Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 08:47

 

When people ask us what is the charism of the Congregation of the Holy Spirit, we tell them that we are missionaries and educators, following the example of our founders, Claude-Francis Poullart des Places et Francis Libermann. As a matter of fact, we have very diversified commitment. What we have in common is the readiness to leave our own country and becoming one with the people who welcome us in a remote country, far from home.

In Asia, the Spiritan presence is still very limited, in comparaison with our presence in other continents. In 2015, we have six confreres in Taiwan, two confreres in India (and five local candidates), some confreres in Pakistan, four confreres in Vietnam (and 30 local candidates, including 12 professed) and 12 confreres in the Philippines (and three local professed). Our numerous commitments, the distance between the countries where we work, the different local languages are so many obstacles that prevent us to collaborate with each other as much as we would like to.

Living for eight years in Vietnam, I travelled several times to Taiwan, but I never went to India or Pakistan. Regarding the Philippines, until a few months ago, I only knew Manila and its suburbs. This year, I spent the lunar new year holidays (February) in the Philippines and stayed there for two weeks, with two goals in mind: to visit our Vietnamese students doing their theology in the capital, Manila and to visit the confreres doing pastoral in the South of the Archipelago.  

The Philippines, a country where 90% of the population is Christian. Already at the airport, there are images of Jesus and Mary. And when you introduce yourself as a priest, you are treated like a VIP, what a change in comparison with Vietnam !

The Philippines, a country where 90% of the population is Christian. Already at the airport, there are images of Jesus and Mary. And when you introduce yourself as a priest, you are treated like a VIP, what a change in comparison with Vietnam !

In order to please my hosts and due to the generosity of our Vietnamese benefactors, I flew with 17kg of food in my luggage ! Coffee, pastry, rice cakes,… I brought these gifts to Manila to celebrate the Vietnamese Lunar New Year with the community of theology. Once arrived, I was happy to meet again Fr.Dan (American, working in the Philippines for the last 17 years and currently the superior of the community of theology), the two Filipino students (just back from their missionary stage in Seychelles Island and Mauritania), and our Vietnamese students based in the country for one year and a half already, doing their theology studies. To say the truth, I did not know how they were doing there and it worried me a bit. To live in Manila, especially for the Vietnamese,  is a big challenge. It is their first experience abroad, in a very different culture. They do their studies in English, which is very demanding. They live in a huge crowded and polluted city of 17 millions inhabitants !  Actually, I was very impressed by the way they warmly welcame me ! I stayed four days with them. I had chance to visit the two schools of theology where they do their studies, one run by the Scheutist, the other by the Jesuits. We celebrated the New Year in a simple and nice atmosphere. They had invited other foreign guests, from Congo, Indonesia and Vietnam. 

Tet aux Philippines, visit of the Spiritan confreres
We celebrated Tet Lunar New Year with good food from Vietnam and nice guests from all over the world !

We celebrated Tet Lunar New Year with good food from Vietnam and nice guests from all over the world !

 I am happy to see that our Vietnamese seminarians adapted well to their new country. It demands courage and perseverance and they do all their effort to succeed.  It is an encouragment for me as formator to see that they are doing well. They benefit from the good training they received in Vietnam. 

After this short stay in the capital, I flew to the South of the Philippines, to Mindanao,  and Cebu islands. Mindanao was my first destination. It is known for the tensions between the independentists armed fractions who generate insecurity among the local population. Luckily, I did not feel that tension. People are nice and it is good to be there. The Spiritans working there are from Nigeria. They were all extremely welcoming and I had a very good time with them. I could see that their work is very different than mine. Some of them live in the countryside, where most of the population is very poor. In the Philippines, only a few very well-off families own huge lands where very poor families live. The poor are not allowed to build concrete houses. Their wooden houses are very fragile and easily destroyed by the regular deadly tyfoons. The last one in 2013 killed 3000 people.

The countryside is very beautiful but the living conditions of the people remains difficult.

The countryside is very beautiful but the living conditions of the people remains difficult.

In the Philippines, 90% of the people are christians, so the Spiritans are busy with pastoral work, masses and administration of the sacrements. They also carry on social projects, in collaboration with French volunteers. One volunteer is living in the Spiritan community and help them in supervising the rebuilding of houses devastated by the tyfoon (150 new houses are being built !) and the sponsorship of poor children. A french couple, hired by an NGO called Life project for Youth, is engaged in the training of blind young people and prisoners, preparing them to find a decent job. 

The Spiritans run a kindergarden. The wall of the school was painted by one of our Vietnamese brother, Vũ, nice job isn't it?

The Spiritans run a kindergarden. The wall of the school was painted by one of our Vietnamese brother, Vũ, nice job isn't it?

Tet aux Philippines, visit of the Spiritan confreres
Life Project for Youth is active in the prison. They provide training, formation and salary for the prisoners to facilitate their reinsertion in the society when they leave the prison.

Life Project for Youth is active in the prison. They provide training, formation and salary for the prisoners to facilitate their reinsertion in the society when they leave the prison.

Other confreres work as chaplains in hospitals or at university. Most of the confreres are fluent in the local language and they are very appreciated for their pastoral commitment. Even if it always difficult to live as foreigner in a country,there are some similarities between African and Asian cultures that facilitate the insertion of the confreres. Here and there, families are big, most of people are originated from the countryside, the urban immigration is huge and generates lots of problems. The living conditions in the countryside and in the city are difficult. The Spiritan group is stable. Some confreres are working in the country for the last 17 years ! However, they lack of cohesion. Financial solidarity and common goals could be fostered. The spiritans are scattered in different islands, and each local spiritan community manage his own mission by itself. But there is willingness to reinforce collaboration between all the confreres. A common project is being built, which is to restart a program of formation for Filippino candidates willing to become spiritans. For us in Vietnam and for the future of the Congregation in Asia, it would be a very good news if new young candidates were joining the Congregation, starting a discernement to missionary and religious life.

Tet aux Philippines, visit of the Spiritan confreres
The confreres (here, Fr.Bem and Matthew) are very dedicated. It is not easy to work in the countryside, but they are doing very well and people are grateful to them.

The confreres (here, Fr.Bem and Matthew) are very dedicated. It is not easy to work in the countryside, but they are doing very well and people are grateful to them.

Thanks to all the confreres who welcame me so generously. I really felt at home and it reminded my years of formation in Portugal, when I was living with many confreres coming from English, French and Portuguese speaking countries of Africa. Hopefully some confreres in the Philippines will also come to visit us in Vietnam. You are very welcome !

My gratitude to Fr.Illah, the superior of the group of the Philippines who did his best to organize my trip to the Philippines. It was worth !

My gratitude to Fr.Illah, the superior of the group of the Philippines who did his best to organize my trip to the Philippines. It was worth !

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 04:38

Being in Vietnam for eight years now, I have visited most of its famous spots many times. When I travel, I don’t worry about the practical aspects of my trip, since I normally go around with Vietnamese people. But this time, I thought it would be different. I had to go to Hanoi to renew my passport and I wanted to seize this opportunity to visit a place well-known to the tourists but still unknown for me, Sapa, in the mountains. Sapa is famous for its landscape and for its ethnic Minority people. I hadn’t made any plan, I just surfed the internet and intended to be a simple tourist, a Tay Balo (a Western backpacker), as they said. Even if I would not be in touch with an authentic local experience, it should not prevent me to go there, in the middle of foreigners, equipped with their camera and their wallet full of dollars. I forgot that, thanks to the amazing network of the Catholic Church, God always cares ! I experienced it repeated times but I have a short memory.

On the day I left for Hanoi, I gave a phone call to the archbishop’s office in Hanoi and introduced myself (in Vietnamese) as a missionary working in Vietnam for quite a long time and wondering if I could stay in the bishop house during my stay in the capital. I was told that I am welcome and indeed as soon as I arrive there, the father bursar of the house, Father Dung, welcomed me warmly. He told me that, he returned from Belgium four years ago after a few years of pastoral studies in the Jesuits institute of Brussels. We find out that we have several friends in common! At supper, I take the meal with the bishop (now Cardinal) and three priests. As often in Vietnam, I am touched by the simplicity of the bishop. He inquires about my mission here, we talk in Vietnamese and in French; his French is much better than my Vietnamese! On the following day, I visited the capital (I have been here already several times) and decided to go to the suburbs to visit the ethnographic museum. Surprisingly, it is actually the most beautiful museum I have seen in Vietnam! 

The Ethnographic museum of Hanoi, for me the most beautiful museum of the Country. Don't miss it !

Sapa and the North of Vietnam, a real contact with its minorities.
Sapa and the North of Vietnam, a real contact with its minorities.

At night, I left Hanoi by train heading to the North, to Lao Cai. Father Dung had arranged for me to meet the parish priest of this city at the border of China. A seminarian came to the station to pick me. I had talked to him by phone and he was expecting a Vietnamese. When I asked him if he was the one who comes to pick me, he was confused; he did not expect to meet a foreigner! We walked to the border of China. The two countries are separated by a bridge, but for those who want to cross it, they have to go on foot. The trains do not cross the border, nor the cars. We are in Asia, not in Europe!

Here we are, the Seminarian who welcame me at the station and myself, a few meters from China, where in the future we hope the Congregation will start a community !

Sapa and the North of Vietnam, a real contact with its minorities.

Once arrived in the parish house, I met the parish priest, Fr. Thanh who told me that he goes to the mountains this afternoon, to Sapa, to attend a mass with the bishop of Huong Hoa, Bishop Long, and to join him in his pastoral visit of the diocese. He says that I can attend the mass with them, but I won’t be allowed to participate to the pastoral visit of the bishop, since I am a foreign priest. The local authorities may not tolerate it. I know the rule: always follow the opinion of the local people. 

Beautiful landscape in the North, near Sapa, once the fog is gone, of course !

Sapa and the North of Vietnam, a real contact with its minorities.

Once arrived in Sapa, I met the bishop and Fr. Trinh. Father Trinh tells us that there is actually no problem, I can join them for the trip; they will make sure that I won’t be in trouble! Great, I can join them, the pastoral visit started with a mass presided by the bishop in a village in the mountain. It is very cold, six degrees, and the fog is dense. In the church, it is crowded and colorful. The ethnic minorities were dressed according to their tradition. The bishop presided the wedding of three couples. The mass should warm our heart, despite the cold temperature, but there was no real sense of joy and I felt quite sad. The reason is that people are extremely poor; the children wore very light clothes. The three couples are quite serious, they are terribly young, sixteen or seventeen years old for the girls, eighteen for the boys, and one of the girls is pregnant. They don’t wear special clothes for the wedding, and the mass is not followed by a banquet. This is the tough reality of Vietnam. In the museums and in the official speech, people praise the Minorities, and their peculiar cultures. However, in reality, they are very poor people, their level of education is very low and the prospective of a better future is very remote. Beside the Church, very few people care and try to improve their social condition. 

The ethnic minorities, a courageous and welcoming people but with hard living conditions; apart from the Church, very few people care and want to improve their situation. 

Sapa and the North of Vietnam, a real contact with its minorities.
Sapa and the North of Vietnam, a real contact with its minorities.
Sapa and the North of Vietnam, a real contact with its minorities.

After the mass, we left the village and took a magnificent road in the mountains, from Sapa to Lai Chau, around 100km. The fog was gone and the landscape is beautiful. In the car, the bishop and I have a long and deep conversation regarding pastoral topics.  I am impressed by his simplicity and deep insight. Once we arrived in Lai Chau, the people welcomed us with the sound of trumpets and drums. They were so happy to welcome their bishop. In this quite big parish, there is no parish priest. It is not allowed by the local authorities. The bishop says to the parishioners that he is aware of the problem and that it hopes it will be solved as soon as possible. Tensions between State and Church in the North still exist. To solve it, patience and mutual trust is needed. At the end of the mass, the bishop says that the foreign priest will do the homily on the following day, the day of the confirmations of twenty children and teenagers. It is a promise, so I have to carry it out! It is actually a significant day for me as well, this Sunday is the third Sunday of Advent and it is the anniversary of my ordination, nine years ago. The parishioners offer me flowers and the bishop a special blessing, I am deeply touched! 

Beautiful mass in Lai Chau, well attended and with a nice choir ! Twelve children received the sacrement of confirmation from the hands of their bishop. 

Sapa and the North of Vietnam, a real contact with its minorities.
Sapa and the North of Vietnam, a real contact with its minorities.
Sapa and the North of Vietnam, a real contact with its minorities.

After the mass, we came back to Lao Cai and to Hanoi. I said goodbye to the bishop and the two priests. I am so grateful for these beautiful days in their company. To be a missionary in Vietnam is to be accepted by a welcoming people. I spent one week in the North of Vietnam, but I never slept in any hotel. I am definitively not a tourist here. I am a local and it is feels good!

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 02:28

En huit ans de présence au Vietnam, j’ai eu la chance de sillonner le Vietnam et ce plus d’une fois. En général, je n’ai pas trop à me préoccuper des aspects pratiques de mes périples, je voyage avec des Vietnamiens et ils se chargent de tout. Cette fois-ci, à priori, la donne allait un peu changer, je devais me rendre à la Capitale (Hanoi) pour demander un nouveau passeport. Je voulais en profiter pour visiter le Nord, surtout Sapa, bien connu des touristes pour ces paysages et pour ses minorités (les ethnies). Je n’avais pas de plan précis, j’avais bien surfé un peu sur internet pour me renseigner un peu, mais sans plus. Je me disais, ‘A peu de chose près, tu seras assimilé à un Tay Ba-Lô (un occidental au sac-à-dos, c’est-à-dire un touriste de base !)’. Tant pis pour les clichés, la soif de découverte et la méconnaissance du terrain me feraient me rendre dans les lieux fréquentés par le tourisme de masse. C’était sans compter la Providence et la formidable solidarité de l’Eglise catholique, dont j’ai déjà fait l’expérience à tant de reprises, mais je dois avoir la mémoire courte ! A peine arrivé à Hanoi, je téléphone à l’archevêché, et me présente (en vietnamien), missionnaire au Vietnam depuis pas mal de temps et en quête d’une chambre si possible. La chose étant entendue, je me retrouve à l’archevêché et je suis accueilli à bras ouverts par le père économe de la maison, le père Dũng, un prêtre de mon âge. Ah, un prêtre Belge, mais moi, dit-il, je viens de faire des études en Belgique, tu connais le père un tel et un tel ? Mais oui, évidemment ! Et nous voilà comme de bons amis d’antan ! A l’heure du repas, souper en petit commité avec l’Evêque (désormais cardinal) et trois prêtres. Comme si souvent au Vietnam, je suis touché par la simplicité des évêques, pas de chichi, un intérêt réel pour l’hôte qu’ils accueillent et puis la joie de rencontrer un missionnaire qui parle le Vietnamien, souvent d’ailleurs bien moins bien que le français de nombreux évêques, y compris du Cardinal de Hanoi. Le lendemain, visite touristique de la ville (que je connais déjà) et j’en profite pour découvrir un superbe musée, peut-être le plus beau du Vietnam d’ailleurs, le musée des minorités, à la périphérie de la ville, un régal pour un étranger comme moi.

Le musée de l'Ethnographie d' Hanoi ! A voir !

 

Le Nord du Vietnam, magnifique et quel accueil !
Le Nord du Vietnam, magnifique et quel accueil !

Le soir même, sur le conseil du père économe, je prends le train de nuit pour Lao Cai, dernier arrêt pour se rendre à Sapa. Suite à un coup de fil préalable, je suis accueilli à la gare par un séminariste qui attend vainement le Vietnamien qui lui a parlé au bout du fil, quelle n’est pas sa surprise en découvrant que je ne suis pas Vietnamien ! Nous sommes à la frontière de la Chine, mais ce n’est pas comme en Europe. Ici, le train et la route s’arrêtent à la frontière. Pour ceux qui voudraient se rendre en Chine, il faut y aller à pied et reprendre une autre voiture, un autre train de l’autre côté !

Le Nord du Vietnam, magnifique et quel accueil !

Le pont qui sépare le Vietnam de la Chine, un pays où j'ai vécu il y a 15 ans !

Arrivé à la cure, je fais la connaissance du curé, le père Thanh, qui me dit. Je pars cette après-midi à Sapa participer à une messe célébrée par l’évêque auxiliaire de Hương Hoa, qui est en tournée pastorale dans la région. Tu peux participer à la messe, mais tu devras ensuite nous quitter, un prêtre étranger dans cette région, ce n’est pas bien vu des autorités locales. Je connais le principe ; toujours se fier à l’avis des locaux pour savoir ce qu’on peut faire ou ne pas faire.

La route de Sapa a Lai Chau, une bonne centaine de kilometres et que du bonheur pour les yeux !

Le Nord du Vietnam, magnifique et quel accueil !

Une fois à Sapa, je rencontre l’évêque et un autre prêtre qui dit : mais oui, tu peux participer à la visite pastorale de l’évêque avec nous, pas de souci ! On se portera garant en cas de difficulté. La chose étant entendue, la visite pastorale commence par une messe présidée par l’Evêque dans la montagne. Il fait un froid de canard, six degrés au thermomètre et un brouillard terrible. L’Eglise du village est bondée, l’assemblée est colorée et pour cause, nous sommes chez les montagnards (les minorités). L’Evêque célèbre le mariage de trois couples. La célébration qui devrait faire chaud au cœur à défaut d’au corps, me fait de la peine, pour une simple raison. Les gens sont extrêmement pauvres, les enfants sont en petite tenue malgré le froid, les jeunes mariés n’ont pas l’air à la fête. Les mariées ont seize ou dix-sept ans, l’une d’elle est déjà bien enceinte, et les mariés doivent en avoir dix-huit. Ils n’ont pas d’habits de fête particulier et après le mariage, il n’y aura pas de banquet pour eux. C’est la dure réalité du Vietnam. On célèbre le folklore des minorités dans les beaux musées et les discours officiels, mais dans la réalité, les gens sont extrêmement pauvres, très peu scolarisés et leurs perspectives d’avenir très limités. A part l’Eglise, peu de gens sont mobilisés pour changer la donne.

Les minorites ethniques, derriere le sourire, une vie o combien dure ! Qui s'en soucie vraiment?

Le Nord du Vietnam, magnifique et quel accueil !
Le Nord du Vietnam, magnifique et quel accueil !

Après la messe, nous quittons le village et partons pour un superbe périple de 150km de Sapa à Lai Chau. Le brouillard est levé et le paysage est de toute beauté. Dans la voiture, l’Evêque et moi avons un échange profond et cordial en francais sur divers sujets. Je suis impressionné par sa profondeur et sa simplicité. Arrivé à destination, c’est l’accueil en fanfare (littéralement). Les gens de Lai Chau sont tout heureux d’accueillir leur évêque. Ils n’ont pas de curé local à domicile, les autorités de la ville ne le permettent pas encore. L’Evêque leur dit qu’il est conscient du problème et qu’il espère que cette situation ne durera pas. Les tensions entre l’Eglise et l’Etat dans le Nord du pays sont encore réelles. Il faut de la patience et de la bonne volonté pour les surmonter. L’Evêque à la fin de la célébration annonce que le prêtre étranger fera l’homélie du lendemain à la messes des confirmations ! Chose promise, chose due, le lendemain, je fais l’homélie ; ce dimanche est le troisième dimanche de l’Avent, dimanche anniversaire de mon ordination sacerdotale il y a neuf ans ! Les paroissiens m’offrent des fleurs à cette occasion et l’Evêque me bénit, ce qui me touche beaucoup. 

Messe chaleureuse, et benediction de l Eveque pour mon anniversaire d ordination, neuf ans deja !

Le Nord du Vietnam, magnifique et quel accueil !Le Nord du Vietnam, magnifique et quel accueil !
Le Nord du Vietnam, magnifique et quel accueil !

Après la messe, nous repartons pour Lao Cai, et puis pour Hanoi. Je quitte l’Evêque et mes confrères prêtres, plein de reconnaissance pour ces trois jours merveilleux. Etre missionnaire au Vietnam, c’est  vivre la joie d’être l’hôte d’un peuple accueillant. Décidément, le tourisme de masse n’est pas encore au programme, et je ne m’en plains pas, que du contraire !

 

Merci à Monseigneur Long, évêque de Huong Hoa, aux Pères Thanh et Trinh pour leur merveilleux accueil. Bienvenus à Saigon !

 

Le Nord du Vietnam, magnifique et quel accueil !
Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 08:49


EG3f

Cette année, nous avons 11 jeunes en philosophie, la maison est pleine à craquer ! 3 à 4 par chambre, dur dur la vie d'étudiant !


Les gens parfois me disent : «Comme prêtre, tu es dynamique, tu as le contact facile, tu es encore jeune, pourquoi ne restes-tu pas en Belgique ? Beaucoup de gens apprécieraient ta présence et puis les besoins sont criants. En Belgique, on a de plus en plus de prêtres étrangers, on ne se comprend pas toujours bien, tant au niveau de la langue que de la culture. On aimerait plutôt avoir quelqu’un de chez nous !»

EG1fEG2f

Le discernement vocationnel commence par un week-end où les jeunes viennent en nombre. Ceux qui en ont les aptitudes sont invités à commencer l'étude de l'anglais pour deux ans. (Sur la photo de droite, visite de quelques jours du père Gaby, arrivé d'Inde !) 

Eg4feg5f

La formation est donnée sous diverses forme: cours d'anglais et de philo dans des écoles, et formation donnée par nous-mêmes et par les confrères spiritains de Taiwan. 

 

 

 

 

Pourquoi travailler comme missionnaire à l’Etranger quand notre société occidentale vit de plus en plus loin de Dieu ? La réponse tient à la nature de l’Evangile. Quand Jésus commence sa mission, c’est un succès immédiat. ‘Tout le monde te cherche’, lui dit-on. Mais il répond : ‘’Partons ailleurs, afin que là aussi je proclame la Bonne Nouvelle’’. Tout chrétien a une vocation missionnaire. Il ne peut pas garder l’Evangile pour lui-même, ça n’aurait pas de sens.

eg6feg7f

 

eg8f

Travail manuel et détente font aussi partie de notre quotidien.

 

 

 

 

La joie de l’Evangile, comme le rappelle le pape François, ça se communique. Par confort, par peur de déranger, on l’oublie trop souvent. Chacun est responsable des gens qu’il cotoye, responsable en partie de leur bonheur. Et parce que la foi est un moyen privilégié d’entretenir la joie et la paix dans les coeurs, il faut la partager ! Le missionnaire vit cet appel dans des conditions ‘extrêmes’. Il renonce à une vie familiale, professionnelle, sociale, il laisse tout tomber pour partir vers l’inconnu, mais il en part pas seul. Dieu l’accompagne et l’envoie où qu’il aille.

 

eg9f-copie-1.jpg

Comme missionnaire, nous découvrons une autre famille, d’autres responsabilités, une autre société, nous élargissons nos horizons, nous nous laissons transformer par les gens que nous rencontrons. Ce processus ne se fait pas sans mal. Combien de fois ne peste-t-on pas contre tant de choses qui nous dépassent : la langue, la culture, le manque d’efficacité qui tient à notre condition d’étrangers. Notre présence n’est pas toujours comprise par ceux vers qui nous allons. Au Vietnam, les chrétiens nous considèrent parfois un peu comme des gens qui viennent ‘chercher des vocations’, c’est-à-dire qui travaillent pour leur propre intérêt et souvent aussi on nous confine à un rôle insignifiant dans l’Eglise locale. On nous invite régulièrement à célébrer des messes, mais nous ne sommes pas vraiment impliqués dans les grands projets de l’Eglise locale. Marginalisés, les missionnaires ? Au Vietnam, surement ! Mais, tout cela est l’occasion de grandir en humanité, d’apprendre à sortir de notre confort, de notre statut, de nos sentiers familiers pour vivre en déracinnés, et nous sentir ainsi plus proches de tous ceux qui vivent trop loin de leur chez eux.

 

eg10f

 

eg11f

      Après cinq ans de discernement, vient le noviciat, moment crucial puisqu'il se termine par le premier engagement, les voeux temporaires pour trois ans au sein de la Congregation. Nous avons déja 12 vietnamiens qui ont fait ce grand pas !

 En préparant une nouvelle génération de missionnaires vietnamiens, nous les préparons aux mêmes défis. Ils devront apprendre à renoncer à eux-mêmes pour se faire tout à tous. Le pari ne sera réussi que dans la mesure où ils trouveront aussi leur joie dans cet appel bien spécifique. Parce que la vie et la vocation n’ont rien de magique, il y aura nécessairement des frustrations, des moments de repli sur soi, parfois aussi des abandons. Mais je suis sur que nombre d’entre eux pourront un jour témoigner à leur tour que la mission en vaut la peine, où comme dit le pape Francois, que ‘’la vie augmente quand elle est donnée et elle s’affaiblit dans l’aisance et dans l’isolement. Ceux qui tirent le plus profit de la vie sont ceux qui mettent leur sécurité de côté et se passionnent pour la mission de communiquer la vie aux autres.’’ [Evangelii Gaudium, 10 (La Joie de l’Evangile). Soyons des passionnés de la vie et rendons-la passionnante pour les autres également !

eg12fa.jpg

Après le noviciat, les désormais "spiritains" partent faire leur théologie en anglais à Manille. Ils sont partis pour une aventure intellectuelle exigeante de 4 à 5 ans ! Ils sont accueillis par un nouveau formateur, le père Daniel Sormani de la province spiritaine des Etats-Unis.

 

eg13f

eg14feg15f

Avant la théologie ou parfois après deux ans de théologie, les candidats sont envoyés en mission à l étranger pour deux ans. Pour beaucoup, c'est la première fois qu'ils partent à l'Etranger, un vrai baptême de feu ! Bon vent au frère Phu qui vient de partir en Ouganda !

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 05:51

 


 

Visite d une maison en construction a l'ete 2014. Commentaires en vietnamiens...

Mot nha moi duoc xay dung o Ca Mau nho Dong Chua Thanh Than.

A new house built in Ca Mau during Summer 2014 thanks to the help of our benefactors.

 

 


 

Le meme projet, cette fois ci avec les commentaires en francais !

 

 


 
Activites en ete pour les familles pauvres de Ca Mau organisees par le cure de la paroisse.
Summer camp for poor children of Ca Mau organized by the parish priest
Sinh hoat cho tre em duoc giao xu to chuc o Ca MAu

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 09:49

EG1eAt times, people say to me : “Father, you are a dynamic person, you like to relate with people, you are still young, why don’t you work in Belgium? We would enjoy your presence and our church needs people like you ! In Belgium most of the priests are now foreigners, they don’t master our language and they don’t easily adapt to our culture. We would prefer to collaborate with a native priest.» What is the point of working as missionary abroad since our western society is day after day more secularized ? This answer is to be found in the Gospel itself. When Jesus starts his public ministry, he is very successful. ”Everyone is looking for you !’’, they say. But Jesus replied :  ‘’Lets go on the nearby villages that I may preach there also’’. (Mark 1, 37-38). Every christian is by definition a missionary. A Christian cannot keep the Good News for himself, that would be a nonsense.

eg2eeg3e

      Every month, the brothers go to our house in the countryside (40km from HCMC) to study about religious and missionary life. There are all kinds of topics: the life of the missionaries, prayer, spirituality of our founders,...

The pope Francis tells us that we are called to communicate to others the Joy of the Gospel. At times, we don’t dare to pay attention to that call, we  are shy, we are afraid to bother the others, we want to be safe and don’t want to take risks… We forget that we are called to care for the happiness of our brothers and sisters. Since faith is a privileged way to bring joy and peace in their hearts, it is our duty to share it with others !

eg4e

eg5e

The brothers develop their relationship with Christ through the liturgy (masses, prayers in community) and through retreats and personal time of prayer. 


The missionary respond to this call by in a very strong manner. He renounces to a family, a job, a social network, he gives up everything and go to the unknown, but he does not go alone. God sends him and accompanies him wherever he goes.  As missionaries, we belong to a new family, we assume new responsabilities, we enlarge our horizons, we let ourselves be transformed by the people we reach. It is not an easy process. We often get mad for many reasons : the foreign language we have to learn, the local culture, our lack of efficiency as foreigners.

eg6eeg7e

      To prepare oneself to do pastoral work, our candidates need to learn to organize activities for all kinds of people. Once a week, they do some service in orphanages or in the parish. 

In Vietnam, some people have prejudice against us. They think that we come to Vietnam only to get vocations. They think that we work for our own interest. We stay at the margin of the Vietnamese church since we don’t have much possibility to collaborate actively with  it. Apart from celebrating some masses, we are not envolved in major ecclesial projects. Are the missionaries marginalized people? In Vietnam, the answer is definitely yes ! But it encourages us to grow in humanity, to get rid off our own comfort, our status, our own world and security in order to become closer to those who are also far from their home, those who are the marginalized of the society.

eg8e

eg9e

 

eg10eeg10ea

 

eg11eeg12e

Working in the garden of our countryside house or playing sport is needful for young people. Anima sana in corpore sano (a healthy mind in a healthy body)


Training a new generation of vietnamese missionaries, we know that they soon will face similar challenges. They will have to be capable of renouncing to themselves in order to be ready to serve any kind of people in any circumstance. They will be successful if they respond joyfully to their call. Since life and vocation are not magic, they will suffer frustrations. At times, some will freeze or even give up. But I am sure that many of them will be happy witnesses of the Joy of the Gospel. Pope Francis says that ‘’ “Life grows by being given away, and it weakens in isolation and comfort. Indeed, those who enjoy life most are those who leave security on the shore and become excited by the mission of communicating life to others”..’’ [Gaudium Evangelii, 10 (the Joy of the Gospel)] Let us be enthusiastic people and let us make life enthusiastic for others as well !

 

eg13e

      After 4 years of discernment, some of our candidates are invited to enter into the noviciate. 

eg14e

      At the end of the noviciate, the brothers commit themselves doing temporary vows. They are then officially members of the Congregation of the Holy Spirit. For the last two years, 12 vietnamese did their first vows in Vietnam. 

eg14ee

This year, we have 32 brothers in formation, a big family !

Eg15e

eg16e

      The noviciate is followed by 4 years of theology in Philippines and 2 years of pastoral work abroad.

eg17e

eg18eeg19e

 

This year, three brothers went for pastoral work abroad, one in Taiwan, the second one in Ouganda and the third one in England. Three very different contexts of mission !

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 10:47

Chers bienfaiteurs,                                                           Saigon, (Vietnam), été 2014.

 

Une nouvelle fois votre générosité permet à des enfants vietnamiens d’être scolarisés pour l’année 2014-2015. La rentrée des classes approche et ceux-ci sont impatients de découvrir les visages de leurs nouveaux professeurs, de noircir les premières lignes de leurs cahiers et d’acheter leurs fournitures scolaires !

 

ca mau 2014 f10Comme chaque année, nous avons visité les enfants que vous parrainez dans la Province de Ca Mau, la pointe sud du Vietnam. Nous étions un groupe de quatre : le Père Frédéric Rossignol, deux frères aspirants de la Communauté et une volontaire française. Nous avons été chaleureusement accueillis et aidés dans notre mission par le Père Hung. Dans cette province du Vietnam, les familles vivent en grande partie des produits de la mer, en particulier des crabes, des crevettes, des anguilles et des calamars.

 

Les Pères Hung et Frédéric, deux amis de longue date !

 

 

ca mau 2014 f3

Photo de famille à l'une des trois paroisses

 

où nous organisons le parrainage. .

 

 

ca mau 2014 f2Nous avons rencontré les enfants individuellement, dans leurs paroisses respectives. Nous leur avons posé quelques questions sur leur vie au quotidien au sein de leur famille, à l’école et avec leurs amis. Certains étaient très collaboratifs et bavards, d’autres plutôt réservés et avares de mots ! Lors des entretiens, nous les avons encouragés à continuer l’école, étant donné que beaucoup d’entre eux abandonnent leurs études vers l’âge de 15 ans. L’aide annuelle que vous apportez aux enfants est précieuse. Dans les 120€ de don que vous nous faites : un quart finance directement leurs études et le reste vient pourvoir aux besoins des familles.

 

ca mau 2014 f4Nous espérons que les enfants qui terminent leur lycée, poursuivent leurs études à l’université, dans la ville la plus proche. Ce n’est malheureusement pas souvent le cas. L’investissement est jugé trop lourd par les familles. Elles préfèrent que leurs enfants travaillent dans une entreprise de fruits de mer pour qu’ils puissent rapporter un salaire tous les mois.

 

 

 

 

ca mau 2014 f1Parmi les enfants que vous parrainez, onze habitent à Dat Mui, à l’extrême sud du Vietnam. Pour rejoindre ce lieu quelques peu reculé sur le Mékong, nous avons dû prendre une navette puis une étroite pirogue. Quatre heures de navigation à prévoir : une véritable expédition ! 


 

 

 

 

 

 

ca mau 2014 f8

Les habitations et les commerces se concentrent principalement sur les rives du Mékong. Durant la traversée, nous avons ainsi pu assister aux scènes du quotidien et admirer le paysage, des forêts de mangroves à perte de vue, ce qui nous a fait oublier les quelques heures de trajet ! Les paroissiens nous ont accueillis les bras grands ouverts, ravis de pouvoir recevoir le Père Frédéric. Une messe allait être célébrée ! Ils nous avaient préparé un festin de roi : des plateaux de crabes à foison !

 

ca mau 2014 f5.ca mau 2014 f6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour 1000 euros, nous donnons  un toit et de la dignité

 

à ces familles, cela en vaut la peine, non?

 

Les derniers jours, nous avons visité deux autres paroisses, dans lesquelles nous apportons notre soutien dans des projets de construction, comme celle de maisons neuves. Ces maisons, comparées à celles traditionnelles, offrent aux habitants une meilleure isolation : murs en briques recouverts de béton, couches épaisses de tôles et toit en composite. Les familles vivent ainsi dans de meilleures conditions et gardent les pieds au sec.

ca mau 2014 f9Le Père Hung était fier de nous présenter un chemin de 1,8km qui a été entièrement refait, anciennement en terre, il a été bétonné. Ce projet abouti permet aux familles de circuler en vélos et mobylettes et  de rejoindre leurs habitations plus facilement.

 

Nous vous remercions infiniment pour votre générosité et votre fidélité dans le soutien de nos projets.

 

Aurore Grison, volontaire française au sein de la Communauté du Saint-Esprit.

Et dire que pendant six ans, nous avons emprunté un chemin de terre, super embourbe. Vive le béton !


 

 


 

 

 


Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 05:30

IDear Sponsors,                                                Vietnam, Summer 2014.

  

Once again your generosity will allow Vietnamese children to attend school for 2014-2015. School will start again soon and the children are impatient to discover their new professors’ faces, darken the first lines of their exercise books and buy their school supplies!

ca mau 2014 e1

ca mau 2014 e2.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thanks to your generosity, we help children from difrerent ages to have a better future. How happy are we when they finish their last year at secundary school and prepare themselves to enter at university !

 

 

As in every year, we visited the children whom you are sponsoring in the Province of Ca Mau, in the southern part of Vietnam. We were a group of four:  Father Frederic Rossignol, two aspiring brothers of the Community and myself, a French volunteer. We were warmly welcomed and helped in our mission by Father Hung, the local parish priest. In this province of Vietnam, families are mostly making their livelihood from seafood products, especially  crabs,  shrimps,  eels and squid.

 


ca mau 2014 e7a

 

 

 

 

ca-mau-2014-e5-copie-1.JPG

We meet all kinds of children, some extremely poor and others whose parents manage to have a decent life, despite the economical difficulties.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

We met the children individually in their r espective parishes. We asked them some questions on their everyday life within their family, at  school and with their friends. Some were very collaborative and talkative, others rather reserved and shy for words! During the talks, we encouraged them to continue with school, given that a lot of them give up their studies towards 15 years old. The annual support which you bring to the children, is precious. In the $160 of donation that you make to us: a quarter finances directly their studies and the rest is used  to provide for the family’s needs. We hope that when the children graduate from high school they will extend their studies at the university, in the nearest city. Unfortunately, it is not often the case. Families consider the investment too heavy. They prefer that their children work in a seafood company, so that they can bring back a salary every month.

ca mau 2014 e3 From the children you sponsor, eleven of them live in Dat Mui, in the southern tip of Vieam. To get to the remote place along the Mekong River, we had to take a water shuttle, then a narrow pirogue. Four hours of navigation to be undertaken: a real expedition! Houses and businesses are concentrated mainly on the banks of the Mekong. During the crossing, we saw scenes from daily life and enjoyed the landscape: forests of mangrove swamps as far as the eye can see, which made us forget about the hours of travel! The parishioners welcomed us with open arms, delighted to receive  Father Frederic. A Mass was going to be celebrated! They had prepared for us a royal feast: a lot of trays of crabs!

 

ca mau 2014 e4ca mau 2014 e6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

To visit Ca Mau is not just about work, it is also about building relationship and enjoying the beautiful scenery around us !

 

ca mau 2014 e7

 


ca mau 2014 e8

Many families have ponds where the raise shrimp but due to the lack of skills and technology, the harvest is too limited, not enough to sustain a family.

 

ca mau 2014 e9

People who invest a few thousands of dollars and who have a good management of their ponds can make a lot of money by raising shrimp.

 

 

 In the last days, we visited two other parishes, where we help in the construction of new houses. These houses, compared with those of  traditional build, offer to the inhabitants  better insulation: brick-built walls covered with concrete, thick coats of sheet metals and roof in composite. Therefore families live in better conditions and keep their feet dry.

Father Hung was proud to show us a path of 1.8km, which was completely redone: formerly a dirt track, it was now concreted. This  project allows the families to circulate in bikes and motorbikes and to join their houses more easily.

 

We thank you very much for your generosity and your loyalty in the support of our projects.

           

Aurore Grison,

            French volunteer within the Community of the Holy Spirit.

 

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 12:27

An Asian,an African and an European answer to this crucial question!

 

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 06:15

L’été 2014 restera à jamais gravé dans ma mémoire étant donné que pour la première fois de ma vie, j’ai eu la chance d’aller en Afrique, plus précisément en Tanzanie (Afrique de l’Est). Je connaissais cependant déjà pas mal de choses de la ‘culture africaine’ (une manière de parler, étant donné la diversité des cultures dans ce continent). J’ai en effet étudié en Europe avec de nombreux confrères africains (j’en ai d’ailleurs retrouvé lors de ce séjour, dix ans plus tard !) et à l’heure actuelle en Asie, nous collaborons aussi avec les confrères africains qui travaillent à Taiwan et aux Philippines.  En Europe, les Africains sont aussi très présents dans nos Eglises. A Noël, j’étais à Bruxelles et j’ai participé à une très belle messe animée par deux chorales du Cameroun !

bagamoy 1f

Nous étions vingt-cinq confrères de la Congrégation du Saint-Esprit, réunis en Tanzanie pour un mois de formation à la spiritualité spiritaine.


bagamoyo 3fJe suis venu en Tanzanie avec mon confrère Trinh pour participer à un mois d’approfondissement de la spiritualité spiritaine. Nous étions 25 confrères, tous engagés dans la formation des séminaristes, la plupart en Tanzanie, mais aussi au Kenya, en Ouganda, au Mozambique, en Inde et au Vietnam ! La Tanzanie est un pays dynamique. La situation politique suffisamment stable permet la croissance économique. Des infrastructures sont progressivement construites et le commerce se développe. Même si une grosse proportion de la population n’en profite pas encore, l’avenir est néanmoins plein de promesses.  Les confrères de Bagamoyo (à une heure de Dar Es Salam, la capitale) ont construit un grand hotel, qui accueille des touristes locaux et étrangers, et qui reçoit des groupes pour des fêtes ou des réunions. La plage, à seulement cinquante mètres de l’hotel, est paradisiaque ! Le complexe est utilisé comme école d’hotellerie pour une trentaine d’étudiants qui se forment ainsi pendant deux ans. Nous les spiritains, nous sommes souvent fiers de notre simplicité et de notre hospitalité. Ces deux qualités viennent de notre expérience missionnaire. Nous ne pouvons pas vivre la mission sans apprendre ce que signifie se laisser accueillir. En découvrant l’hospitalité d’autres peuples, nous cherchons à notre tour à êtbagamoyo 2fre accueillants envers tous. En Tanzanie aussi, nous avons été touchés par l’accueil chaleureux dont ont fait preuve nos confrères. Nous nous sommes sentis tout de suite à la maison. Dans le groupe également, l’ambiance était excellente. Nous n’étions que vingt-cinq participants, et avons rapidement appris à nous connaître.

 

 

 

  Trois confrères venaient d'Asie, Trinh, Serge et moi.

Pendant quatre semaines, du lundi au vendredi, nous avions quatre sessions par jour. Le matin, nous avions deux conférences et l’après-midi, un partage en petit groupe, suivi d’une remontée en assemblée.  Nous avons redécouvert, sous un nouveau jour, notre premier fondateur, Claude Francis Poullart des Places, sous les traits d’un jeune homme plein de vie, talentueux, mais aussi confronté à une série de crises dues au départ à sa recherche frénétique des honneurs, de la réputation et, des années plus tard, dues à son engagement total pour les pauvres qui l’a complètement mis à genoux. Avec Claude Francis Poullart des Places, nous nous sommes posés les questions suivantes :  ”Et nous, quelles crises traversons-nous ? A quoi sont-elles dues, à notre superficialité ou à notre activisme ? Quelles dispositions prenons-nous pour dépasser ces crises? ” Claude-François Poullart des Places nous montre qu’une solide relation avec Dieu, la volonté de servir les pauvres en priorité, le désir de travailler ensemble, en cherchant aide et conseils, sont les outils essentiels qui nous permettront de changer, d’évoluer, en d’autres mots, de nous convertir.  François Libermann, notre second fondateur, nous invite à  être attentifs aux ‘’signes des temps’’. L’Histoire n’est jamais écrite à l’avance.  Le missionnaire est celui qui est disponible pour de nouveaux appels, et notamment les plus inattendus. La qualité de son travail dépend de sa sainteté et du respect profond qu’il a pour les gens vers lesquels il est envoyé. Il doit se comporter en serviteur et non en maitre.

bagamoyo 4fbagamoyo 5f

 

 

 

 

bagamoyo 6f

 

 

 

bagamoyo 7f

Les spiritains sont les premiers (!) missionnaires arrivés en Tanzanie en 1863.  Beaucoup moururent très jeune. Courageux, dynamiques, ils ont fondé de nombreuses Eglises en Afrique.

Les spiritains étant arrivés en Tanzanie il y a cent ans, nous avons pu faire une relecture de notre présence ici. Les premiers missionnaires, comme nous aujourd’hui, avaient leurs défauts. Généreux, ils manquèrent néanmoins parfois de sagesse ou agirent en fonction d’intérêts personnels et ne se laissèrent pas toujours guider par les valeurs de l’Evangile. Nous aussi, cent ans plus tard, nous devons nous interroger sur nous-mêmes. ‘’Quelles sont les difficultés que nous et nos étudiants rencontrons dans le monde d’aujourd’hui ? Pourquoi est-ce si difficile de trouver des confrères pour les  lieux de mission les plus pauvres ? Pourquoi ne faisons-nous que trop rarement l’effort de rester longtemps dans une mission, en témoignant ainsi d’un amour profond et durable des gens vers lesquels nous sommes envoyés ? Comment vivons-nous les vœux de pauvreté, chasteté, obéissance? Qu’en est-il de la qualité de notre vie communautaire? Vivons-nous ensemble par convenance ou investissons-nous dans des relations plus fraternelles ? Nos communautés sont-elles des lieux de prière et de travail commun ?’’

 

bagamoyo 7ebagamoyo 8e

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les premiers missionnaires ont été confrontés de suite à la terrible réalité de la traite des esclaves. Ils ont racheté des esclaves et créé des villages chrétiens. Heureux de vivre au milieu des peuples africains, ils se sont parfois aussi comporté en maitre, oubliant l'appel qui leur était fait de se comporter en serviteur...

 

 

bagamoyo 8f

La génération nouvelle des spiritains continue le travail missionnaire, dans un pays où les relations entre musulmans et chrétiens ne sont pas toujours évidents.

 

Notre confrère du Généralat à Rome nous a donné des conférences sur la formation des jeunes missionnaires. Il nous encourage à avoir un programme de formation avec un contenu précis qui s’étale sur les années de formation, pour que nos étudiants approfondissent progressivement l’histoire de la congrégation, sa spiritualité, les défis qui nous attendent dans les années à venir. La formation des missionnaires prend du temps. Elle est le fruit de la grâce de Dieu, de la motivation des jeunes et des compétences de leurs formateurs. A Bagamoyo, nous avons appris à consulter les nombreux articles et livres spiritains disponibles sur le site de l’université spiritaine de Duquesnes (http://digital.library.duq.edu/cdm-spiritan/ ). Nous ne pouvons plus prétexter que nous manquons de ressources disponibles ! Nous devons puiser dans ce trésor pour notre bien à nous et celui de nos étudiants.

 

bagamoyo 10f

bagamoyo 11f

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'attachement à la famille et plus largement à la tribu sont des valeurs très ancrées dans la culture africaine.

 

 

Notre formation à Bagamoyo nous a aussi permis de réfléchir à notre action en faveur des pauvres (ce que nous appelons ‘Justice et Paix’). Nous vivons dans un monde où le fossé entre les riches et les pauvres ne cesse de s’accroitre partout dans le monde ! Dans leurs missions, les spiritains doivent donner la priorité au travail avec les pauvres. Ce n’est ni naturel ni évident. Nous avons tant d’engagements qui sont valables en soi mais les pauvres n’ont de fait pas toujours la priorité dans ce que nous entreprenons. Pour inverser la tendance, nous pouvons notamment permettre à nos étudiants de cotoyer les pauvres durant leur temps de formation. C’est ce que nous faisons en été au Vietnam lorsqu’ils sont envoyés un mois en pastorale dans des régions pauvres. La proximité et la collaboration avec les pauvres doit aussi se vivre durant les deux ans de stage missionnaire. Nous avons un certain nombre de confrères très engagés dans le travail social et éducatif, mais la plupart d’entre nous doit se remettre en question pour que la proximité avec les pauvres, le partage de leurs joies et difficultés, la recherche commune d’une amélioration de leurs conditions de vie, deviennent des éléments essentiels de notre travail missionnaire à tous.

 

bagamoyo 9f


bagamoyo 12f

 

Certes la plage de Bagamoyo est paradisiaque, mais elle ne doit pas faire oublier les dures conditions des pécheurs et des paysans de la région.


J’étais très heureux à l’idée d’aller pour la première fois de ma vie en Afrique, et je suis reconnaissant à tous ceux qui ont permis que cette formation à Bagamoyo ait lieu et soit un succès. Je suis encore plus heureux de savoir qu’en septembre, notre premier étudiant vietnamien partira faire son stage missionnaire en Ouganda (à côté de la Tanzanie) pendant deux ans.  En effet, même si les relations entre l’Asie et l’Afrique se multiplient, essentiellement pour des raisons économiques, il faut reconnaitre que ces deux continents ne se connaissent que très peu et que la méfiance prévaut encore trop souvent.  C’est la responsabilité des missionnaires que de construire des ponts entre les peuples. Les Spiritains ont commencé à travailler en Asie il y a quarante ans. A l’heure actuelle, la plupart de nos missionnaires en Asie sont des africains. J’espère que la collaboration entre ces deux continents va continuer à se développer (dans les deux sens !), tout comme dans le passé les missionnaires européens ont permis de forger des liens solides et durables entre leur continent d’origine et les autres continents.  

 

bagamoyo 13fbagamoyo 14f

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelle chance d'avoir pu faire une première découverte de l'Afrique. Nous reverrons-nous? Avec plaisir ! A la grâce de Dieu !

Repost 0
Published by csspmission
commenter cet article

English - Français blog !!!

A blog written in Vietnamese? Not for now...Anyway, the articles published in this blog are usually in English and in French. Up to you to choose your language!

A quand un blog en Vietnamien?... Ce n'est pas pour demain, mais les articles publiés sur ce blog sont généralement et en Français et en Anglais... A vous de choisir...

La Providence passe par vous.

sm vn

La mission n'est possible que grâce à vous: soutien aux pauvres (1), y compris le parrainage scolaire, aux jeunes en formation (2), à la communauté (3), à la construction du séminaire à Manille (4), nous comptons sur votre aide! Une aide si modeste qu'elle soit, c'est important et encourageant !

- Pour nous aider de Belgique ou de l Etranger: Compte de Frédéric Rossignol chez BNP Paribas Fortis :
BIC : GEBABEBB            IBAN : BE59 0014 7732 2326



Rem: En l'état actuel des choses, il nous est impossible de vous donner une attestation fiscale.