Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 10:55

 


 

 


 

 


 
Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 10:40

Ca Mau E1I visited Vietnam in July in order to get to know better the situation regarding Catholicism in this country. During my stay, I got the opportunity to accompany Fr. Frédéric Rossignol on his trip to Ca Mau. The aim of the trip was to visit  the sponsored children and also to visit the newly constructed houses for poor families. This visit allowed me to have a better insight into the real Vietnam. I got a better picture of it, beyond the « picture postcards » and the developed Vietnam of the urban environment.  


Ca Mau E2Ca Mau is located at the extreme South of Vietnam, in a swampy area. The town stretches along the main road, and delimits  the border between dry land and swampy land. The roads are in good shape. One can imagine we are in a developed area, but actually aside from agriculture, there is nothing else that could foster economic development.


Ca Mau E3We were hosted in a rural parish in the middle of this swampy region. The sponsored children who live close by cycled (two or even three kids on one bicycle !) to come to meet us. With the help of a Spiritan seminarian, I interviewed twenty children. They were full of life, good looking, smiling… After the interview, we went to visit some of the families. What a contrast with the picture I had when doing the interviews. Indeed, the families are  not living in a miserable situation, they have food and clothing but the family situation is often very problematic. Their income is very unstable. In many cases, one of the parents left home a long time ago, or one of the family members is sick. People survive through shrimp farming, but in most  cases, they don’t own the shrimp pond. Their income is so limited that they cannot afford to build a good house, to give proper education to their children or to invest in any kind of business.

Ca mau E4

 

Ca Mau E6

 The families live in huts ; it looks beautiful and « authentic » but when the rain comes, it is a disaster. The roads to reach the houses are dirt roads. When it rains, it is not easy to have access to the houses.  This year, Fr.Frédéric raised funds to build some houses. By « house » it means something a bit better than just palm leaves and mud walls.

 

Ca mau E5

Ca Mau is a region of contrasts, with beautiful landscapes and courageous and nice people, but living conditions are very difficult for the people.

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 06:04

Les commentaires sont en Français...

Some videos of the houses constructed  or still in construction when we paid the visit. The comments are in French only...

 


 

 


 

 


 
Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 05:39

Ca Mau 2F1Le Père Frédéric se rendant à Cà Mau (sud du Vietnam) à la mi-juillet pour y visiter un autre groupe d’enfants parrainés, il m’a proposé de l’accompagner. Nous étions trois aventuriers (P. Frédéric, Michael – un français – et moi-même) Nous sommes partis un lundi soir en autobus pour un trajet qui nous a pris 6 heures de voyage. La semaine sur place fut fatigante, mais très fructueuse.Au lever du soleil, quelques heures après notre arrivée, nous avons rencontrés un premier groupe d’enfants. Ils ne venaient pas seulement à cause de nous, mais aussi parce qu’ils fréquentent les classes d’été organisés par la paroisse. Ils étaient d’abord un peu méfiants ou curieux n’étant pas habitués à voir des étrangers mais ensuite c’est la joie qui a prédominé.

Les photos de cette la visite des enfants de Ca Mau cet été ont toutes été prises par José. Un excellent photographe, ne trouvez-vous pas?

 

 

 

 

Ca Mau 2F3La richesse de ces enfants est justement ce qui nous manque souvent à nous, là où nous sommes pauvres : ils sont remplis de joie. Il ne s’agît pas d’une joie éphémère, commune aux sociétés de consommation. Ici, l’avoir cède la place à l’être et prend forme en chaque visage, en chaque geste, en chaque sentiment. Les gens d’ici ne vivent pas par conformisme mais ils sont reconnaissants pour la vie qu’ils ont reçue…

Pendant ce voyage j’ai eu l’opportunité de faire un reportage photographique. Ainsi, j’ai vu à travers mon objectif des détails que je n’aurais jamais vus dans d’autres circonstances. Plus que des images de pauvreté, j’ai pu capter des valeurs et des richesses un peu oubliées dans nos sociétés développées. Dans ce milieu pauvre, j’ai redécouvert l’innocence d’un enfant, la valeur du partage, la créativité. Ca faisait longtemps que je n’avais plus vu un enfant faisant d’une simple pierre un jouet. Ce jouet était motif de divertissement, de joie, de fous rires partagés…Des enfants jouaient à l’élastique, non pas de ceux achetés dans les supermarchés, mais des élastiques fait d’un tas de petits élastiques unis les uns aux autres. Ca faisait longtemps aussi que je n’avais plus vu des enfants heureux d’avoir reçu un livre.

 

Ca Mau 2F2

Ca Mau 2F4

À Cà Mau, outre la visite à des enfants parrainnés dans leur scolarité, nous avons visité beaucoup de maisons construites (ou en construction) grâces à l’appui de nombreux bienfaiteurs. Il est vrai que payer la construction d’une maison est plus coûteux que de parrainer les études d’un enfant. Parrainer un enfant c’est parier sur son avenir. Cependant, aider une famille à construire une maison c’est aussi l’aider à construire son foyer, c’est aussi parier sur l’avenir des enfants qui appartiennent à cette famille.

 

Ca mau 2F5

Le projet de construction de maisons, requiert l’implication de bienfaiteurs étrangers, mais aussi de la famille vietnamienne élargie (oncles, tantes, cousins, cousines…) qui aident la famille pauvre en lui apportant une contribution locale. L’intention est de créer un sens élargi de partage et d’appartenance. Les intermédiaires qui présentent aux spiritains les familles qui demandent à être soutenues, sont aussi des maillons fondamentaux de ce projet, parce qu’ils font le lien et qu’ils aident les familles à bien gérer l’argent qui leur est attribué.

 

Ca mau 2F6
Ca mau 2F7

J’ai pu constater que dans cette région, les difficultés ne manquent pas. La surpopulation fait que la terre est un bien rare, c’est pourquoi les rives du delta sont bordées d’une multitude de maisons. Chaque projet de construction d’une maison est un cas différent, qui s’inscrit dans un contexte de pauvreté spécifique. Pouvoir visiter ces familles dans leur milieu vaut mieux que de voir beaucoup de documentaires ou de lire des donnés statistiques. Pouvoir être dans leur environnement, jouer avec leurs enfants, se faire proche de chaque personne en particulier, partager son temps et ses préoccupations m’a aidé à mieux comprendre la valeur et le besoin d’une vie consacrée aux autres comme missionnaire.

 

Un grand merci au père Hung et à son frère Cua pour leur soutien annuel dans  les contacts avec  les familles pauvres de Ca Mau. Sans eux, ce projet n'existerait pas.

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 06:59

Baguio F4Qui suis-je? La question est pa rfois si difficile que b eaucoup préfèrent ne pas y répondre. En effet, quand on cherche à savoir qui on est, il n’est pas rare de découvrir un certain nombres de choses qui ne sont pas toutes reluisantes. En chacun de nous, il y a le meilleur et le pire, “la belle et la bête” comme on dit. Si parfois on peut être prêt à s’interroger sur son identité, on ne sait pas toujours comment procéder. Où si quelqu’un est prêt à nous aider, on peut être méfiant et avoir peur d’être incompris ou manipulé. 

 

Nos sourires sur les photos, témoins de bons moments de nos vies. Mais chacun a aussi ses moments de difficultés ou découragement, ses hauts et ses bas...

 

 

S’interroger sur soi-même n’est pas sans danger mais le jeu en vaut la chandelle parce que ce que nous sommes est le point de départ de notre relation au monde qui nous entoure, aux gens autour de nous. Il est important d’être conscient de sa propre valeur, de ses qualités, pour pouvoir rendre notre monde plus beau, plus humain. Il nous faut aussi reconnaitre ce qu’il y a de mauvais en nous, pour pouvoir nous controler et de cette manière limiter l’impact négatif que nous pouvons avoir sur notre entourage.

 

Dans le cadre de ma formation comme éducateur (supérieur d’une maison de formation pour des candidats à la vie religieuse), j’ai participé au mois de mai à deux semaines de session d’intégration psycho-spirituelle aux Philippines. Nous étions vingt-six participants accompagnés par quatre animateurs (trois laïcs et un diacre). Parmi les participants, il y avait trois laïcs, cinq soeurs, neuf séminaristes et neuf prêtres.

 

Baguio F5

 

Les Philippins, des gens très chaleureux et qui parlent tous l'Anglais, ce qui facilite grandement la vie !

 

 

Baguio F6

 

La plupart des participants étaient philippins, j'étais le seul européen mais j'ai lié de belles amitiés.  Damien de Malaisie, Alphonse des Philippines mais qui travaille au Vietnam, Ranju d'Inde et Tarcis d'Indonésie. Fous rires garantis, ça fait du bien pour ne pas se prendre trop au sérieux !

 

Nous avons passé ces deux semaines de formation dans une maison dans les faubourgs de Baguio, une très belle région du Nord des Philippines, dans les montagnes. La nature était superbe et le climat très doux.

 

Baguio F1

 

baguio F2Baguio F3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La nature aux Philippines? J'ai adoré ! Température excellente et paysages époustouflants !

 

Au cours de cette session, nous avons été invité à réfléchir à ce que nous sommes aujourd’hui en tant que corps, esprit et âme, et à comprendre combien nous sommes aussi le produit de notre passé (spécialement de notre histoire familiale) et de notre vie psychique inconsciente. A l’aide d’outils psychologiques, en prenant pour point de départ notre Moi Idéal, nous avons cherché à mieux comprendre notre Moi Réel. Qu’ai-je appris durant ces deux semaines?

J’ai découvert que nous sommes tous des personnes blessées à divers niveaux. Personne ne peut dire qu’il n’a pas vécu des expériences négatives dans son enfance. A des degrés divers, chacun a été victime d’abus, que ce soit au niveau physique ou au niveau émotinnel. Aussi, à travers de diverses techniques, on nous a invité à nous souvenir d’évènements significatifs de notre enfance, une époque où beaucoup de choses sont assimilées inconsciemment par notre esprit. Jusqu’à un certain point, on peut dire que nos attitudes, sentiments, et engagements à l’heure actuelle sont directement influencés par ce que nous avons vécu dans notre enfance.  


On nous a aussi demandé d’être plus conscient de l’importance de notre corps, en prenant conscience de notre apparence, et en étant à l’écoute de ce que nous dit notre corps, notamment quand il se plaint. Nous avons fait des exercices physiques pour mieux sentir notre corps et nous avons cherché à mieux en prendre soin.

 

Baguio F7

 

Baguio F8

 

Baguio F9

 

Ca reste entre nous (hein!), mais quand j'en avais un peu marre de ces temps de réflexion et d'exercices, je m'échappais pour des ballades de deux ou trois heures dans la montagne, à la rencontre des mineurs (il y a des mines d'or dans la région). Je suis tombé sur une fete de hameau. J'ai été magnifiquement accueilli. Vive l'esprit missionnaire !


On nous a aussi demandé de réfléchir à nos valeurs et comportements. Il est clair que bien souvent nos objectifs et la manière dont nous cherchons à les atteindre, sont pour une bonne part le fruit de dynamiques inconscientes. Ainsi par exemple, quand on entre dans la vie religieuse, on le fait parce qu’on croit que Dieu et l’Eglise nous y appellent, ce qui est d’ailleurs vrai. Mais par ailleurs, on entre aussi motivé par toutes sortes d’autres motivations moins claires. On peut se sentir attiré par la formation intellectuelle qui nous est donnée, par le statut que la vie religieuse nous donne (les gens nous respectent parce que nous sommes prêtres ou frères ou soeurs). On peut aussi être attiré par la vie communautaire et le fait de se sentir reconnu par ses pairs, etc.


Quand je fais le bilan de cette session, je me dis que j’ai appris pas mal de choses sur moi-même, mais bien des attentes n’ont pas été rencontrées. Je m’attendais à ce qu’on nous présente Jésus comme Le modèle de notre humanité. J’aurais aimé qu’on parle du thème de la vocation de tout homme en s’appuyant sur la Bible (la vocation comme un processus de séparation, comme un appel vers l’autre, une découverte de l’altérité). Les questions essentielles du péché et du salut, de l’influence de notre société avec ses valeurs qui ne sont pas souvent les nôtres, l’exigence de la sainteté, les valeurs de l’engagement et de la persévérance, tous ces éléments décisifs dans la vie d’un homme et d’un chrétien n’ont pas été abordés. Cela pose question… Je suis persuadé qu’on peut faire un parcours d’intégration pyscho-spirituelle en combinant l’approche psychologique et l’anthropologie chrétienne, mais il y a encore du boulot pour concilier harmonieusement ces deux perspectives. Mais c’est possible et crucial, étant donné que nous sommes un, à la fois corps, esprit et âme.

 

baguio F10

 

Etonnant mystère que Dieu qui s'est fait homme et est mort pour nous pour nous montrer le chemin de vie, celui d'une humanité pleinement vécue parce que pleinement donnée !

 

Je remercie les modérateurs pour la charge de travail et de disponibilité que cette session a représenté pour eux. Je suis aussi reconnaissant à tous les participants pour l’ambiance fraternelle qui s’est vécue entre nous.


Frédéric.

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 05:40

Who am I? Such a difficult question that leads many people to not try to answer to the question. Because if we look intently at ourselves, we may feel discomfortable with what we will find out; inside ourselves, there is space for the best and the worst, the beauty and the beast. The other difficulty might be that we are willing to know more about ourselves, but we don’t know how! Or if somebody helps us to look inside ourselves, we might be manipulated by that person. There are risks when looking insides ourselves, but is is worth to take the risk since who we are is the starting point of the way we relate to our world, to people. We need to be aware of our beauty, our talents, in order to make a better world around us. We need to be aware of the worst in us, in order to prevent and restrain any harm we may do to others.

 

baguio E1 (7)

 

baguio E2

 

Baguio E7

 

The nature in the North of Philippines is a must to relax...Such a beautiful place...


As part of my formation program as formator,  I just participated to a two weeks session on Psycho-Spiritual Integration (PSI), in Philippines. We were twenty-six participants accompanied by four facilitators (three lay and one deacon). Among the participants were three laymen and women, five sisters, nine seminarians, and nine priests. We spend two weeks together in the city of Baguio, a wonderful cool region surrounded by beautiful hills.

 

baguio E3

 


During this intensive program, we tried to understand who we are at the present time (as body, psyche and spirit) and how much we are influenced by our past (especially the family story) and by our inconscious. Following the psychological approach, we departed from the Ideal Self in order to reach the Real Self.

To be integrated means also to enlarge horizons through readings...

 


What did I learn during this two weeks?

First, that we are all wounded persons. There is no single person in the world that has not been abused in some ways during his childhood. For some, it can be even physical abuses, for others it is emotional abuses. Through several techniques, we tried to remember what happened during our childhood, a time where most of the events were assimilated unconsciously. Up to one point, our behaviors, attitudes, feelings, commitments at the present time are directly related to our childhood. This explains why at the present time we are still very much geared by innerblocks.

 

Baguio E4

 

A joyful team...

 


Baguio E5We also try to be in touch with our present body, to identify what is our physical appearance and what our body tells us when it pains. We made physical exercises to feel our body and also to learn to take care of it.

Finally, we look at our values, and attitudes in life. We find out that we may often be directed by unconscious needs when pursuing goals and acting it out. For example, when entering in religious life, we believe that it is because God call us and the church needs us, which is true. But on the other hand, we also enter in religious life for many other reasons: the attractiveness of a good intellectual formation, the status that we will have (people respecting us for being priests or sisters), the affective needs that could be met by living with other companions,…

 

Brothers Damian (from Malaysia) and Ranju (from India), we had great fun together...!

 

Baguio E6

 

Fred, Ranju and Ca-T(h)arsis (from Indonesia) !

At the end of this PSI,  I learn lots of things about myself, even if some of my expectations were not met. I was hoping to have a clear picture on how Jesus Christ is the Model of our humanity. I was expecting to look at the biblical understanding of vocation (vocation as a separating process, as a call toward otherness). The question of sins and redemption in a society that do not always share our values but that influences our attitudes, the call for holiness, the value of the commitment and perseverance, all those aspects were not developed in this PSI as I would expect it.  I hope that in the future, further work can be done to better connect the psychological approach with a Christian spiritual approach. If we are a whole, body, mind and spirit, it should be possible to emphasize the link between psychology and Christian spirituality.

 

baguio E9

 

The one who makes us fully human is the Risen Lord.

I thank the four facilitators for the huge work they have done to prepare this PSI and to give it. I am also grateful to all the participants who were very supportive during this PSI.


Frédéric

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 10:18

Les vietnamiens me demandent souvent si j'ai déjà eu l'occasion de voyager à l'intérieur du Vietnam. Je suis un peu confus vu que la plupart d'entre eux n'ont pas les moyens de voyager et de connaitre mieux leur propre pays. Beaucoup de gens du Sud ne sont jamais allés dans le Nord et vice-versa. Meme si je voyage moins qu'avant, étant plus pris par mon travail à Saigon, il m'arrive encore plusieurs fois l'an d'aller dans l'une ou l'autre région de ce superbe pays. J'y vais en général pour visiter des orphelinats, parfois à l'invitation d'amis, ou pour des célébrations. Si vous n'avez jamais voyagé dans le pays, ou si le Vietnam vous manque, je me propose de vous aider à le (re) découvrir en photos... Commençons par Hanoi. Une visite de deux jours s'impose !

 

The Vietnamese ask me regularly if I have ever travelled inside their country. I am a confused when I answer them that yes, I have been to nearly all places in Vietnam. I know that it is not the case for most of them. Many Northerners never travelled to the South. Many Southerners never came to the North for the simple reason that travelling is expensive! Every year, I have chance to visit some places in Vietnam, most of the time because I go to visit orphanages, at times because some friends invite me or to participate to celebrations, like weddings, parish feasts,...If you never came to Vietnam or if you miss the place you already visited, I show you some pictures of this amazing country. Let u start with a two days visit of Hanoi...

 

Tourisme Hanoi 1A lac Ho Kiem

 

L'envie vous prend de découvrir le lac de l'épée (Ho Kiem) en toute tranquilité? Faites comme bon nombre de Vietnamiens, levez-vous vers 4h30 du matin pour aller faire votre jogging à 5h.

Would you be courageous as the Vietnamese are, to get up at 4.30am in order to jog around the Sword lake (Ho Kiem)? If you want to enjoy a quiet atmosphere, it is the right time to do it.

 

Tourisme Hanoi 2

Le pont en bois, sur le lac de l'épée.

Il mène à la pagode de Jade (Ngoc Son)

The wooden brigde, on the Sword lake.

It leads to the Jade Pagoda (Ngoc Son)

                                                                                                                                                                                                                                                                 Tourisme Hanoi 1B Statue de Ly Thai To fondateur de Hanoi

 

En passant, un petit bonjour à Ly Thai To, le fondateur de Hanoi (Hanoi qui vient de feter ses 1000 ans en 2011 !)


From the street that surrounds the lake, you get a view on the statue of Ly Thai To, the founder of Hanoi, (Thanh Long), that was erected 1000 years ago. Happy birhtday !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tourisme Hanoi 3

 

 

 

Tourisme Hanoi 4

 

Hem! Il me semble que la tranquilité de 5h du matin, est terminée... Hanoi se réveille au son de ses mobylettes. En vous parquant, vous aurez droit à un ticket, à ne perdre sous aucun prétexte. Il vous permettra de récupérer votre mobylette pour 5000 vnd (20 eurocents).

The quiet atmosphere of 5am is over... It is time for the Vietnamese to go to work or to study on their favourite way of transportation, the motorbike! When you park your engine, don't forget to get your ticket. You'll need it to get back your motorbike after paying 5000 vnd (30 usd cents)

Tourisme Hanoi 5

 

Tourisme Hanoi 6

 

Le principe de la boutique vietnamienne? Un maximum de marchandises sur un minimum d'espace !

The logic of business in Vietnam? You put a maximum of stuffs on a minimum of space!

 

 

Tourisme Hanoi 7

 

Tourisme Hanoi 8

 

Charmante vision que celle d'un pays où les petits métiers ont encore leur place, charmant, certes, mais c'est aussi le dur métier de ces hommes et femmes qui chaque jour doivent arpenter les rues, souvent se casser le dos pour un maigre salaire de deux euros par jour seulement!

 

 

 

Tourisme Hanoi 9

 

 

It is so nice to come across the many streetsellers everywhere in Vietnam. Nice? In a way, yes! But it also reflects the difficult life of so many poor Vietnames who earn only three dollars a day!

 

Tourisme Hanoi 10

 

 

Heureusement, le parti nous rappelle que aujourd'hui c'est la fete de la libération de tous les peuples! Rassurés, nous décidons d'aller saluer Oncle Ho. Outre le mausolée, on peut visiter un musée qui lui est dédié, sans oublié de faire un saut à la pagode au pilier unique.

 

 

Tourisme hanoi 14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Anyway, the good news is that the Party reminds us that today is the liberation's day of all people. Relieved, we decide to go to pay a visit to Uncle Ho. Beside the mausoleum, there is a Museum decidated to him, and close by, the one pilar pagoda.

 

 

 

Tourisme Hanoi 15

 

Pas trop fatigués? Nous, maman et moi, on l'est un peu. Mais après avoir pris un taxi, on retourne dare dare au lac de l'épée pour aller au théatre des marionnettes d'eau, nous caler dans les fauteuils pour cinquante minutes de spectacle! N'oubliez pas d'acheter vos tickets deux ou trois jours à l'avance, les hotels de luxe ont la facheuse habitude d'acheter les billets en prévente pour leurs clients!

 

Already tired? So are we, my mother and myself. So we catch a taxi and go back to the theater of the water puppet, by the Sword lake to enjoy a 50 minutes play. If you plan to see the play, buy your tickets well ahead of time. The 5 stars hotels and travel agency will not wait for you to purchase it for their own clients!

 

 

 

 

Tourisme Hanoi 12

Tourisme Hanoi 11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà, la visite est terminée. Alors, laissez-vous tenter!

Hanoi en vaut la peine!

End of the tour! We hope you enjoy it and will be tempted by a visit of Hanoi.

It is worth to see it!

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 07:20

Chers confrères, parents, amis et bienfaiteurs,

A l’heure où je vous écris, nous sommes le 24 au matin. Dans quelques heures, nous fêterons Noël, six heures plus tôt que les européens. Cette année aura été riche en évènements. En été, je suis rentré en Belgique pour prendre un mois et demi de vacances (je rentre au pays tous les deux ans), le temps d’être avec ma famille, en particulier mes parents que j’ai trouvé en excellente forme. De retour au pays, j’essaie toujours de revoir des parents et quelques amis. C’est un temps de repos, aussi j’évite de courir à droite et à gauche tout le temps. Il y a donc pas mal de personnes que je n’ai pas l’occasion de revoir et d’autres que je ne revoie que pour un temps fort court. C’est la vie ! Mais je suis toujours heureux de rentrer. J’ai la chance d’avoir un autre regard sur mon propre pays et je suis toujours émerveillé par la beauté de la nature, le calme, la beauté des villes, l’attachement que nous européens portons à la culture. J’aime revoir ceux qui me sont chers et savoir que beaucoup d’entre eux vont bien. J’en profite aussi pour faire la tournée des communautés spiritaines, qui sont toujours extrêmement accueillantes.

 

Noel 1FJ’y ai passé peu de temps, voulant donner la priorité à mon séjour chez mes parents, mais je suis heureux de savoir que mes confrères vont bien et se réjouissent de voir un des leurs en mission et heureux de l’être. A la fin de l’été, une surprise de taille m’est annoncée. Après quatre ans d’invitation, mais sans les forcer (!), mes parents se décident à venir me

visiter au Vietnam. Rendez-vous est pris pour la Noël, une période de fête et durant laquelle le climat est plus clément (moins chaud s’entend !) qu’aux autres périodes de l’année.

Mes parents et moi en route vers le Delta du Mekong, une magnifique region au Sud du Vietnam.

De retour au Vietnam à la mi-septembre, je retrouve cette année 8 postulants. Avec 9 aspirants vivant dans une autre maison, cela nous fait 17 séminaristes. La famille spiritaine s’aggrandit de jour en jour, pas de doute ! Je continue mon mandat de supérieur pour les postulants pour la seconde année. Mais en plus de cela, il m’est demandé de faire une formation en psychologie et en spiritualité aux Philippines afin d’être mieux outillé pour mon rôle de formateur de nos séminaristes. Cette formation-là s’organise en modules d’une à deux semaines. En tout, il y a une quinzaine de modules, soit vingt semaines de formation, que l’on peut suivre à la carte. En accord avec mon supérieur, nous décidons que je suivrai la totalité des modules sur une période de deux ans, à raison de quatre séjours aux Philippines cette année académique-ci, et de trois séjours l’année prochaine. Je continue mes engagements des années précédentes, à savoir l’organisation de la formation des postulants, la catéchèse de mariage et de baptême pour les francophones de la ville, les messes et baptêmes en vietnamien, ainsi que divers services pour la communauté. Ces multiples activités font que depuis mon retour de vacances, ma présence en communauté est très irrégulière. Que ce soit au niveau personnel ou au niveau communautaire, c’est loin d’être l’idéal. Mais la vie concrète, ce n’est pas l’idéal, mais l’art du possible… Ce qui me réjouit, c’est de voir qu’au niveau de la formation de nos séminaristes, nous vivons de très belles choses. Nos séminaristes sont des jeunes remarquables. Ce sont des gens chaleureux, qui ont un bel esprit communautaire. Ils sont serviables et efficaces. J’ai confiance en eux, et quand je ne suis pas là, tout en comptant sur l’aide de mes confrères prêtres, je sais que les choses tournent bien.

 

Noel 2f

 

 

Noel 3F

 

Noel a la paroisse : choeur des enfants aveugles de Huynh De Nhu Nghia et choeur de nos jeunes en formation.

Depuis une semaine, comme prévu, mes parents sont arrivés au Vietnam, pour un séjour de trois semaines. Ils ont déjà visité nos communautés et nous avons fait une excursion de trois jours dans le delta du Mékong. Ils sont enchantés de leur séjour et nous avons eu jusqu’ici beaucoup de chance avec le temps ; depuis leur arrivée, à l’exception d’hier, il n’a pas fait trop chaud. Ma maman est un peu moins aventurière que mon papa en terme de nourriture. Mais tous deux sont curieux de beaucoup de choses et apprécient ce monde tant différent de le leur.

 

Noel 4f

 

Papa et le pere Christian Berton s'essaient aux baguettes pour manger, pas evident !

 

Noel 5f

 

Noel 7fPour moi, c’est un temps précieux et béni que de pouvoir les accueillir ici, de leur montrer ma mission, ce pays que j’aime tant et de voir aussi que bien qu’ils ne rajeunissent pas (ils ont 75 et 74 ans), ils sont toujours en bonne santé. Au Vietnam, les parents sont très respectés, qui plus est les parents d’un prêtre. Les invitations fusent de partout et c’est tellement enrichissant d’être accueilli par les Vietnamiens eux-mêmes. Le lundi de Noël, nous partons pour quinze jours à la découverte du Centre et du Nord du Vietnam. Un beau programme en perspective !

 

"Hai ong tay ba lo", litteralement, les deux occidentaux au sac a dos, appellation un peu taquine pour parler des etrangers en visite au Vietnam.

 

Noel 6f

 

Poulets en route vers le marche...

 Noel 8fNoel 9e

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La nature au Vietnam, une beaute dont on ne se lasse pas !

 

Je termine cette lettre en vous remerciant pour votre amitié. Pour beaucoup d’entre vous, une dizaine de milliers de kilomètres nous séparent, les nouvelles se font rares, mais l’amitié et l’estime mutuelle est bien là. Que le Dieu de la paix et de la joie,qui s’est fait petit et pauvre vous bénisse et vous garde.

Sainte fête de Noël et une belle année nouvelle du Dragon (qui débutera cette année le 23 janvier, selon le calendrier lunaire !)

Père Frédéric, missionnaire du Saint-Esprit.

 

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 07:57

Vietnam, Christmas dec.2011

 

Dear confreres, parents, friends and benefactors,                    

I am writing this Christmas card in the morning of the 24th of December. In a few hours, we will celebrate Christmas, six hours ahead of the Europeans. This year was full of diferent events. During Summer, I took holidays in Belgium, a time of blessing when I could spend time with my family, especially my parents who are in good form. When I am back in Belgium (every two years), I meet my relatives and some of my friends. It is a time for relaxing, so I avoid to run everywhere. I can’t see everybody as I would like to, and the people I see, I see them only for a short time. That’s life ! Anyway, I like to be back in my homecountry. Living abroad, it helps me to have another perspective on my own country. Vietnam is beautiful but Belgium too ! In Belgium, the landscapes, the lifestyle, the architecture of the cities, everything is just amazing ! I enjoy to see those I love but who are so far from my new home. Most of them are fine, while others face some difficulties. I also take chance to visit the Spiritan communities. They are so welcoming. I try to not be too absent from my parents’home giving them as much time as possible. But it is good to visit the spiritan communities also ; they support my mission and are glad that I am a happy missionnary.

 

 

Noel 1EAt the end of the summer, my parents took me by surprise : they announce me that they plan to visit me in Vietnam soon. We decide they would come around Christmas. I cannot belive they made their mind. It had been four years that I was inviting them and finally they agreed to come !  Christmas is the right time to visit Vietnam, the climate is better (I mean cooler than other seasons of the year) and it is a very big feast for the christians.

 

The two courageous visitors, my dad and my mum.

Back to Vietnam on mid-September, I started again to live with the postulants. They are eigth. Together with nine aspirants, we have 17 seminarians. Our spiritan family is growing ! I am the superior of the postulancy since last year. But besides that work, I do a training in psychology and spirituality in Philippines, so that I can become a more competent formator. The formation in Philippines is organized by modules of one or two weeks each. There are fifteen modules, for a total of twenty weeks of formation. With the agreement of my own superior, I decide to do that course on a two years period, making back and forth trips from Vietnam to Philippines four times a year this year and three times a year next year. In the meanwhile, I keep my commitments in Vietnam : the organization of the formation for our seminarians, the catechese for wedding and baptism for the french people in Saigon, the mass and baptisms in Vietnamese, and some services to the Congregation. Being very busy, my presence in community is very irregular, which is not the best, but mission is not about the best, but about doing what you can in the current situation… What makes me happy is to see how good are our seminarians. They are dedicated people, they have a good community spirit, I trust them and when I am absent, I don’t have to worry, they manage well and my other confreres come to visit them regularly.

 

 

Noel 2e

 

 

Noel 3E

 

Christmas, a time of joy celebrated in the Church and in community.

 

It has been one week now that my parents have arrived in Vietnam. They will stay three weeks. They already visited our three communities and we went to the Mekong Delta for three days. They enjoy very much their stay and are lucky with the weather which is not too warm. My mother is not much at ease with the Vietnamese food but my father adapts easily.  

 

Noel 4e

 

The menu, "banh xeo" (crepe) et "cha gio (raviolis)

 

Both are interested and enjoy to discover this asian world so diferent than the European one. For me this time is a time of blessing. I am so glad to welcome them in the country where I work as missionnary. I can see that they are getting older (they are 75 and 74 years old this year) but they are still in a very good health. In Vietnam, people respect very much the elderly, especially the parents of a priest.

 

Noel 5 et 6e We are invited by so many Vietnamese families and it is a very touching experience. On Monday after Christmas, we will make a two weeks trip to visit the Center and the North of Vietnam for two weeks. That will be a wonderful experience.

 

 

 

 

 

Rehearsal for Christmas at the sisters'community

 

Noel 7e

 

Four on the motorbike, business as usual!

 

Noel 8e

 

Some street or very poor children receive education for free at the parish.

 

Noel 9e

The nature is beautiful.  (coconut tree).

 

I conclude my letter by thanking you for your friendship. Most of you are distant from Vietnam by ten thousands kilometers. News are not frequent, but our mutual friendship and estime is strong. I pray that the God of peace and joy, Who decided to come to our world as a poor and humble person, bless you and keep you in his love.

I wish you a holy Christmas day and a happy new year of the Dragon (the Dragon year will start on the 23d of January, according to the lunar calendar).


Father Frédéric, Missionnary of the Holy Spirit.

 

             

 



 

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 04:47

 

 

Les religieux (j'en suis !) font trois voeux au moment de leur engagement dans la Congrégation, les voeux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance. Tout chrétien en fait vit ces trois réalités à sa manière en fonction du contexte dans lequel il vit (célibataire, marié, consacré,...). L'autre jour, j'ai cherché sur internet un article sur le thème de la chasteté. Je n'ai rien trouvé de très édifiant alors, j'ai mis par écrit une réflexion personnelle. Je vous la livre. Ce n'est pas le fait d'un grand thélogien, mais qui dit chasteté dit en fait amour, alors...cela nous concerne tous !

 

1.  La chasteté de Dieu


La chasteté, c’est l’amour vécu à la manière dont Dieu le vit, c’est-à-dire un amour pur, gratuit et qui fait grandir l’autre et moi-même par la même occasion. En ce sens, Dieu seul est chaste, Et Marie a reçu la chasteté par participation. Pourquoi Dieu seul est-il chaste ? Parce qu’en Dieu Il n’y a pas de possessivité. Il n’y a qu’un amour qui se donne. Est-ce à dire que Dieu ne reçoit pas d’amour ? Dieu reçoit aussi de l’amour de la part de ses créatures, mais cet amour est toujours vécu comme un cadeau. En Dieu, il y a aussi de la Reconnaissance, mais c’est Reconnaissance est indépendante de toute imposition, de toute exigence pour soi-même. Autrement dit, Dieu n’aime pas en exigeant en retour l’amour de sa Créature ; Il y a une Liberté en Dieu qui est divine, et quelque part incompréhensible. Il faut tenir les deux, à la fois l’échange d’amour qui se réalise entre Dieu et sa Créature et en même temps la gratuité totale avec laquelle Dieu exprime son amour. Est-ce à dire qu’en Dieu, il n’y a pas de frustration quand l’Amour n’est pas aimé ? Le mot « frustration » ne s’applique pas à Dieu. Mais il faut reconnaître qu’en Dieu il y a un désir profond de communiquer son amour avec sa créature, qui fait que lorsque la créature ne répond pas à l’appel, il y a une tristesse en Dieu. Si nous ne tenons pas gratuité et réciprocité ensemble, alors Dieu se réduirait à une divinité aristotélicienne qui serait indifférente à sa création, à ses créatures.

 

13 x 18 cm

Les Saints sont des gens qui nous montrent combien la chasteté peut être vécue à un très haut point.

Voici une peinture de Phan Duy Vũ, postulant spiritain vietnamien qui a reprit des figures importantes de la tradition spiritaine.

- A l'avant plan à gauche, le père Claude François Poullart des Places, notre fondateur.

- A l'avant plan à droite, le père François Libermann, second fondateur de la Congr'égation.

- Au centre, le bienheureux Daniel Brottier, connu pour avoir revitalisé l'oeuvre des orphelins apprentis d'Auteuil.

- A l'arrière plan, le bienheureux Jacques Laval, grand évangélisateur de l'île Maurice.

Le résultat est magnifique ! 


 2. La chasteté humaine.

La chasteté humaine est un apprentissage de la manière d’aimer propre à Dieu. Elle consiste à renoncer à toute soif de pouvoir, et à s’émerveiller devant l’autre que l’on reconnait comme enfant de Dieu. C’est l’expérience de la rencontre entre Elisabeth et Marie. Toutes deux se reconnaissent pleinement femmes, en ce compris comme mères. Mais leur joie est toute décentrée. « Le Puissant fit pour moi des merveilles, Saint est son Nom ». Reconnaissons-le, vivre la chasteté est souvent difficile. Ou plutôt, c’est un processus. On n’est pas chaste, on le devient. Il faut apprendre à aimer l’autre pour lui-même, pour elle-même et non pour ce que l’autre m’apporte. Etre chaste, c’est être décentré de soi-même. Le péché vient souvent fausser les relations que j’entretiens avec les autres, mais le travail de l’Esprit Saint me permet aussi de vivre la relation avec authenticité. En ce sens, en Dieu, il m’est donné de vivre dès aujourd’hui une relation à l’autre qui préfigure la relation que nous aurons entre nous au Ciel. Mais comme je suis marqué par le péché, qui est synonyme de possessivité égoïste, je dois apprendre aussi à lutter contre les situations de péché et contre toute tentative d’appropriation de la relation avec mon prochain . En ce sens, on peut parler d’éducation à la chasteté. Cette éducation passe à la fois par un esprit de franchise et de simplicité. En ce sens, je dois dépasser mes peurs et prendre le risque de la relation, en ayant confiance que Dieu me soutient, qu’il me bénit dans mes relations. D’autre part, il est bon aussi de faire le choix à certains moments de renoncer à certaines relations, soit parce que je vois qu’un rapport authentique à cet personne n’est pour le moment pas possible (et ne sera peut-être possible qu’une fois que nous serons au Ciel dans la vérité de Dieu), soit parce que je fais le choix volontaire d’un renoncement, par amour pour Dieu. J’apprends à renoncer à certaines relations, en fait à une certaine expression de cette relation, pour montrer à quel point Dieu est le centre de ma vie. J’accepte ainsi de faire l’expérience d’une certaine solitude, pour être en communion avec Jésus abandonné, et dans ma solitude, je rejoins la solitude de mon frère ou de ma sœur qui se sentent isolés, abandonnés. Mais comme dit le Quohélet, il y a un temps pour tout, « un temps pour aimer et un temps pour haïr », une expression un peu forte, mais en la traduisant on dirait, un temps pour la relation et un temps pour la solitude. Vivre la solitude plénière (au sens d’habitée par la Présence de Dieu) et la relation plénière ne nous est pas encore donné en totalité durant notre vie sur terre. L’humilité et la confiance doivent donc toujours primer. Je me reconnais comme pécheur, incapable de vivre pleinement le don que Dieu me donne, mais j’ai confiance, ma chasteté est un chemin, et Dieu m’y fait cheminer, m’y fait grandir. Sur ce chemin, la pénitence, la réconciliation, l’humour même, la patience, en fin de compte l’humilité, sont autant de repères qui  permettent de continuer le chemin. Courage ! La vie est belle !

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article

English - Français blog !!!

A blog written in Vietnamese? Not for now...Anyway, the articles published in this blog are usually in English and in French. Up to you to choose your language!

A quand un blog en Vietnamien?... Ce n'est pas pour demain, mais les articles publiés sur ce blog sont généralement et en Français et en Anglais... A vous de choisir...

La Providence passe par vous.

sm vn

La mission n'est possible que grâce à vous: soutien aux pauvres (1), y compris le parrainage scolaire, aux jeunes en formation (2), à la communauté (3), à la construction du séminaire à Manille (4), nous comptons sur votre aide! Une aide si modeste qu'elle soit, c'est important et encourageant !

- Pour nous aider de Belgique ou de l Etranger: Compte de Frédéric Rossignol chez BNP Paribas Fortis :
BIC : GEBABEBB            IBAN : BE59 0014 7732 2326



Rem: En l'état actuel des choses, il nous est impossible de vous donner une attestation fiscale.