Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 01:07

What's up with the life of the spiritans in Vietnam? So many good things. Our spiritan family is growing. This year, we had a beautiful celebration of Pentecost with more than 300 people. Our seminarians made a nice video available in three languages. Have a look at the english version.

 


 

 

Curious too see other video we made in the past? Two years ago, we had another video who also presented our work in Vietnam after two years. Enjoy...

 

 

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 10:25

Ủa, sao mà bạn lên blog của cha ? Bạn co đọc tiếng pháp hoặc tiếng anh không ? Nếu bạn không biết đọc nhiều, bạn có thể coi phim này về dòng Chúa Thánh Thần bằng tiếng việt !


 

Bạn cũng lên mang để coi phìm về thánh lễ Chúa Thánh Thần hiện xuống !


 

Bạn muốn biết về linh đạo chúng tôi? Chúng ta là người truyền giáo. Bạn có biết có nghĩa là gì? Hãy coi phim này bằng tiếng việt  để biết sâu hơn !

 


 

Cha Trần Sỹ Hòa

 


Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 09:40

Des nouvelles de la mission au Vietnam? En tout cas, sur ce blog, elles se font rares. Ce n'est pas toujours évident de raconter des choses nouvelles après 4 ans. Et pourtant, il y a du neuf ! Nous venons de fêter la Pentecôte et ce fut magnifique.  Ce fut une très belle fête avec près de 300 invités. A cette occasion, nos séminaristes ont fait une vidéo sur notre mission.  Je vous invite à la regarder en cliquant sur le lien suivant:

 

 


 

 

 

D'autres vidéos ont été réalisés dans le passé, notamment la visite que le père Trinh et moi avons faite dans le Nord du pays, qui est aussi de toute beauté. A voir également sur youtube !

 

 

 

 


Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 09:13

Cette année pour Pâques, contrairement aux années précédentes où je me partageais entre les célébrations de la Semaine Sainte en Français et celles en Vietnamien, j’avais décidé de vivre toutes les célébrations à la paroisse vietnamienne de notre quartier. De manière générale, au niveau de la forme, les célébrations vietnamiennes ne sont pas très différentes de celles qui sont célébrées en Europe. Il n’y a pas de rite vietnamien particulier. On utilise le rite romain, une messe dominicale dure à peu près une heure. Cependant, les Eglises sont toujours bien remplies (au minimum 800 personnes à chaque messe dominicale (il y en a trois !)) et la liturgie est soignée.

 

Phuc sinh 1f

 

 Les enfants de choeur sont nombreux, ils sont vêtus de beaux vêtements rouges et blancs. Chacun d’eux sait ce qu’il a à faire durant la célébration et ce petit monde s’y attele avec plaisir et solennité. Les femmes qui viennent faire la lecture sont en habit traditionnel (l’ao dai) et les hommes en costume-cravatte. Il en est de même pour les membres de la chorale. Le prêtre revêt toujours une chasuble. Dans l’assemblée, les enfants sont en chemise blanche et pantalon ou jupe bleue. Ils portent un foulard dont la couleur varie en fonction de leur âge et de leur classe de catéchèse. En clair, les vietnamiens ont un sens inné (et acquis !) de la beauté et solennité de la liturgie.

 

phuc sinh 2f

 

phuc sinh 3f 

 

phuc sinh 4f 

La liturgie de la Semaine Sainte est globalement « classique », si je puis dire. A la veillée pascale, comme chez nous, on commence par la liturgie de la lumière (le feu à l’extérieur de l’Eglise, l’Eglise dans l’obscurité et l’entrée avec le Cierge pascal en chantant « Lumière du Christ ») et puis vient le chant de l’Exultet, les cinq lectures,... La célébration la plus originale a lieu le vendredi saint. Après le lavement des pieds célébré comme partout ailleurs dans l’Eglise universelle, il y a une seconde célébration qui consiste en l’enterrement de Jésus à la manière dont on célèbre les enterrements selon le rite vietnamien. La célébration commence par un jeu scénique de l’arrestation de Jésus, organisé par les jeunes sur le perron de l’Eglise. Ensuite, tout le monde est invité à rentrer dans l’Eglise et à rêvetir un bandeau blanc sur la tête en signe de deuil. Les personnes âgent méditent alors sur les stations du chemin de croix à la manière traditionnelle, en psalmodiant très langoureusement. Cette partie de la liturgie dure plus de deux heures et j’avoue que si je n’avais pas été au milieu de l’assemblée, je n’aurais pas tenu jusqu’au bout. Certains assistent à toute cette liturgie alors que d’autres ne viennent que vers la fin. A la fin de la méditation, on détache Jésus de la croix et on le met dans un sarcophage en verre. Son corps est en partie recouvert par du riz soufflé ; le riz soufflé étant utilisé comme substitut d’autres substances qu’on met traditionnellement dans le sarcophage avec le corps du défunt pour éviter que le corps ne sente, tel du thé ou du café ou de la cannelle.

 

phuc sinh 5f

 

 

On part alors en procession jusqu’à la crypte de l’Eglise où le Christ est vénéré. Les gens s’agenouillent et baisent les pieds du Christ et la tradition veut qu’on puisse reprendre avec soi une partie du riz soufflé et le manger ! Ensuite, on veille le corps pendant encore plusieurs heures. Les différents groupes de la paroisse se succèdent et prient toutes sortes de litanies et de chants.

 

phuc sinh 6f

J’ai été heureux de prendre part à toutes les célébrations liturgiques de la Semaine Sainte en Vietnamien. Je continue d’être impressionné et encouragé par la foi des vietnamiens. Certes la société vietnamienne évolue rapidement et le consummérisme est aussi présent dans la société et l’Eglise du Vietnam. Même dans une Eglise dynamique, il faut continuellement être vigilant et créatif pour que l’Evangile continue d’être pertinent dans le quotidien des gens. La liturgie est un des aspects qui doit nourrir la foi chrétienne mais il y en a d’autres : la vie de prière personnelle, l’amour vécu dans le couple et dans la famille, la charité envers les pauvres,... Il n’est pas facile de nourrir tous ses aspects de la vie chrétienne. Les chrétiens sont une minorité et être différent dans sa manière de vivre au quotidien n’est pas évident. Chaque jour, il faut être prêt à réaccueillir le Christ dans sa vie. Mort et Résurrection sont une dynamique qui doit imprégner chaque jour de nos vies. Puisse Dieu continuer à nous encourager dans cette voie !

 

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 04:45

On my blog, it has been a while since the last time I gave news about our mission. The reason for this silence is simple. I have many things to do. Days, weeks, months,  run by so fast. However I am aware that to keep friendship alive, it is important to exchange news regularly. I know we live in a modern world where communication is made by cellphones and chat but there is nothing like writing. Writing helps me to slow down, to reflect on life and to share it with you. At times, it is a difficult exercise. It requires me to identify what is essential. I don’t know if you feel the same but I can say that there is a paradox in my life. My natural tendency is to be active, to do things. But on the other hand, the numerous things I do make me wish to take a break, to pray, to read a book, to have a walk. I am also aware that to keep a deep relation with God and with myself, I need moments of aloneness, of desert, even if the desert can sometimes be tough to experience. The good thing is that the relationship with God is also nourished by the encounter we make with people in daily life.

 

blind children 1e

 

blind children 2e

 

blind children 3e

 

Outing to the Beach with blind children and teenagers !  

Everybody enjoyed it so much!

 

During the last months, I was very moved by an outing to the beach we did with thirty blind children. At first, it looked like a risky adventure. For some years now,  I have been in touch with a center for blind children in Saigon, where the blind children and teenagers are very nice. They sing beautifully and the Sisters who take care of them do a very good job. I shared my project with the seminarians who are living with me and they told me they were in! I then gave a phone call to the Sister director of the center. She was enthusiastic. I needed the help of many people to accompany the children. I phoned some groups of young people I know, and in a short time I had 35 volunteers willing to participate in the outing. Regarding practical items, such as renting two buses, finding a place for lunch and a suitable beach,…, I asked my guys to deal with those things. They are very efficient! The outing was a success. Feel the wind, smell the sea air, play in the sand and the waves, talk, eat, take a sun bath: so many pleasures widely shared by seeing and blind participants. The weather was beautiful and everyone enjoyed it. I have an idea for next time ... Maybe we could have an outing in tandem (bycicles for two persons) ?

 

tet 6e tree trinh's family

   "Hoa Mai" The "Apricot tree", 

its blossoms during the New Year season. 

No Tet feast without such flower! 

 

Several weeks later, the most significant period of the year for the Vietnamese, Tet holidays, arrived. For most of the Vietnamese, it is the only period of holidays during the year. Our seminarians got three weeks of holidays. I naively imagined that I would rest during that time and gently read some books at home. Actually, the holidays ran so quickly… I went to celebrate the New Year’s Eve (lunar calendar !) in Father Trinh’s family, my confrere. His family is from Can Tho in the Mekong Delta. It is there that I had spent my first New Year four years ago! The atmosphere was simple, quiet and precisely what I longed for. According to the tradition, we visited the uncles and aunts of Father Trinh, as well as three of our seminarians. It was interested to see where they were born and raised. They are all from the countryside.

tet 1e with our guys in GV

 

Tet (New year feast) at home with the young men in formation

(16 guys this year!) and the four fathers.

 

 Tet 2e Tien's family

 

Visit to the family of Tien (the 4th starting from the left),

one of our postulants, in the Mekong Delta Region.

 

 I only could stay in the Mekong Delta for four days. On the fourth day, I came back to Saigon and the day after, I travelled to Nha Trang (center region of the country, 400 km from Saigon) with the orphanage Hoa Mau Don. We decided to travel by train. It was the first time in their life that the children were travelling by train. They enjoyed it a lot. In the  train, the seats are made of wood, it takes ten hours to reach destination, but it’s a nice experience. In Nha Trang, the seashore is beautiful. Of course, when you are in charge of 40 children, there is some stress, and organisation is not the best quality of the orphanage. But everything went well. The children were so happy and so were we, my confrere and myself.

 

tet 3e coffee

 

 

 

tet 4e dormitory

 

No matrass, no problem!

In Vietnam, you don't need much comfort to sleep well !

 

 The trip back home was a bit more complicated. The children went back by van but the van could not carry everybody. My confrere, myself and two teenagers,  had to look for another bus to come back to Saigon. At this period of the year, it is not easy. Luckily, we could buy some tickets for a departure at 5pm. The good thing was that it gave us one more full day in Nha Trang. So the four of us, we took a cable car for three kilometers to reach a tourist island. It was worth to spend one day there. At the end of the day, we went to the bus station. On the way back to Saigon, in a thirty seats bus, we were fourty. The seats were not comfortable and my confrere and myself, seating side by side, didn’t have much room. We reached Saigon at 4am! Thank God, the driver was driving carefully, something quite unusual in Vietnam!

 

Tet 5e vue sur la mer

View  from the Cable car of the seashore

 

Now, I am ready to start the second semester with the seminarians and happy to be back home and to do my daily work. Next week, the parish priest goes for a pilgrimage in Israel for one week. So, I am “on call!” Mass every day at 5am. No problem, I am used to it now !

 

I wish you a happy « cat » year, especially for those born in 2011, 1999, 1987, 1975, 1963, etc...

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 12:25

Les nouvelles sur mon blog se font plus rares. La raison est simple. Les activités ne manquent pas. Les jours, les semaines, les mois filent à toute vitesse. Ceci dit, je suis conscient comme tout un chacun que l’amitié se nourrit de courriers réguliers. On a beau être à l’heure du portable et du tchat sur internet, écrire reste un moyen de me poser, de réfléchir à ce que je vis et de le partager avec vous. Difficile, parfois néanmoins, de cerner l’essentiel. La vie trépidante me donne régulièrement l’envie de simplement me poser, de prier, de prendre un livre, de faire une ballade... Mon caractère m’incite plus facilement à être en mouvement et les activités me poussent dans ce sens, mais pour rester un ami de Dieu et de soi-même, il me faut chercher ses moments de solitude, ce désert à affronter avec ce qu’il a de beau mais aussi d’exigeant. Mais heureusement la rencontre avec Dieu passe aussi par celle du prochain.

 

  Blind children 1f

 

Ah le plaisir de barboter dans la mer! 

 

blind children 2f

 

blind children 3f

 

  blind children 4f

La gentillesse des soeurs vis-à-vis des plus fragiles,

un amour qui m'épate toujours!

 

Dans ces rencontres multiples au cours des derniers mois, un moment particulièrement riche fut une sortie à la mer avec une trentaine d’enfants et adolescents aveugles. C’était un projet à priori un peu hors du commun. Je connais depuis quelques années un centre pour jeunes aveugles à Saigon où les enfants et adolescents sont adorables. Ils chantent magnifiquement bien et les soeurs qui les entourent s’en occupent merveilleusement. Je parle de mon idée aux septs séminaristes qui vivent avec nous. Ils sont partants. Ensuite, un coup de fil passé à la soeur responsable et nous voilà embarqués dans ce projet. Il nous faut un grand staff pour accompagner ces jeunes. Deux trois coups de fils à des groupes de jeunes et nous voilà finalement trente-cinq accompagnateurs pour autant de jeunes aveugles. Pour les détails pratiques (location du bus, repas, plage adéquate..., comme d’habitude, je demande aux séminaristes de s’en charger...Pratique et efficace !) L’expérience fut magnifique. Sentir le vent, humer l’air de la mer, jouer dans le sable et dans les vagues et puis aussi bavarder, manger, prendre un bain de soleil, autant de plaisirs largement partagés par les voyants et non-voyants. Il faisait un temps magnifique et tout le monde à apprécié. J’ai bien une idée pour une prochaine fois...pourquoi pas une sortie en tandem ?

 

Et puis vint le moment tant attendu par les vietnamiens, les vacances du Tet, les seules de l’année pour la toute grande majorité des vietnamiens. Nos séminaristes sont en vacances pour trois semaines. Je m’imagine un peu naïvement que je vais pouvoir être à la maison tranquillement à étudier le vietnamien ou à lire tel ou tel livre. En fait, ces vacances ont filé à toute vitesse.

 

Tet 1f with our candidates in GV 

 

Fete du Tet (du nouvel an) anticipée chez nous, avant les vacances de trois semaines de nos jeunes en formation.

 

 Tet 2f Sinh's family

Visite de la famille de frère Sinh (au centre)

 

 

Je suis parti fêter le jour du Nouvel An dans la famille de Trinh, mon confrère, à Can Tho, dans le delta du Mékong. C’est là que j’avais passé mon premier nouvel an il y a quatre ans ! C’était simple et précisément ce que je recherchais. Nous avons évidemment visité les oncles et tantes de Trinh et aussi trois de nos séminaristes. C’est intéressant de voir là où ils sont nés et ont grandi. Ils viennent tous trois de la campagne. Je n’ai pu rester que quatre jours dans le Delta (voyage compris) et suis revenu bien vite à Saigon pour repartir le lendemain pour Nha Trang (centre du pays, 400 km de Saigon) avec l’orphelinat Hoa Mau Don. Nous avions décidé de prendre le train ; c’était la première fois que les enfants prenaient le train et ils ont grandement apprécié. Banquettes en bois, dix heures de voyage, un peu long, mais très sympa. A Nha Trang, la mer est superbe. Mais avec une quarantaine d’enfants, il y a quand même un peu de stress. Côté organisation, c’est toujours un peu compliqué, l’organisation n’étant pas la première qualité de l’orphelinat. Mais tout s’est super bien passé. Les enfants ont adoré et mon confrère et moi aussi !

 

Tet 3f Trein

 

Tet 4f trein 3

Voyage en train, j'appréhendais un peu mais l'expérience a été très positive (prévoir un petit coussin pour plus de confort quand même, les banquettes en bois, ça va une heure...)

 

Le retour a été plus sportif. Les enfants sont rentrés avec un minibus mais il manquait quatre places. Mon confrère et moi ainsi que deux jeunes adolescentes de l’orphelinat avons du trouver des billets de bus par nous-mêmes. Pas évident à cette époque de l’année. Nous avons trouvé des billets pour partir à 17h. Du coup, on s’est offert une journée tourisme en plus, bien sympathique. On a pris un téléphérique de 3km de long pour aller sur une ile touristique. Cela en valait la peine. Retour de nuit donc, et arrivée à 4h du matin. Dans le bus de 30 personnes, 40 passagers y avaient pris place. Les fauteuils étaient loin d’être confortables et l’espace pour mon confrère et moi, était un peu étroit, mais le chauffeur roulait prudemment, ce qui est rare au Vietnam !

 

Me voici maintenant prêt pour un second semestre avec les séminaristes, heureux de reprendre les activités du quotidien. La semaine prochaine, le curé part en Israel pour dix jours, du coup, je suis « de garde » ! Messe à 5h du matin tous les jours...Pas de problème, c’est la routine maintenant !

 

Tet 5f le chat

 

Encore une très bonne année du chat à tous, spécialement à ceux nés en 2011, 1999, 1987, 1975, 1963, etc...

 

 

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 09:18

Chers parents,

chers confrères,                                                             Vietnam, le 8 décembre 2010.

chers amis,

 

 voeux-Noel-1.jpg

 Carte de voeux dessinée par un de nos séminaristes...

Le froid s’est installé en Belgique, les premiers flocons ont fait leur apparition...et ici au Vietnam, il fait un peu plus frais que d’habitude, 25 degrés au lieu des 30 habituels ! Voilà déjà presque 4 ans que je suis arrivé en Asie, dont un bon trois ans au Vietnam, et ce 11 décembre, je fête mes cinq d’ordination. Après deux ans intensifs de langue vietnamienne, un an de travail pastoral à mi-temps pour les francophones de la ville et à un mi-temps pour des groupes vietnamiens, me voici depuis le mois d’août engagé dans une nouvelle mission, celle d’être formateur des candidats spiritains (séminaristes) qui étudient la philosophie.

 

  

Cette année, les candidats avec lesquels je vis sont sept. Ils ont commencé à discerner leur vocation avec nous il y a deux ans. Pour moi qui avait vécu en communauté avec le père Trinh (un an) et le père Patrick (trois ans), me retrouver supérieur d’une communauté de formation, c’est un grand changement et cela me motive énormément. J’aspirais en effet à vivre avec des vietnamiens au jour le jour. Bien sûr, manger du riz matin, midi et soir, est parfois un peu redondant (!), se lever entre 4h30 et 5h du matin tous les jours, être capable de suivre la conversation entre les séminaristes ou ne pas l’être, tout cela est un défi. Mais quand on aime, on ne compte pas. Ce qui est beau dans la mission d’un formateur, c’est qu’on est appelé à montrer l’exemple. Il faut que les séminaristes petit à petit approfondissent plusieurs dimensions de la vie missionnaire : la vie de prière, l’esprit de service, le goût pour les études et la mission, la vie communautaire,... Rome ne s’est pas faite en un jour, et ils ont une dizaine d’années pour approfondir toutes ses dimensions, mais il faut commencer aujourd’hui ! Ce que je trouve aussi magnifique, c’est le respect et l’amitié qu’ils me témoignent et qui est mutuel. Vivre avec un occidental n’est pas évident tous les jours...

 

 voeux-noel-2.jpg

Les sept séminaristes qui vivent avec moi

et les 4 confrères de la communauté.

 

 

voeux-noel-3.jpg

Photo de famille avec nos quinze séminaristes

 (les deux maisons de formation) plus quelques amis

 

Je continue à apprécier énormément le dynamisme de l’Eglise du Vietnam. Les Eglises sont bondées et les croyants sont très gentils. Le contact avec le curé de la paroisse est extrêmement positif. Il me demande régulièrement mon aide, pour la messe, les baptêmes, les confessions et autres services à rendre. La langue reste un défi, mais ce n’est pas un obstacle insurmontable, il y a continuellement de la marge pour progresser...

 

voeux-Noel-4.jpg

Messe des enfants à 7h du matin à la paroisse près de chez nous. 

 

A l’approche de Noël, je vous souhaite paix et joie dans vos vies. La paix et la joie sont des dimensions à accueillir chaque jour de notre vie. Cela demande à la fois discipline et simplicité : de la discipline pour se battre contre tout ce qui en nous et autour de nous a tendance à nous étouffer, à nous disperser, à nous centrer sur nous-mêmes, de la simplicité aussi, que ce soit par notre style de vie ou par une attitude du coeur, qui accepte les hauts et les bas de notre existence et de ceux que nous aimons. Dieu fait son chemin dans nos vies, soyons en conscients et reconnaissants.

 

Joyeuse et Sainte fête de Noël à tous et excellent année 2011.

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 04:40

                                                                                    Vietnam, 12th of October 2010.

 

Dear Sponsors,

It has been one year since the last time you received news from the child you sponsor. Although one year without news can be seen as a long period, however I can assure you that the program of sponsoring the children continues as usual. We visit the children every summer. Twice a year, the local coordinators (a priest and a sister) of the program receive the amount of money from the sponsorship program. They divide the money and give it to the families on a monthly basis. Every time we visit the families, we pay for our own expenditures so that we can give one hundred per cent of your money to them. We have more children to sponsor than sponsors. That means that we have also to use our own money to contribute to the program. This year, we decide to sponsor twelve new children and we get nine new sponsors. We thank them for joining our sponsoring program!

 

parrainage 2010 1e

Doing exercices of reading, we both need it!

  

This summer 2010, a friend from Belgium, Florence, and a seminarian from Ireland, James (who is discerning with the Holy Spirit Congregation), joined Fr. Trinh and myself for a four days visit to the sponsored children. Florence share with us her feelings after the visit:

 

Departing from Saigon, we spend nine hours by bus, four hours by boat and twenty minutes by canoe in order to reach the « nose of Ca Mau », at the extreme south of Vietnam, in the Mekong Delta Region. On foot, we cross rice fields and reach a wooden house, the house of one of the sponsored children. The house is made of three rooms. The ground is made of earth. We enter the main room. In it, there is a big bed, without matrass. On the wall, we can see a portrait of Ho Chi Minh as well as some school certificates of the children of the family. The second room, separated from the first one by a curtain is only furnished with a wardrobe and a bed. The third room is the kitchen. In its midst, a pig that the family raises. The animal is clean. There is a wood reserve. Wood is well lined up. There are also some pans and a fireplace, nothing else. 

 parrainage 2010 6e

 

 

 The children sponsored by one of our benefactors has a swollen knee. The mother explains that the canoe the family use for daily commuting had accidentally capsized. Falling into the water, the child hurt himself. Despite some elementary surgery, the knee continues swollen months after the accident. When we pay a visit to the families, and we discuss with them, our first impression is that they are not living in miserable conditions. They live a simple and quiet life. However, despite the warm and friendly welcome they offer us, we progressively realize how difficult is their life and how poverty can jeopardize the basic expectations of a regular family life.

 

parrainage 2010 5f

Beautiful children...but tough life...

 

On the following day, we visit another village, in the mangrove swamp. The sponsored children have gathered in the parish church, along with their parents. I am surprised that the children are all accompanied by their parents. It means that the parents care for the scholarship of their children. However, I find out that the scholarship remains a challenge for these families. Some parents do not hesitate to stop sending their children to school and to ask them to start work when they are not yet adult. With the sponsorship program, we encourage them to continue to allow their children to go to school for as long as possible.

 

Florence Otten.

parrainage 2010 2e 

parrainage 2010 3e 

 

parrainage 2010 4e

Commuting by boat on the Mekong Delta...

Trinh and James...the "Cow-boy" and the Vietnamese... 

 

Thanks to Florence for her participation in the visit to the children and for her beautiful sharing. Thanks also to James for the time he spent with us in Vietnam and finally thanks to the network of benefactors linked with Father Patrick Palmer that allows us to sponsors children in Vietnam.  

 

Father Frédéric Rossignol, member of the Congregation of the Holy Spirit, and coordinator for the program « Helping Vietnamese Children to go to School ».

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 03:56

                                                                                  Vietnam, le 18  décembre 2010.

 

Chers parrains et marraines,

Une année a passé et vous avez peut-être le sentiment que cela fait longtemps que vous n’avez plus eu de nouvelles de vos filleuls. Il n’est pas toujours évident dans le quotidien bien rempli qu’est le nôtre de donner plus de nouvelles mais je peux vous assurer d’une chose. La visite des enfants se fait chaque été. Deux fois par an, les coordinateurs sur place (un père et une soeur) reçoivent le montant du parrainage qu’ils transmettent aux familles à un rythme mensuel. Nous couvrons nous-mêmes les frais de notre voyage, ce qui permet de donner la totalité de votre contribution aux familles. Nous avons d’ailleurs plus d’enfants parrainnés que de parrains, ce qui fait que nous devons aussi contribuer sur nos fonds propres. Cette année, j’ai pris la décision d’accepter douze enfants de plus, et récemment de nouveaux parrains ont accepté de parrainer ces enfants. Qu’ils en soient vivement remerciés. Leurs dossiers sont en préparation et seront envoyés d’ici peu !

 parrainage 2010 1f

La vie paysanne, une vie simple souvent difficile mais où l'on sait prendre le temps d'accueillir ses hôtes... 

  

Cette année, une amie de Belgique, Florence et un séminariste Irlandais, James se sont joints au père Trinh et à moi-même pour une visite de quatre jours des enfants parrainés. Florence vous fait part de ses impressions :

 

En partant de Saigon, nous mettons neuf heures de car, quatre heures de bateau et vingt minutes de pirogue pour atteindre la région du Delta du Mékong qu’on appelle « Dat Mui Ca Mau » à la fine pointe Sud du Vietnam. Passées quelques plantations en bordure du Mékong nous découvrons la maison en bois d’un des enfants parrainnés qui se limite à trois pièces, en enfilade. Au sol, de la terre battue. Nous entrons directement dans la pièce principale. Il y a un grand lit (sans matelas), et, au mur, le portrait d'Ho Chi Minh ainsi que les diplômes scolaires des enfants. La seconde pièce, sépararée par un rideau, comprend une armoire et le lit familial. La troisième pièce est la cuisine. Le cochon à engraisser y vit également. Tout est propre, la réserve de petit bois est en ordre. Quelques casseroles et l'endroit du feu... c'est à peu près tout le mobilier.

parrainage 2010 3fparrainage 2010 2f

 

 Feu de bois, mobilier sommaire...

 

 L’enfant parrainné que nous visitons a le genou anormalement gonflé. Sa maman nous explique qu’un jour la barque que la famille utilise pour se déplacer, a chaviré. L’enfant a vraisemblablement heurté quelque chose. Son genou, mal opéré ne s’est pas dégonflé depuis lors. Quand nous visitons les familles, à première vue et à entendre les gens, nous n’avons pas l’impression qu’ils vivent dans la misère. Chacun semble vivre paisiblement, simplement. Cependant, derrière les sourires arborés et le désir de nous montrer le meilleur d'eux- mêmes, nous sentons combien la vie est une lutte de tout instant et que la pauvreté limite les perspectives d’un avenir plus facile.

  

 

parrainage 2010 4f 

L'équipe de choc: Frédéric, James, Florence, Thao, Trinh et une famille parrainée.

  

 parrainage 2010 5e

Le chant, au coeur de la culture vietnamienne...

  

Dès le lendemain, nous visitons un autre village, au coeur de la mangrove où les Spiritains y parrainent également d’autres enfants ayant une scolarité régulière. Chaque enfant est venu à la paroisse accompagné d'un parent. Je suis étonnée de voir qu'aucun d'eux n'est venu seul et encouragée de constater à quel point les parents sont soucieux de leurs enfants et de leur bonne scolarité. Oui! L'école reste le lieu de tous les espoirs et représente une occasion majeure ancipation. Mais elle demeure aussi un pari sur l'avenir. Nous apprenons que certains parents hésitent à retirer leur enfant de l'école pour gagner deux bras au travail. En parrainnant les enfants, nous les encourageons à laisser leurs enfants poursuivre leur parcours scolaire le plus longtemps possible.

 

Florence Otten.

 

  

  

Merci à Florence pour sa visite des enfants. Merci à vous parrains et marraines pour la confiance que vous nous faites et l’aide que vous apportez aux enfants pauvres du delta du Mékong.

 

Père Frédéric Rossignol, missionnaire spiritain, coordinateur du programme « aide à la scolarité des enfants du Vietnam »

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 02:04

« Ton pays et ta famille ne te manquent pas trop ? As-tu souvent l’occasion de rentrer au pays ? », ces questions les vietnamiens me les posent souvent. Au Vietnam, la famille est une valeur forte et quand on est loin de chez soi, ce qui est d’ailleurs le cas de beaucoup de vietnamiens vu que le pays est très grand et que voyager coûte cher et prend du temps, on a facilement le mal du pays. Je dis à mes amis vietnamiens que d’une part, je vis à l’étranger depuis plus de dix ans et que d’autre part, mes parents et ma famille vont bien, et que je leur téléphone régulièrement, ce qui rend la distance moins difficile à supporter. Je rentre en fait en Belgique tous les deux ans. C’est la règle (souple) dans notre congrégation. Cela me permet de passer un été sur deux au Vietnam et donc de faire des choses que je n’aurais pas le temps de faire durant l’année.

 

1 ete 2010

  Excursion à Dalta avec les séminaristes et James.

2 ete 2010

 James, en formation en Irlande, il vient faire une expérience missionnaire et enseigner l'anglais à nos séminaristes de Juin à la mi-août 2010. Extraverti et jovial, nous avons bien apprécié sa présence.

3a ete 2010

  Superbe paysage à Dalat... Le Vietnam, un pays de toute beauté...

3b ete 2010

Départ du père Patrick Palmer pour des vacances en Irlande. Les enfants de l'orphelinat l'accompagnent à l'aéroport.

 

Cet été a été riche en évènements. Nous avons eu la visite pour deux mois et demi d’un séminariste irlandais, James, qui est en première année de philosophie dans la Congrégation en Irlande. Il a donné pendant un mois des cours d’anglais à nos séminaristes. Il est très communicatif et c’était une bonne chose que nos séminaristes aient la possibilité d’être en contact avec quelqu’un venant d’une société et d’une Eglise différente de la leur. Fin juillet, j’ai eu aussi la joie d’accueillir pour trois semaines une amie de longue date, Florence, que je connais depuis mes études à l’université de Louvain-La-Neuve (15 ans déjà, ça ne nous rajeunit pas). Ensemble, avec le père Trinh, le frère James et une amie vietnamienne, nous sommes allés visiter le Cambodge et ses temples Khmer (les fameux temples d’Angkor). J’y étais déjà allé il y a douze ans lors de mon séjour en Chine mais c’est toujours aussi impressionnant.  Nous avons été accueilli par la belle famille de la soeur du père Trinh, qui est également vietnamienne mais qui vit au Cambodge depuis des années. C’était intéressant de « se laisser accueillir ». 

 

  10 a ete 2010

  Photo de famille au temple royal de Phnom Penh: James, Trang, Florence, Frédéric et Trinh.

 

  9 ete 20108 ete 2010

 Rencontre insolite à Phnom Penh et tour de la ville à la nuit tombée en Tuk-Tuk

7 ete 2010

 

Trois sur une mobylette en Asie, c'est un minimum !

6 ete 2010

Un marché à Phnom Penh, ça grouille de gens mais en comparaison avec Saigon, c'est calme!

 

En effet, nous les occidentaux, nous avons souvent la volonté d’en faire un maximum pendant les vacances. En faire un max au Cambodge, ça veut dire dans  notre mentalité visiter tous les musées et les temples possibles et imaginables ; bref, en avoir plein la vue et plein le digital... Se laisser accueillir, par contre, c’est accepter que les asiatiques ont une autre manière de prendre des vacances. Plus que l’intérêt culturel et touristique, c’est la relation humaine qui prime. Être ensemble, papoter, boire et manger, aller visiter les cousins, cousines et autres, voilà des vacances réussies. Ceci dit, les vietnamiens sont  extrêmement attentionnés et ils nous ont organisé le voyage, la location d’une voiture, l’hotel, les repas... On a passé deux jours à Phnom Penh et un jour dans les temples. (A l’occidentale, on aurait passé trois jours dans les temples). Je fais encore l’expérience que je suis parfois un peu frustré par le manque de passion culturelle de mes amis vietnamiens, mais j’apprends par la même occasion à apprécier ce qui m’est donné de vivre, sans chercher toujours à imposer mes envies, mes attentes. La vie missionnaire passe par là...

  10 b ete 2010

 

11.ete-2010.JPG

Angkor, et ses trois cents temples, on en redemande ! 

 

12 ete 2010

 

13 ete 2010

Serpent ou arraignée, pfft! Juste pour épater la galerie!

 

De retour du Cambodge, j’ai passé une semaine avec Florence dans un orphelinat tenu par deux soeurs des béatitudes. Comme toujours les enfants sont adorables et les soeurs d’une gentillesse, d’une simplicité vraiment évangélique. Qu’il est bon de vivre au Vietnam ! Toujours avec Florence, nous sommes partis visiter les enfants que nous parrainons dans le delta du Mékong... Comme les autres années, ce voyage fut l’occasion de rencontres belles et émouvantes.

4 ete 2010

Les gestes valent plus que les paroles, surtout quand on ne connait pas un mot de vietnamien!

 

 

5 ete 2010

Cinq jours à l'orphelinat des béatitudes, ça crée des liens! 

 

Et à la fin de l’été, ce fut le grand changement... J’ai déménagé (!) et me suis installé avec sept de nos séminaristes dans un arrondissement de Saigon un peu plus dans les faubourgs de la ville, mais non loin de l’institut de philosophie des dominicains où ils ont commencé à étudier la philosophie pour deux ans. C’est une expérience formidable, que je relaterai dans un autre article.

 

Je vous souhaite une bonne reprise académique ou professionnelle après un été qui vous aura reposé ou à tout le moins changé les idées...

 

Amitié et que Dieu continue à vous bénir !

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article

English - Français blog !!!

A blog written in Vietnamese? Not for now...Anyway, the articles published in this blog are usually in English and in French. Up to you to choose your language!

A quand un blog en Vietnamien?... Ce n'est pas pour demain, mais les articles publiés sur ce blog sont généralement et en Français et en Anglais... A vous de choisir...

La Providence passe par vous.

sm vn

La mission n'est possible que grâce à vous: soutien aux pauvres (1), y compris le parrainage scolaire, aux jeunes en formation (2), à la communauté (3), à la construction du séminaire à Manille (4), nous comptons sur votre aide! Une aide si modeste qu'elle soit, c'est important et encourageant !

- Pour nous aider de Belgique ou de l Etranger: Compte de Frédéric Rossignol chez BNP Paribas Fortis :
BIC : GEBABEBB            IBAN : BE59 0014 7732 2326



Rem: En l'état actuel des choses, il nous est impossible de vous donner une attestation fiscale.