoute la question des accents. Même les vietnamiens entre eux, quand ils viennent de régions diverses, du Nord, du Centre et du Sud,  ont parfois des difficultés à se comprendre, alors moi, un étranger, il ne faut pas demander! Si en plus on considère que j’ai déjà mis 38 ans à apprendre le francais et que j’ai encore bien des choses à apprendre dans ma langue maternelle, alors, évidemment même après cinq ans au Vietnam, je suis encore bien limité. Alors oui, parfois les conversations, la vie culturelle et intellectuelle dans ma langue maternelle, tout cela me manque. Je pense aussi souvent à ma famille et à mes amis. Mais j’apprécie beaucoup ma communauté et mes amis vietnamiens.

ici ou ailleurs F5 phu quoc bateau 3

ici ou ailleurs F6 phu quoc bateau

Toujours à l'ile de Phu Quoc, Sud du Vietnam.

Au milieu de ces joies et sacrifices, je suis heureux d’être un ‘’apatride’’. En vivant loin de mon pays d’origine, je me sens solidaire de ces millions et millions de gens qui ont du quitter leur pays pour toutes sortes de raisons, qu’elles soient politiques, économiques ou familiales. Quand je rencontre un étranger, je peux lui dire que je comprends en partie ce qu’il ressent. Je fais la découverte que nous sommes tous membres d’une même grande famille et que Dieu est toujours avec moi, où que j’aille !

Je nous souhaite à tous de nous émerveiller devant ce Dieu si humble et si aimant, qui nous invite à sortir de nous-mêmes pour aller à notre tour à la rencontre de notre prochain et lui dire que lui aussi, elle aussi, vaut infiniment la peine d’être aimé sans mesure ! Sainte et Joyeuse fête de Noel à tous !

Père Frédéric  Rossignol Trần Sỹ Hòa                             

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 11:55

 


 

 


 
Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 11:26

 

Il y a quelques mois déjà, une classe d’enfants en France a décidé de parrainer la construction d’une maison à Ca Mau. A cette occasion, ils m’ont envoyé une batterie de questions, toutes aussi sympathiques, mignonnes et intelligentes les unes que les autres. Je publie les questions et les réponses. Qu’ils soient encore tous remerciés pour leur grand coeur !


Concernant la vie au Viet Nam :

Questions enfants 2Y a-t-il des crocodiles dans la zone de la maison ? Autrefois, il y avait beaucoup de crocodiles dans les rivières du Vietnam et c’était dangereux. Mais aujourd’hui, les gens ont chassé tous les crocodiles des rivières et on peut même se baigner dans l’eau (mais qui n’est pas trop propre). On trouve encore beaucoup de fermes d’élevage de crocodiles parce que c’est un animal qui se reproduit facilement en captivité.


Questions enfants 1Il y a beaucoup d’animaux par là ? Beaucoup ont été chassés et malheureusement, à part des oiseaux et des buffles, on ne voit plus grand-chose. Mais c’est différent dans les grandes forets où parait-il il y aurait encore des éléphants et des tigres sauvages mais c’est très loin de là où les gens habitent !

 

 

Pourquoi les Vietnamiens sont petits ? parce qu’il y a des peuples qui sont petits et d’autres grands et puis aussi parce que le lait coute trop cher et c’est le lait et une alimentation riche qui fait grandir.


Y a-t-il beaucoup de personnes pauvres ? Oui, beaucoup, peut etre 80 pour cent de la population mais les gens s’ils sont pauvres ne sont pas tous dans la misère ; beaucoup mangent à leur faim .


Questions enfants 3Pourquoi les chapeaux sont ronds et pointus ? c’est comme les toits des maisons dans les régions où il pleut beaucoup. Si les chapeaux étaient plats, ils prendraient plus facilement l’eau. Comme ça on est protégé et l’eau s’écoule quand meme.

 

 

 

 

Est-ce que les riches donnent aux pauvres ? Oui, les vietnamiens sont souvent généreux, mais le problème c’est qu’il n’y a pas assez d’emploi et beaucoup beaucoup de gens, alors les salaires sont aussi trop bas. (plus il y a de gens qui ont besoin de travailler, plus le patron peut etre tenté de les payer moins. Si tu n’es pas content de ton salaire, j’offrirai ta place à quelqu’un d’autre)

Pourquoi les pauvres n’essayent pas de changer de pays ? Certains le font, mais c’est triste de quitter son pays, sa famille, sa langue et puis pour changer de pays, il faut voyager et voyager, ça coute cher.

Est-ce que la Police aide les personnes pauvres ? Ce n’est  pas la police qui aide les pauvres, ce sont les services sociaux mais au Vietnam, l’Etat n’a pas beaucoup d’argent et n’en donne pas beaucoup aux pauvres.

Y a-t-il des tornades ? oui, mais c’est très rare.

 

Concernant l’ancienne maison :

 

Ca mau 1F5Est-ce qu’il est arrivé que le toit de l’ancienne maison tombe ? une partie du toit, oui, il y avait des trous partout!


Dans l’ancienne maison, comment cela se passait avec la pluie ? Quand il pleut de trop, la maison est mouillée, le sol dans l’ancienne maison était en terre, ça fait plein de boue et c’est froid. On attend que la pluie passe et que le soleil réchauffe la maison, on se met tous sur le grand lit, mais c’est pas très agréable mais quand on est pauvre, on n’a pas le choix.


Concernant la nouvelle maison :

 

Ca mau 1F6Pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour faire une maison un peu plus grande que l’ancienne ? Pour deux raisons, d’une part, le terrain sur lequel se trouvent les maisons est petit. D’autre part, si on fait des maisons deux fois plus grandes, on peut aider deux fois moins de famille avec l’argent que les gens nous envoient.

 

Est-ce qu’il y a l’eau courante dans la maison ? Non,  on est trop éloigné du village et il n’y a pas de calanisation. Est-ce que l’eau est potable ? On utilise l’eau de pluie et on la fait bouillir mais parfois on peut attrapper des maladies.


Comment vivent-ils en attendant que la maison soit construite entièrement ? ils vivent chez les cousins.

Combien de temps dure la construction de la maison, en tout ? un à deux mois mais il faut souvent plus de temps pour choisir les familles les plus pauvres qui vont pouvoir être aidées et il faut amener l’argent jusque là, c’est loin de là où j’habite.

Est-ce que la maison sera finie avant la fin du mois de juin ? Il y a déjà 4 maisons de construites, dont la vôtre et puis en tout avant fin juillet, j’espère pouvoir avoir fait construire 15 maisons ! (NDLR: c'est maintenant chose faite!)

Est-ce que la nouvelle maison aura plus de mobilier ? Je ne crois pas ,mais on peut y réfléchir !

 

Les enfants, l’école :

Comment les enfants vont-ils à l’école ? en barque à moteur, en vélo ou à pieds. Pendant 15, 30 ou 45 minutes, à la saison des pluies, c’est plein de boue et on avance moins vite.

Est-ce qu’il y a des jouets là-bas ? on joue ensemble mais on n’a pas de jouets comme en Europe. On s’amuse à attraper des grenouilles, on fait des cabanes, on fait du vélo…

Est-ce que les enfants ont des jeux vidéos ? Non, ça coute trop cher mais parfois on peut aller dans un café internet où on peut jouer à des jeux pour pas cher mais c’est en ville pas à la campagne.

 

Ca Mau 1F1 aEst-ce qu’on rigole bien par là-bas ? Oui, les familles sont grandes et entre frères et sœurs, on s’amuse bien !

Est-ce que les écoles sont privées ou publiques ? publiques à la campagne mais ce sont des classes de 70 enfants parfois, on a cours le matin ou l’après-midi pour laisser à d’autres enfants la place l’autre demi-journée. On doit beaucoup répéter ce que dit le professeur et on n’a pas beaucoup l’occasion d’être interrogé individuellement.

Est-ce que la famille arrive à vivre « normalement » ? pour le papa et la maman, c’est souvent difficile. Parfois ils doivent aller travailler à la ville et les enfants doivent rester avec les grands parents , une tante ou un oncle.

Ca mau 1F3Est-ce que les enfants s’amusent bien ? oui, on s’amuse bien mais parfois on aimerait avoir une vie plus facile, on est courageux, ce n’est pas facile d’etre pauvre mais on a sa dignité et on fait avec !

Est-ce qu’ils mangent à leur faim ? plus ou moins ; on a plus des problèmes de malnutrition mais rarement de famine.

Comment payez-vous l’école ? comme on peut. Mais les professeurs à la campagne, ils ont de tous petits salaires.

 

La vie quotidienne :

questions enfants 4Etes-vous obligés de boire de l’eau sale, parfois ? de l’eau de pluie mais pas de l’eau sale.

Et vous, père Frédéric, est-ce que vous êtes bien logé ? oui, merci, moi j’ai la chance d’habiter à la ville dans une maison qui est belle, ma chambre est petite j’ai un matelas qui se plie en trois en guise de lit mais la maison est de bonne qualité.

Comment font-ils pour dormir tous dans la même pièce ? En fermant les yeux ! En fait ils ont l’habitude de dormir ensemble. On s’y habitue. Ils n’aimeraient d’ailleurs pas devoir dormir tout seul dans une chambre.

Comment vous lavez-vous ? Avec du savon ! Chez moi j’ai une douche mais dans les maisons plus pauvres, on utilise une bassine…

Est-ce que la famille a un potager ? Oui, souvent et parfois une étang où on élève des poissons ou des crevettes.

Comment font-ils pour cuisiner ? ils utilisent un feu de bois.

Comment s’appellent les enfants de la famille ? je dois redemander, je ne m’en souviens plus ! 

Comment conservent-ils les aliments ? Ils achètent tous les jours au marché les légumes et le riz et un peu de poisson ; on n’a pas de frigo.

Peuvent-ils se protéger des moustiques ? Certains sont habitués, d’autres utilisent des moustiquaires

Que mangent-ils quand il pleut ? Du riz et des légumes…

Avec quoi est-ce que le papa pêche ? Quel genre de poissons, taille, nombre de poissons par jour, matériel… à la canne à peche avec un hameçon ou parfois avec un filet fixé à un levier (j’ai oublié comment ça s’appelle). Quand on a son propre étang, on peut avoir de beaux gros poissons, mais dans la rivière, les poissons sont souvent petits. Je connais les noms de certains poissons en vietnamien mais pas leur équivalent en français…

A part du poisson, que mangez-vous ? De tout ! et à la ville, on mange bien, beaucoup de légumes super bons, parfois même des feuilles comestibles, des champignons, de la viande de bœuf, de porc, de canard, de poulet, du crocodile,…

Avez-vous une boîte aux lettres ? Oui.

Est-ce que la famille doit payer des impôts ? Les gens des campagnes sont trop pauvres pour payer des impots, mais ils doivent payer pour aller à l’hopital, à l’école,…

La vie Chrétienne :

questions enfants 5Si les maisons sont si pauvres, comment est l’église… ? simple mais plus grande et les chrétiens à la ville aident à construire les églises de campagnes ;

Fêtez-vous les fêtes Chrétiennes ? oui, et en grand, on est souvent entre 1000 et 2000 personnes à la messe ! (A la ville! A la campagne, on est entre 100 à 200 personnes à l'Eglise du village)

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article

English - Français blog !!!

A blog written in Vietnamese? Not for now...Anyway, the articles published in this blog are usually in English and in French. Up to you to choose your language!

A quand un blog en Vietnamien?... Ce n'est pas pour demain, mais les articles publiés sur ce blog sont généralement et en Français et en Anglais... A vous de choisir...

La Providence passe par vous.

sm vn

La mission n'est possible que grâce à vous: soutien aux pauvres (1), y compris le parrainage scolaire, aux jeunes en formation (2), à la communauté (3), à la construction du séminaire à Manille (4), nous comptons sur votre aide! Une aide si modeste qu'elle soit, c'est important et encourageant !

- Pour nous aider de Belgique ou de l Etranger: Compte de Frédéric Rossignol chez BNP Paribas Fortis :
BIC : GEBABEBB            IBAN : BE59 0014 7732 2326



Rem: En l'état actuel des choses, il nous est impossible de vous donner une attestation fiscale.